juil 312011
 

D’une année à l’autre, le jardin du Palais-Royal se pare de couleurs et de fleurs différentes. Cette année, le jaune acide et le rouge vif réveillent les massifs de roses, d’anémones du Japon et de dahlias aux teintes plus douces.

Fleurissement estival du jardin du Palais-Royal, Paris 1er (75)

Fleurissement estival du jardin du Palais-Royal, Paris 1er (75), 26 juillet 2011, photo Alain Delavie

Labellisé « Jardin remarquable », le jardin du Palais-Royal s’étend sur 20 850 m² dans le 1er arrondissement de Paris.

Le jardin fut décidé par le cardinal de Richelieu pour ornementer le Palais-Royal et fut réalisé par Pierre Desgotz, le jardinier du roi. La palais et le jardin ont été légués à Louis XIII à la mort du cardinal et la famille royale s’y est installée. Le jardin a été modifié sous Charles X pour lui donner son aspect actuel avec les galeries et les tracés des allées.

Pelouse et plate-bande fleurie du jardin du Palais-Royal, Paris 1er (75)

Pelouse et plate-bande fleurie du jardin du Palais-Royal, Paris 1er (75), 26 juillet 2011, photo Alain Delavie

Quatre doubles rangées de tilleuls taillés en marquise plantés dans les années 1970 et des marronniers rouges plantés en 1910 (au Nord du jardin) ombragent les allées du jardin du Palais-Royal, aux côtés de 466 autres arbres.

Dahlias et rosiers, fleurissement estival du jardin du Palais-Royal, Paris 1er (75)

Dahlias et rosiers, fleurissement estival du jardin du Palais-Royal, Paris 1er (75), 26 juillet 2011, photo Alain Delavie

Un bassin central déploie ses jets d’eau en forme d’éventail vers deux vastes pelouses bordées de massifs fleuris redessinés par le paysagiste Mark Rudkin.

Rosiers et statue Le charmeur de serpent (Adolphe Thabard) dans le jardin du Palais-Royal, Paris 1er (75), 26 juillet 2011, photo Alain Delavie

Rosiers et statue Le charmeur de serpent (Adolphe Thabard) dans le jardin du Palais-Royal, Paris 1er (75), 26 juillet 2011, photo Alain Delavie

 

D’élégantes statues en marbre (le Charmeur de Serpent, par Adolphe Thabard -1875-, et Le Pâtre et la Chèvre, par Paul Lemoyne -1830-) semblent s’élancer vers les pilastres cannelés et les chapiteaux corinthiens dont l’architecte Victor Louis (1731-1811) a habillé les magnifiques édifices qui entourent le jardin. Pierre Fontaine (1762-1853) réalisa les ailes de Montpensier et de Valois.
Continue reading »

sept 212009
 

Dernier jour de l’été, déjà ! Les massifs, les potées et les jardinières sont moins resplendissantes. Heureusement, quelques fleurs tiennent bon. Voici 10 d’entre elles pour assurer une fin d’été et un début d’automne très fleuris.

  1. Les anémones du Japon, déjà fleuries au coeur de l’été (ici dans le jardin du Musée du Quai Branly, Paris 7è, 75)
  2. Les amarantes, généreuses à souhait (ici des amarantes queue-de-renard mordorées, au Jardin des Plantes, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris 5è, 75),
  3. Plus bleu que le bleu du ciel, l’Aster frikartii ‘Wunder Von Stäfa’,
  4. Flamboyant, le bégonia Bonfire,
  5. Toujours et encore plus fleuri, le bégonia Dragon Wing (en rouge ou en rose),
  6. Les minas (Mina lobata), toutes plumes au vent (ici au Jardin des Plantes, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris 5è, 75),
  7. Imperturbables, les mufliers hybrides (ici F1 La Bella Melange, dans le jardin de présentation de Jardin Express à Bouvincourt, 80),
  8. Le ricin, de plus en plus somptueux,
  9. Chaleureux à souhait, les rudbeckias annuels (ici Rudbeckia hirta ‘Prairie Sun’ et ‘Autumn Colors’ dans le jardin de présentation de Jardin Express, Bouvincourt, 80),
  10. La sauge bleue (Salvia uliginosa), enfin de toute beauté (ici en compagnie d’un eucalyptus, au Jardin des Plantes, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris 5è, 75),

Avez-vous d’autres stars fleuries pour cet été qui s’achève ?

sept 172009
 

Nathalie Becq vous invite…

La collection de Sedum est à l’honneur cette année !

Fleurs de l’amande au rouge framboise,
Feuillages du vert tendre au brun chocolat presque noir,
Ce sont les dromadaires incontournables des jardins d’été et d’automne !

Tous les samedis
jusqu’au 24 octobre ,
au JARDIN de CAMPAGNE
à Grisy-les-Plâtres

de 10 h à 18 h

Les fleurs d’automne sont un des trésors du jardin. Avec elles, fini le jardin trop vert au retour des vacances ! De l’été aux gelées ces vivaces très rustiques nous enchantent par la diversité et le raffinement de leurs teintes. Découvrez toutes les variétés d’anémones qui se mêlent aux sedums, aux graminées et aux asters en un deuxième printemps !


Le Jardin de Campagne,
Nathalie Becq,
13, rue de Butel,
95810 Grisy-les-Plâtres.
Tél. : 01 34 66 62 87.

sept 192008
 

Comme chaque année, Nathalie Becq met l’automne en lumière dans son Jardin de Campagne à Grisy-les-Plâtres (95). Elle y organise des samedis portes-ouvertes jusqu’au 25 octobre.Au cours de ces samedis, venez découvrir les fleurs d’automne aux coloris étourdissants.

Les fleurs d’automne sont un des trésors du jardin. Avec elles, fini le jardin trop vert au retour des vacances ! De l’été aux gelées, ces vivaces très rustiques nous enchantent par la diversité et le raffinement de leurs teintes. Venez découvrir toutes les variétés d’anémones qui se mêlent aux sedums, aux graminées et aux asters en un deuxième printemps !

Infos pratiques :
Entrée libre.
De 10 h à 18 h.
Le Jardin de Campagne,
13, rue de Butel, 95810 Grisy-les-Plâtres (à 10 Km de Pontoise, direction Marines, et 45 mn de la Défense).
Tél. : 01.34.66.62.87.

Agrandir le plan

sept 032008
 

Nous voici dans les dernières semaines de l’été. Un grand nombre de fleurs annuelles montrent des signes de fatigue. Mais heureusement certaines espèces sauvent la situation et nous gratifient d’une floraison tardive généreuse.Les rudbeckias annuels ne sont vraiment beaux et opulents qu’à partir du mois d’août. Si l’année n’est pas trop sèche, ils se couvrent de grosses fleurs, encore et encore dans les jardins ensoleillés.Imperturbables et foisonnants, les bégonias Dragon Wing forment de larges cascades au feuillage brillant et aux fleurs flamboyantes. Pour les coins ombragés.Plus discrète mais si délicate et charmante, l’euphorbe Diamond Frost forme une belle boule ou des petites bordures parsemées de petits papillons blancs. Mais il faut pour cela lui donner du soleil et ne pas négliger les arrosages. (Sur la photo, en bordure avec un massif de Sunpatiens, un nouvel hybride d’impatiens de Nouvelle-Guinée très florifère).La plupart des graminées terminent l’été avec panache, dans une débauche de feuilles, d’épis ou de plumets. Les petites stipes cheveux d’ange (Stipa tenuifolia) bien sûr, mais aussi les herbes-aux-écouvillons (Pennisetum), les panicauts et bien d’autres encore.J’ai un faible pour les strobilanthes, plantes vivaces encore peu connues pour les endroits ombragés, qui nous offrent une belle floraison au coeur et en fin d’été. Tout particulièrement Strobilanthes rankanensis, qui ne commence qu’à ouvrir sa multitude de boutons sur mon balcon.Et pour Syl, les anémones du Japon bien sûr, qu’il faut aller admirer dans le jardin du Musée du Quai Branly (Paris 7ème). En septembre les tapis de fleurs blanches mariées aux épis des grandes graminées offrent un spectacle magique, que vient encore renforcer les couleurs flamboyantes des arbres au fur et à mesure que l’automne s’avance. Je vous invite d’ailleurs à vous promener dans les parcs et jardins de la ville de Paris tout au long du mois de septembre, les décorations florales estivales étant en ce moment plus belles que jamais. La semaine prochaine se déroulera justement le concours des décorations florales estivales de la ville de Paris, qui récompensera les plus belles. Je vous le raconterai en images !