juil 142008
 

Les arbres aux papillons ou buddleias sont couverts d’épis de fleurs, mais déjà les premières graines se sont formées et ne vont plus tarder à se disséminer partout.Cet arbuste d’ornement recherché pour sa croissance facile et rapide ainsi que sa généreuse floraison estivale est une espèce exotique venue de Chine, qui s’est bien acclimatée sur le territoire français, au point de coloniser les jardins un peu abandonnés, les friches urbaines et tous les terrains bien ensoleillés au sol pas trop humide.
Ici à Paris il se montre un peu partout, dans les fissures d’un trottoir, d’un mur ou d’un escalier, sur les toits entre les tuiles, parfois dans les gouttières, sur les voies abandonnées de la petite ceinture ou celles délaissées du réseau ferré, dans les jardins publics et tous les terrains non entretenus suffisamment ensoleillés.Curieusement les variétés horticoles ne s’échappent guère. On trouve toujours le même, avec ses grands épis de petites fleurs violet clair à coeur orange. Un régal pour les papillons et de nombreux insectes, mais une peste quand même à surveiller de près, comme l’ailanthe (en pleine floraison actuellement), un autre arbre exotique envahissant. Cette espèce est répertoriée par l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN) dans sa liste des espèces introduites envahissantes.

juin 292008
 

En passant sur l’avenue Jean Jaurès (Paris 19ème), plantée d’arbustes et de plantes vivaces très originales, je n’ai pas résisté à photographier un mahonia aux curieuses fleurs blanches.Un vigoureux pied de liseron est monté dans l’arbuste pour s’épanouir à la lumière, offrant de grandes trompettes blanches et parfumées. On pourrait crier à la négligence, dire que les massifs sont mal entretenus, mais il est difficile de fouiller au coeur d’un mahonia plutôt piquant pour voir s’il n’y a pas la moindre mauvaise herbe qui s’y est glissée. Et puis qu’importe, l’oubli est pardonné, moi je trouve ça tout simplement charmant, joli, champêtre. Les plantations de l’avenue Jean Jaurès ont mis un peu de temps à s’installer, ce qui était normal pour des plantes vivaces et des arbustes, mais elles commencent à montrer quelques uns de leurs charmes secrets… Dans les jours à venir, je vous en montrerai d’autres. À suivre !

juin 052008
 

Difficile d’échapper aux corvées de désherbage incessantes en mai et en juin, surtout avec toute cette pluie tombée depuis quelques semaines.
Mais parfois la nature fait bien les choses et réserve d’agréables surprises au jardinier négligeant, trop débordé, un peu fainéant… Et voici le jardin vite envahi par les herbes folles, dites mauvaises. Mais…
Et oui, cette belle graminée qui s’est invitée dans le jardin partagé Un petit bol d’air, situé tout près de chez moi et du canal de l’Ourcq, a eu la bonne idée de pousser à côté d’une valériane des jardins (Centranthus ruber). Duo charmant qu’il aurait été dommage de rater sous prétexte que les mauvaises herbes n’ont pas leur place dans un jardin. Et bien si, la preuve !