oct 262008
 

L’automne est maintenant bien avancé, les bégonias tubéreux entrent petit à petit au repos. Mais selon les variétés et la météo, ce repos est plus ou moins rapide. Faut-il alors continuer à les arroser ou non ? Ca dépend…
Si le bégonia continue à fleurir, avec un feuillage qui reste vert, on arrose, mais juste quand le sol est sec en surface.Quand le feuillage est encore vert, pas trop jaunissant, oui il faut arroser, modérément quand le sol est sec en surface.Quand le feuillage est déjà bien jaune, parfois constellé d’oïdium, il faut cesser les arrosages.Quand il ne reste plus que des bouts de tige, même s’ils sont verts, on stoppe les arrosages.Ces photos ont été prises aujourd’hui sur mon balcon, j’ai tous les cas de figure, simple l’arrosage ;-)))

sept 122008
 

Jeudi dernier, au cours de mon périple dans les parcs et jardins parisiens, j’ai repéré un mur couvert de bégonias bien fleuris. Une surprise haute en couleurs dans le 5ème arrondissement, rue Rollin, pas très loin du square des Arènes de Lutèce – René Capitan.Voici deux escaliers bien fleuris, deux grands tapis de bégonias tubéreux hybrides. Ils donnent du côté de la rue Monge.

Agrandir le plan
Le saviez-vous ?
L’alignement des immeubles parisiens, chahuté par les différentes périodes de construction de la Ville, offre une multitude de murs aveugles peu esthétiques et souvent sources de malpropreté. Les murs « végétalisés » contribuent à l’embellissement de l’espace public et à l’amélioration de l’environnement. Dans Paris, 82 murs sont habillés de végétaux volubiles plantés directement dans le sol, dans les 20 arrondissements, 3 murs accueillent des plantes vivaces cultivées hors sol.
De nouvelles créations ont vu le jour récemment dans les 11e (jardin Jules Verne, 32 rue Bréguet), 13e (7 rue de l’Industrie, jardin du dessous des Berges, rue Watt), 14e (rue Alain), 15e (rue Bossoutrot), 18e (jardin des deux Nethes, rue Stefenson) et 20e (rue des Orteaux).
Ces murs vivants contribuent à la régulation thermique des bâtiments. Ils protègent les murs pignons des rayons ultra-violets et des pluies battantes, augmentant leur durée de vie.

août 162008
 

Tous les deux ans, les années paires en fait, la Grand-Place de Bruxelles se pare d’un immense tapis de fleurs de bégonias tubéreux pour le week-end du 15 août.Cette année, le somptueux dessin du tapis de fleurs s’inspire de motifs français du XVIIIe siècle. L’inauguration a eu lieu le jeudi 14 en fin de journée et la foule des grands jours était au rendez-vous dès le 15 au matin. Moi aussi, pour un petit reportage en images. Attention aux yeux, c’est un véritable festival de couleurs ! Et en plus, il faisait très beau, contrairement aux nombreuses prévisions météorologiques pessimistes que j’avais consultées avant de partir.
Grande foule de photographes sur le balcon situé au 1er étage de l’Hôtel de Ville de Bruxelles, et bien plus en bas sur la place tout autour des 300 m2 de tapis.Et oui, je n’ai pas résisté, j’ai fait touriste et je me suis fait photographier…Des milliers de fleurs, des milliers de personnes, le centre de Bruxelles avait tout d’une ruche bourdonnante… Et rien que des fleurs de bégonias tubéreux hybrides, produits en Belgique. 800 000 fleurs !La vue depuis le restaurant où je me suis installé (le Café de Bruxelles), près de la fenêtre au 2ème étage. Tranquille au calme loin de la foule, attablé devant des spécialités « plus belges que belges ». Vous pouvez encore en profiter demain dimanche 17 août. Pour les parisiens, l’accès est rapide avec le Thalys depuis la gare du Nord : 1 h 20 de trajet seulement, puis trois stations de tram (descendre à Bourse) ou un court trajet en taxi (depuis la gare du Midi à Bruxelles, la course m’a coûté 4,50 euros, ce n’est pas la ruine). Sinon rendez-vous dans 2 ans, pour un nouveau motif !

août 142008
 

Les bégonias tubéreux hybrides à fleurs doubles donnent 2 types de fleurs : des fleurs mâles bien doubles (celles que l’on attend) et des fleurs femelles simples, sans grand intérêt décoratif.
Pour reconnaître les fleurs femelles :
– elles sont simples avec 4 pétales seulement,– un gros ovaire ailé (c’est la partie renflée avec des petits ailerons, située sous les pétales),– un pistil jaune au coeur de la fleur.Il faut supprimer ces fleurs femelles pour empêcher la formation de graines, qui fatigue la plante au détriment de la floraison plus décorative attendue. Le geste est simple et rapide : pincer la base du pédoncule floral, c’est tout ! Il suffit d’inspecter une ou deux fois par semaine la potée pour faire ce petit nettoyage, qui vous donnera davantage de belles fleurs bien doubles.
Les fleurs sont ensuite mises dans la boite à vermicompost, sur le tas de compost dans le jardin ou jetées si vous ne recyclez pas les déchets verts de votre coin de jardin urbain.

août 132008
 

Les collectionneurs de bégonias savent que quelques rares espèces dispensent un parfum souvent versatile, tel le Begonia solananthera. Mais les jardiniers français disposent maintenant de deux variétés de bégonias tubéreux aux fragrances de rose ancienne ou de citron. En Angleterre, une troisième est annoncée…
Je vous ai déjà parlé de ma suspension de Begonia Fragrance ‘Apple Blossom’, incroyablement florifère et au puissant parfum de rose ancienne.La deuxième variété que je possède depuis son apparition en France il y a trois ans est toute aussi odorante : Begonia Aromantics. Sur les trois tubercules achetés l’an dernier, un seul a résisté à l’hiver et est bien reparti. Joli coloris jaune poussin, avec une touche de rose sur l’extérieur des pétales les plus externes. La fleur très double ressemble à un gros pompon. On dirait vraiment une rose ancienne…
Il existe différents coloris, proposés en mélange. Voici quelques photos prises en juillet dernier dans le jardin de présentation du célèbre semencier anglais Thompson & Morgan, qui diffuse des jeunes plants de ces bégonias, malheureusement uniquement sur le territoire du Royaume-Uni.Les jardiniers anglais sont privilégiés. L’an prochain, Thompson & Morgan va leur proposer ces bégonias sous forme de graines, mais aussi des jeunes plants d’une autre variété toute aussi parfumée, Begonia Scentsation. En avant-première, les photos de cet hybride que je suis impatient de découvrir et de cultiver…Quelle que soit la variété, le parfum n’est pas constant. J’ai constaté qu’il était absent quand la fleur commence à s’ouvrir et quand elle se fane. Il faut attendre parfois une ou deux journées avant que les effluves fleuries ou fruitées se laissent découvrir, mais pour cela il faut mettre le nez à portée de la fleur (dans le jardin ou sur le balcon, dans une serre, elles doivent se sentir en approchant de la potée). Rien à voir avec la puissance exceptionnelle d’un Hosta plantaginea ‘Grandiflora’ ou des belles-de-nuit (Mirabilis longiflora). Mais le parfum est là, charme supplémentaire pour ces belles fleurs des coins ombragés.

août 052008
 

Plus l’été s’avance, plus mes bégonias tubéreux hybrides à floraison parfumée deviennent opulents et offrent de belles fleurs.La suspension de Begonia Fragrance ‘Apple Blossom’ est méconnaissable tellement elle a pris du volume et tant les fleurs sont nombreuses. Et quel parfum ! Les fleurs ne sont pas toujours parfumées, mais quand elles se mettent à sentir, une bouffée d’arôme de rose ancienne vous emplit les narines. Un vrai régal.J’ai une autre suspension avec un Begonia Aromantics, que j’avais déjà l’an dernier et dont le tubercule a mis beaucoup de temps à repartir cette année, du fait du printemps assez frais et humide. Mais ça y est, les premières fleurs arrivent. En principe elles sont parfumées, mais je n’ai pas encore été mettre mon nez au coeur des pétales, à peine entrouverts. La floraison ne fait que commencer…