déc 292013
 

Potée d'azalée des fleuristes, photo ©logvinyk / Fotolia.comLes fleuristes proposent en ce moment des potées d’azalées des fleuristes forcées fort attrayantes. Mais ces petits arbustes souvent offerts se révèlent délicats à conserver. Petit inventaire des erreurs à ne pas faire sous peine de voir péricliter la belle floraison et dépérir la plante.

  1. Transporter la potée fleurie dehors sans aucune protection quand il gèle.
  2. Placer la potée près d’un radiateur, d’un poêle ou d’une cheminée en activité.
  3. Laisser l’azalée dans une pièce très chauffée (18 °C et plus) dans l’appartement ou la maison.
  4. Installer la plante loin d’une fenêtre, dans un coin peu lumineux.
  5. Placer l’azalée derrière une fenêtre sans rideau exposée au soleil du midi.
  6. Oublier d’arroser régulièrement et laisser sécher complètement le substrat.
  7. Arroser avec l’eau du robinet sans l’avoir laisser reposer et se réchauffer à la température de la pièce.
  8. Arroser avec une eau dure (trop calcaire).
  9. Vaporiser les fleurs et les boutons floraux.
  10. Laisser toujours de l’eau dans la soucoupe ou le fond du cache-pot.
  11. Laisser les fleurs fanées se dessécher sur la plante.
jan 022013
 

Azalée des fleuristes, jardinerie Truffaut, Paris 13e (75)

Plante cadeau souvent offerte pendant les fêtes de fin d’année, l’azalée des fleuristes est une belle plante d’intérieur relativement exigeante qui supporte mal les intérieurs surchauffés, les arrosages avec une eau trop calcaire et le manque de lumière.

Pour conserver la belle potée longtemps fleurie, sans voir les boutons se flétrir les uns après les autres, il faut d’abord lui trouver l’emplacement qui lui convient dans l’appartement ou la maison. En effet, pas question de la laisser dehors pendant l’hiver, car cet arbuste ne supporte pas les gelées qui peuvent arriver d’un jour à l’autre. À l’intérieur, il faut lui trouver une pièce fraiche, la moins chauffée possible (entre 12 et 16 °C) en évitant la proximité d’un radiateur, d’une cheminée, d’un four et toutes les pièces où il fait plus de 18 °C. Quand la chaleur est trop élevée, l’azalée devient très sensible aux attaques d’araignées rouges qui prolifèrent d’autant plus que l’atmosphère est sèche ce qui est presque toujours le cas quand on chauffe beaucoup. En cas de forte attaque, le feuillage finit par tomber et la plante peut dépérir.Installez votre potée à proximité d’une fenêtre, mais à l’abri des rayons directs du soleil. La plante a besoin de beaucoup de lumière pendant la mauvaise saison. Évitez aussi les zones de courants d’air (proximité avec une porte souvent ouverte par exemple).

Dans un intérieur un peu trop chaud pour le bien-être de cette plante fleurie, il faut installer la potée sur un grand plateau rempli de billes d’argiles et d’eau, le liquide ne devant pas toucher la base du pot. Ce procédé permet d’augmenter l’hygrométrie autour de la plante et évite des aspersions avec de l’eau douce qui abiment les fleurs.

L’arrosage est une opération souvent problématique. Le pot de l’azalée est peu volumineux, le substrat se dessèche vite et se réhumidifie ensuite difficilement. Il faudrait maintenir le sol toujours frais, sans jamais noyer la plante, ni la laisser se dessécher. Attention, si vous ne surveillez pas l’état du substrat, vous risquez de vous apercevoir que votre azalée crève de soif bien trop tard. Quand l’eau manque, son feuillage devient plus terne dans un premier temps, puis les feuilles s’affaissent. Mais à ce stade, c’est trop tard, vous aurez du mal à récupérer la plante qui va perdre des feuilles et devenir moins belle. Faites tremper le pot dans un seau d’eau une fois par semaine et laissez le tant que des bulles s’échappent. Laissez ensuite la potée s’égoutter avant de la réinstaller dans sa soucoupe ou son cache-pot. Attention, l’eau d’arrosage ne doit pas être calcaire et elle doit être à température de la pièce.

Tant que la plante est fleurie, il n’est pas question de la rempoter, mais vous pouvez lui donner un engrais pour plantes fleuries. Les engrais pour hortensias et autres plantes de terre de bruyère sont recommandés.

Dernier geste utile, le nettoyage des fleurs au fur et à mesure qu’elles fanent. Celles-ci prennent une couleur marron pas très jolie et elles ne tombent pas toutes seules. Il faut donc les enlever régulièrement pour garder un bel aspect à la potée fleurie.

déc 302009
 

À l’occasion des fêtes de fin d’année, les rayons des fleuristes et des jardineries se sont remplis d’azalées d’intérieur, qui voisinent avec les cyclamens, les poinsettias et les phalaenopsis, autres stars du moment.

Azalée des fleuristes, plante d'intérieur, décembre 2009, photo Alain Delavie

Azalée des fleuristes, plante d'intérieur, décembre 2009, photo Alain Delavie

Et pourtant, ces petits arbustes abondamment fleuris déçoivent souvent à cette période de l’année. Et ce pour 3 raisons principales :
– à cette période de l’année, toutes les azalées des fleuristes sont des plantes forcées, car elles fleurissent normalement au printemps. Ce sont donc des plantes fragilisées et ce d’autant plus qu’on les achète de bonne heure en automne ou au début de l’hiver.
– ces plantes d’intérieur convenaient aux intérieurs peu chauffés de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle, mais ils ne supportent pas les atmosphères surchauffées (plus de 18 °C) et surtout trop sèches des intérieurs contemporains, bien mieux chauffés, parfois trop !
– ces plantes de terre de bruyère sont cultivées dans un petit pot, avec un substrat très drainant et acide, qui se dessèche vite puis se rehumidifie difficilement. D’où un dépérissement parfois très rapide quand le jardinier d’intérieur ne prend pas trop soin de ses plantes… Pour les apports d’eau, pas d’arrosage sur le dessus de la motte, mais un trempage complet du pot dès que la terre sèche en surface. Il faut laisser tremper la potée tant que des bulles d’air s’échappent de la motte. Et bien sûr, il faut utiliser une eau douce sans calcaire actif, car les azalées d’intérieur apprécie un sol et une eau acide (pH inférieur à 7), comme les rhododendrons et les azalées des jardins.

Un joli cadeau, mais une belle délicate…