sept 132008
 

Malgré la météo en dents de scie, le temps trop vite gris et sombre, mon pied d’Hibiscus coccineus ‘Alba’ m’a donné 6 grandes fleurs aujourd’hui.Pas faciles à photographier ces fleurs blanches sur fond de grisaille et avec le vent qui souffle dur en cette fin de journée. Tant pis, je vous livre ces quelques photos prises avant que le bouquet ne se fane, car les fleurs ne durent pas plus de 24 heures malheureusement.Depuis la première floraison, j’ai bien eu une bonne douzaine de fleurs, et ce n’est pas fini. Belle réussite pour cette première année de culture et ce malgré la météo très difficile cette année.

sept 032008
 

Nous voici dans les dernières semaines de l’été. Un grand nombre de fleurs annuelles montrent des signes de fatigue. Mais heureusement certaines espèces sauvent la situation et nous gratifient d’une floraison tardive généreuse.Les rudbeckias annuels ne sont vraiment beaux et opulents qu’à partir du mois d’août. Si l’année n’est pas trop sèche, ils se couvrent de grosses fleurs, encore et encore dans les jardins ensoleillés.Imperturbables et foisonnants, les bégonias Dragon Wing forment de larges cascades au feuillage brillant et aux fleurs flamboyantes. Pour les coins ombragés.Plus discrète mais si délicate et charmante, l’euphorbe Diamond Frost forme une belle boule ou des petites bordures parsemées de petits papillons blancs. Mais il faut pour cela lui donner du soleil et ne pas négliger les arrosages. (Sur la photo, en bordure avec un massif de Sunpatiens, un nouvel hybride d’impatiens de Nouvelle-Guinée très florifère).La plupart des graminées terminent l’été avec panache, dans une débauche de feuilles, d’épis ou de plumets. Les petites stipes cheveux d’ange (Stipa tenuifolia) bien sûr, mais aussi les herbes-aux-écouvillons (Pennisetum), les panicauts et bien d’autres encore.J’ai un faible pour les strobilanthes, plantes vivaces encore peu connues pour les endroits ombragés, qui nous offrent une belle floraison au coeur et en fin d’été. Tout particulièrement Strobilanthes rankanensis, qui ne commence qu’à ouvrir sa multitude de boutons sur mon balcon.Et pour Syl, les anémones du Japon bien sûr, qu’il faut aller admirer dans le jardin du Musée du Quai Branly (Paris 7ème). En septembre les tapis de fleurs blanches mariées aux épis des grandes graminées offrent un spectacle magique, que vient encore renforcer les couleurs flamboyantes des arbres au fur et à mesure que l’automne s’avance. Je vous invite d’ailleurs à vous promener dans les parcs et jardins de la ville de Paris tout au long du mois de septembre, les décorations florales estivales étant en ce moment plus belles que jamais. La semaine prochaine se déroulera justement le concours des décorations florales estivales de la ville de Paris, qui récompensera les plus belles. Je vous le raconterai en images !

août 272008
 

L’été frais a prolongé la végétation des sceaux de Salomon (Polygonatum), mais le feuillage commence maintenant à se dessécher. L’automne est déjà là pour ces belles plantes de sous-bois ou de balcons ombragés.Chaque année c’est la même chose, ils démarrent très trop en fin d’hiver, dès que les gelées disparaissent. La floraison commence dès avril et se prolonge jusqu’en mai. Ensuite le beau feuillage reste opulent jusqu’en juillet. Quand l’été est très chaud et surtout sec, ces plantes qui ressemblent à du muguet géant entrent très vite en repos, le feuillage se desséchant complètement bien avant toutes les autres plantes vivaces.
Cette année, seul la variété géante entre maintenant en repos, plus tard que l’an dernier. Les autres variétés sont encore bien vertes, signe que l’été a été… pourri ! Mais bon, ça sent l’automne…

août 172008
 

Laisser les fruits et récolter les graines ou supprimer les fleurs dès qu’elles fanent ? Tel est le dilemne, car mon hibiscus (Hibiscus coccineus ‘Alba’) semble vouloir produire quelques semences, les fruits se formant après les fleurs.Mais en même temps, la formation des semences captent une partie de l’énergie de la plante qui, de ce fait, a tendance à moins fleurir, surtout en pot ou en jardinière. Et ce sont les fleurs qui m’intéressent, même si l’idée de distribuer autour de moi des graines de cet arbuste encore rare en France me tente toujours.
Ce matin, j’ai tranché ! J’ai laissé le premier fruit déjà énorme, j’ai supprimé la deuxième fleur déjà fanée aux premières heures du jour. Et je supprimerai les suivantes au fur et à mesure qu’elles déclineront, d’autant plus que l’été est frais, pas assez chaud pour assurer une maturation des fruits les plus tardifs. Ce sera donc quelques graines et surtout des fleurs…
Pour les belles-de-nuit (Mirabilis longiflora) la question ne se pose plus. Chaque année, elles produisent une grosse quantité de graines que je recueille (ce matin, j’ai coupé toutes les têtes défleuries pour faire ma dernière récolte). Les plantes refont du feuillage en fin d’été, parfois refleurissent si l’été est assez chaud et long et repartent toujours de plus belle l’année suivante. Alors, c’est fleurs et graines. Je laisse aussi mes bégonias tubéreux (Begonia boliviensis et B. Bonfire) se débrouiller tous seuls. Il y a tellement de fleurs en permancence, le nettoyage serait pénible et les fruits formés ne semblent pas les déranger. Quant aux pinellias, ils produisent fleurs et graines sans plus de problème.

août 122008
 

À quelques jours de la moitié de l’été, mon pied d’Hibiscus coccineus ‘Alba’ donne sa première fleur, ouverte dans la nuit de lundi à mardi et aujourd’hui mardi toute la journée.C’est que le pied ramené de Courson a bien changé et profité. Près de deux mètres de hauteur, des larges feuilles découpées et des boutons floraux nombreux. Et aujourd’hui, une seule fleur, grande avec cinq pétales d’un blanc pur, tournée vers la rue et qui est déjà un peu flétrie ce soir. Mais il y d’autres boutons, plein de boutons, autant d’annonces de futures floraisons. Enfin si le vent qui souffle en rafales ce soir ne les arrache pas tous. Quel temps, décidément l’été se montre très capricieux cette année…

août 092008
 

Mon pied d’Hosta plantaginea ‘Grandiflora’ a ouvert ses premières fleurs cette nuit.Très graphique, d’un blanc pur éclatant et surtout très parfumées. On perçoit la senteur de fleur d’oranger très puissante avant même d’apercevoir les fleurs haut perchées au-dessus du feuillage.
Ma potée n’a pas fleuri pendant 4 ans. En fait je l’avais mal installée et elle ne recevait pas assez de soleil en été. Car cette espèce d’hosta a besoin de plusieurs heures de soleil par jour pour bien pousser et fleurir. Elle reçoit maintenant le soleil jusqu’à 11 heures le matin et le résultat est là.

Les boutons floraux avant hierLes fleurs aujourd’hui