juin 072008
 

Journée grise et fraîche avec petite averse. Pas terribles le printemps et le mois de juin cette année.
13 °C ce matin, pour un peu on apprécierait un peu de chauffage, mais en juin quand même !

Cela n’empêche pas la potée d’Epicactus de poursuivre sa floraison. Un peu de couleur dans la grisaille, ça fait du bien.
J’ai quand même fait un petit tour sur le quai de la Mégisserie et le marché aux fleurs sur l’Île de la Cité. Ne trouvant pas ce que je cherchais, j’ai décidé de faire un grand saut jusqu’à Neuilly, pour découvrir la jardinerie Hermès. Un petit périple en métro, vite fait. La jardinerie est juste à côté de la sortie du métro (ligne 1, Pont de Neuilly).
Un choix très intéressant et varié, avec une offre importante de plants à l’unité, une attention bienvenue pour le citadin en mal de place. De très belles poteries aussi. J’ai craqué pour une plante cigarette (Cuphea ignea), un Begonia Bonfire et un plant d’impatiens Walleriana-Hybride « géante » aussitôt plantés. Cette variété d’impatiens est aujourd’hui rarement présentée, hormis quelques plants sur les quais de la Mégisserie, mais vendus par barquettes. Et pourtant, cela change des habituelles impatiens nanifiées à l’extrême. Ras le bol du tapis ou du coussin court sur pattes que nous impose les hybrides récents, j’aime l’opulence. Si l’été n’est pas trop sec (sic !), mon pied d’impatiens devrait atteindre 60 à 80 cm de hauteur.
Toutes ces fleurs sont de couleur rouge vif, comme les bégonias Dragon Wing et l’épicactus. Mais il y a beaucoup de vert sur le balcon, donc ce n’est jamais criard. Et puis j’aime bien le rouge, et l’orange aussi.
J’ai aussi acheté un tuteur cercle pour mon pied de corète du Japon, qui s’étale un peu trop dans tous les sens. Simple, discret et efficace comme système. Et facile à poser ! Au fait, les pigeons ne sont pas revenus écraser ma touffe de coeur-de-Marie blancs.
juin 062008
 

Les premiers boutons floraux de ma potée d’épicactus commencent à s’ouvrir.

Spectaculaires, impressionnants, énormes déjà…

Ce superbe cactus orchidée semble décidément bien se plaire sur mon balcon, qui lui apporte juste ce qu’il faut de soleil et d’ombre.

juin 062008
 
Il y a quelques jours je vous ai parlé d’une petite misère que j’adore. Aussi à l’aise dans l’appartement que dehors sur le balcon, cette petite plante n’est pas la seule à pouvoir passer de l’intérieur à l’extérieur. Les aspidistras aussi !

Je possède une belle touffe d’aspidistra à feuillage ponctué (Aspidistra elatior ‘Maculata’ ou ‘Milky Way’ selon les origines) qui est installée sur mon balcon depuis plus de quatre ans, car bien trop volumineuse pour rester dans ma salle de séjour. Elle a passé sans encombre les hivers, quelques feuilles ont bruni et séché, mais c’était plus du au manque d’arrosage qu’au froid.

Au printemps, avec un peu de sang desséché et de corne torréfiée, les nouvelles feuilles sont vite nombreuses.
A placer à l’ombre impérativement, c’est la seule véritable exigence de cette plante robuste, jamais malade.

juin 012008
 

Depuis deux jours, je retrouve ma belle touffe de coeur-de-Marie blancs complètement éclatée, avec des morceaux cassés au petit matin.Pas de doute à avoir, le couple de pigeons ramiers est revenu. J’avais été à peu près tranquille cette année alors que l’année dernière, ils se sont abattus sur mes armoises, dans les coeurs-de-Marie (et oui, déjà, mais pas les mêmes) et les sceaux de Salomon, provoquant des dégâts conséquents. C’est qu’ils sont gros, les animaux !
Petit tour dans la matinée chez Truffaut en bord de Seine pour trouver des tuteurs, afin de redresser les tiges couchées et de les stabiliser.
J’ai trouvé un tuteur en arceau, que je me suis empressé de poser dès mon retour. Le plus difficile, c’est de soulever et rassembler les tiges des coeurs-de-Marie, cassantes comme du verre. J’en ai profité pour nettoyer et enlever les rameaux ou feuilles abimées.Et voici le résultat, tiges redressées et touffe resserrée. J’espère seulement qu’elle pourra résister à l’atterrissage des mastodontes volants… A suivre !

juin 012008
 

De jour en jour, les plantes sur mon balcon semblent plus grandes et volumineuses. Le temps doux voir chaud assorti de bonnes ondées et d’arrosages suivis, réussit aux végétaux en pleine croissance qui ne peinent pas. En quelques semaines à peine, le balcon ne se ressemble plus.
Les jeunes semis spontanés de l’Impatiens namchawarbensis ont bien repris après leur transplantation. Ils commencent à se ramifier.Le Begonia boliviensis forme déjà une belle petite touffe avec de nombreuses tiges.Quant à l’épicactus (ou épiphyllum ou phyllocactus ou cactus orchidée), ses boutons floraux grossissent à vue d’oeil, ils ne devraient plus tarder à s’ouvrir.

juin 012008
 

Journée de samedi passée dans les très beaux jardins du château du Lude (72) pour la fête des plantes, la remise du prix P.-J. Redouté et les rendez-vous aux jardins.
Temps difficile, énorme orage en début d’après-midi avec des trombes d’eau, mais cela ne m’a pas empêché de trouver une petite plante nouvelle pour mon jardin suspendu.
Une belle impatiens à port retombant et grosses fleurs jaune d’or. Elle m’a été vendue pour Impatiens repens, mais les fleurs sont vraiment trop grosses je trouve…
Qu’importe le nom, la plante me plaît énormément ! Une nouvelle recrue vivement colorée qui va rejoindre mon balcon.