déc 192013
 

Installé dans la cour de l’Élysée les 12 et 13 décembre derniers, le sapin de Noël offert à la Présidence de la République par Val’hor en partenariat avec l’Association française du sapin de Noël naturel (AFSNN) a été illuminé le 17 décembre en présence de Valérie Trierweiler.

Association française du sapin de Noël naturel

Cette opération a été initiée en 2007 par l’association du Savoir-Faire Horticole Français. Chaque fin d’année, elle met à l’honneur les producteurs français.

Ce sapin Nordmann a 22 ans. Il mesure 10 m de hauteur et a une envergure de 4 m. Il pèse plus d’une tonne. Une entreprise de la filière de l’horticulture et du paysage a réalisé sa décoration vert et or. Un deuxième sapin a été offert par Val’hor pour décorer la salle des fêtes qui a accueilli le Noël des enfants le 18 décembre.

nov 302009
 

En 2008, ce sont 5 millions de sapins qui ont été achetés contre 4,8 millions en 2007 (+ 4,2 %). Et, cette année, les chiffres prévisionnels du marché présagent une stabilisation des ventes même si la conjoncture n’est pas favorable dans de nombreux secteurs d’activité.

Parce que les commandes effectuées par la distribution cette année ont été maintenues dans les mêmes proportions que l’an passé, l’AFSNN table sur un maintien des ventes de sapins de Noël naturels en 2009. Le chiffre d’affaires du marché devrait approcher les 116 millions d’euros, tout comme en 2008.

Fidèles aux traditions, les français préfèrent de loin l’arbre naturel à l’artificiel. Cet hiver, les sapins naturels (toutes variétés confondues) se partageront environ 80 % des parts de marché, et le sapin artificiel les 20 % restantes.

En décembre 2009, le prix moyen d’un sapin naturel devrait avoisiner les 20 euros. Toutefois, le choix de la variété aura une incidence directe sur le prix de l’arbre.

Sapin de Noël (Epicea), photo AFSNN

Sapin de Noël (Epicea), photo AFSNN

En moyenne, un Nordmann devrait osciller autour de 27 euros et un épicéa coûter environ 17 euros. Même si le Nordmann représente environ 2/3 des ventes depuis plusieurs années grâce à la bonne tenue de ses aiguilles, l’épicéa séduit des consommateurs attachés à sa bonne odeur de résine. « Le tout Nordmann n’est pas pour aujourd’hui et il est essentiel d’offrir une véritable gamme diversifiée, où chacun pourra se retrouver » précise M. Frédéric Naudet. Du côté du budget des ménages, « les consommateurs doivent être conscients qu’ils pourront faire des économies en achetant un sapin un peu moins grand ou d’une variété moins onéreuse » souligne également le Président de l’AFSNN.

Avant les fêtes, l’AFSNN souhaite rappeler que les sapins naturels sont issus d’une production agricole raisonnée et, contrairement aux sapins artificiels, leur culture a un impact positif sur l’environnement. 75 % des sapins vendus en Hexagone sont le fruit d’une culture française et proviennent majoritairement du Morvan, de la Bretagne et du Rhône. Cultivés sur une superficie estimée à plus de 5000 hectares, ils requièrent de 5 à 10 années de culture, selon leur variété, avant de pouvoir gagner la distribution.

Champ de sapins Nordmann, photo AFSNN

Champ de sapins Nordmann, photo AFSNN

Depuis sa création en 1988, l’Association Française du Sapin de Noël Naturel compte aujourd’hui 75 producteurs mobilisés pour promouvoir le sapin naturel. À la veille des fêtes, l’AFSNN souhaite rappeler que la vente des sapins naturels pour Noël ne va pas à l’encontre de l’environnement. Malgré certaines idées reçues, les sapins naturels sont issus d’une production agricole raisonnée. Contrairement aux sapins artificiels, dont la fabrication fait intervenir des produits d’origine pétrochimique et qui, dans la majorité des cas, doivent être transportés d’un bout à l’autre du globe, la culture des sapins naturels reste plus positive pour l’environnement.

déc 092008
 

La Présidence de la République a sollicité Val’hor, organisation interprofessionnelle de valorisation des produits, services et métiers de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage, pour l’organisation de l’opération Sapin de Noël 2008 à l’Elysée (Paris 8ème).
« Il s’agit pour l’ensemble des Professionnels du Végétal, d’une preuve de reconnaissance des savoir-faire et de l’excellence de la filière. Parce que cette dernière se veut exemplaire en matière de développement durable, l’ensemble de l’opération Sapin de Noël 2008, se fait avec le souci constant de l’éco-responsabilité : de la production du sapin jusqu’à son recyclage, en passant par l’installation et la décoration.  »

M. Jean-Michel LAPERCHE, Président de Val’hor.

L’opération s’est organisée en partenariat avec l’Association Française du Sapin de Noël Naturel (Afsnn). Son président, M. Frédéric NAUDET, a déclaré : « C’est une grande fierté pour les producteurs français de sapins de Noël d’offrir un arbre au Palais de l’Elysée. Il s’agit là d’une occasion unique de mettre en avant un savoir-faire français et un produit agricole cultivé dans de nombreuses régions de France.  »
Un Nordmann de 9 m de haut a été dressé samedi dernier 6 décembre par les Professionnels du Végétal dans la cour d’honneur de l’Elysée à l’occasion du Noël de l’Elysée 2008. Cette variété de conifère originaire du Caucase tire son nom du botaniste finlandais Alexander Von Nordmann (1803-1866), qui fut à l’origine de sa découverte. C’est la raison pour laquelle les graines de Nordmann semées en pépinière en France proviennent de Géorgie.
Agé de 30 ans, d’un poids estimé entre 900 et 1000 kg, le Nordmann de l’Elysée vient d’une plantation située au cœur du lac des Settons, dans le département de la Nièvre (Morvan).
Le sapin en question, issu d’une production agricole raisonnée, n’a subi aucun traitement chimique ; comme l’ensemble des sapins de Noël naturels français. La coupe du sapin s’est effectuée le jour même de la livraison garantissant une fraîcheur maximale et une tenue optimale des épines. Son acheminement par camion a nécessité de le ficeler et de le manipuler avec le plus grand soin.

Le sapin de l’Elysée en chiffres :
• 9 m de haut
• 30 ans
• 1 tonne
• 200 guirlandes de 20 m de long
• 5 000 boules de décoration
• 400 branchages or et d’ilex rouge
• 2 800 ampoules
• 4 km de câblage
• 20 heures d’installation
• 6 semaines à l’Elysée
(crédit photo : Oriane Forir / Val’hor)