oct 312011
 

Mauvaise herbe (graminée) dans une jardinière en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Quelques jardinières installées sur les tombes du cimetière du Père Lachaise, mais délaissées, ont été envahies par une petite mauvaise herbe, une graminée, qui prend des teintes extraordinaires en automne, mélange de flammèches pourpres et de couleur paille. Magnifique, tout simplement !

Adventice (graminée) dans une jardinière en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Mauvaise herbe (graminée) dans une jardinière en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Continue reading »

août 292011
 
Art urbain et mauvaise herbe dans le passage des Abbesses, Paris 18e (75)

Art urbain et mauvaise herbe dans le passage des Abbesses, Paris 18e (75), 28 août 2011, photo Alain Delavie

Rencontre insolite entre une mauvaise herbe et un collage de Fred Le Chevalier dans le passage des Abbesses, Paris 18e (75).

Si vous aimez l’art urbain, l’art de la rue, le détour par le passage des Abbesses s’impose…
Les oeuvres sont éphémères, d’une visite à l’autre elles changent. Les mauvaises herbes aussi 😉

Le blog de Fred Le Chevalier
Fred Le Chevalier sur Facebook.

juil 072011
 
Prêle des champs (Equisetum arvense)

Prêle des champs (Equisetum arvense), photo Alain Delavie

Dans un jardin, la prêle est une mauvaise herbe particulièrement difficile à éliminer et à éradiquer. Mais c’est aussi une plante aux vertus reconnues qui permet de faire des décoctions et des extraits fermentés très utiles pour dynamiser les plantes du jardin et prévenir les maladies cryptogamiques.

Prêle des champs (Equisetum arvense)

Prêle des champs (Equisetum arvense), photo Alain Delavie

Prêle des champs (Equisetum arvense)

Prêle des champs (Equisetum arvense), photo Alain Delavie

Continue reading »

juin 052011
 

Dans la série des plantes poussant dans les endroits les plus improbables, je n’ai pas résisté à photographier ce pied d’arbre aux papillons (Buddleia davidii) qui a été se nicher dans une anfractuosité sur une des berges du canal de l’Ourcq, dans le 19e arrondissement de Paris.

 

Arbre aux papillons (Buddleia davidii) poussant au bord du canal de l'Ourcq, Paris 19e (75)

Arbre aux papillons (Buddleia davidii) poussant au bord du canal de l'Ourcq, Paris 19e (75), juin 2011, photo Alain Delavie

L’arbre aux papillons se ressème un peu partout dans Paris et pas seulement dans les friches. Des jeunes plants poussent dans la moindre fissure du bitume, sur les rails, sur les murs… Cette plante a une résistance assez incroyable qui fait qu’elle supporte le manque de terre et d’eau relativement bien.
Continue reading »

mai 142011
 

Cette fleur sauvage présente pratiquement partout en France est aussi appelée faux réséda, réséda bâtard ou mignonnette.

 

Réséda jaune (Reseda lutea)

Réséda jaune (Reseda lutea) accroché sur un mur à Suresnes (92), mai 2011, photo Alain Delavie

Une autre fleur des murs, qui s’accroche aussi bien aux pierres que la ruine de Rome (Cymbalaria muralis). Une mauvaise herbe le plus souvent quand elle s’invite dans les jardins, même si sa floraison est plutôt élégante et pas inintéressante.

Réséda jaune (Reseda lutea)

Réséda jaune (Reseda lutea) accroché sur un mur à Suresnes (92), mai 2011, photo Alain Delavie

Continue reading »

avr 142011
 

Cette plante sauvage cousine du chou (famille des Brassicacées), à l’élégante floraison printanière blanche et au feuillage dentelé au doux parfum d’ail, se rencontre dans les coins ombragés, en lisière ou au pied des haies. C’est au tout début du printemps qu’il faut déguster les jeunes feuilles de cette plante aromatique qui s’invite toute seule le plus souvent.

Mauvaise herbe, plante aromatique : Alliaria petiolata

Alliaire officinale (Alliaria petiolata), avril 2011, photo Alain Delavie

Une plante jolie à regarder, avec des faux airs d’ortie, mais non urticante. La floraison blanche très précoce au printemps attire davantage l’attention sur cette sauvageonne qui aime les coins frais.

Mauvaise herbe, plante aromatique : Alliaria petiolata

Alliaire officinale (Alliaria petiolata), avril 2011, photo Alain Delavie

Herbe à l’ail, alliaire officinale, moutarde aillée, ail-sans-ail, les noms communs français sont évocateurs. Car les jeunes feuilles peuvent se manger et ont un goût d’ail très léger, qui ne laisse pas l’haleine redoutable que l’on conserve longtemps après avoir consommé un aliment parfumé avec de l’ail bulbeux.

C’est aussi une plante médicinale : Elle est diurétique, antiseptique, stimulante, expectorante et détersive.

Mauvaise herbe, plante aromatique : Alliaria petiolata

Alliaire officinale (Alliaria petiolata), avril 2011, photo Alain Delavie

Une soit-disant mauvaise herbe qu’il faut garder dans le jardin. D’abord parce qu’elle est séduisante, décorative avec une floraison charmante. Et parce qu’elle est délicieuse et très utile pour parfumer les plats à une période de l’année où le potager est plutôt vide. Si vous voulez l’introduire dans votre jardin ou sur votre balcon, attendez que la plante forme ses graines et répandez en quelques unes dans les endroits ombragés pas trop secs.

Description de Coste (tome 1, taxon n°0200) id : 1866 – pr : 9
Nom présent dans la flore de Coste : Sisymbrium alliaria Scop.

  • Plante bisannuelle, à odeur d’ail ; tige de 40-80 cm., dressée, robuste, velue-hérissée à la base ; feuilles à peu près glabres, larges, pétiolées, les inférieures en rein, crénelées, les supérieures ovales en coeur, acuminées, grossièrement dentées ; fleurs blanches, assez grandes ; grappe fructifère longue, à pédicelles courts, étalés-dressés ; siliques ascendantes, subtétragones, raides, bosselées ; valves à 3 nervures ; graines oblongues-cylindriques, fortement striées en long, brunâtres, sur 1 rang.
  • Haies, lieux frais et ombragés, dans toute la France ; Corse. Toute l’Europe ; Asie occidentale jusqu’à l’Inde.