mar 102014
 

Avec février s’est terminé l’hiver météorologique. Météo France a publié son bilan climatique concernant cette saison hivernale achevée. Sur la période 1900-2014, l’hiver 2013-2014 se place au deuxième rang des hivers les plus doux derrière celui de 1989-1990 et ex-aequo avec l’hiver 2006-2007.

Durant l’hiver 2013-2014, un flux d’ouest à sud-ouest perturbé a dominé sur l’Europe de l’Ouest, apportant sur la France de nombreuses tempêtes, d’abondantes précipitations et une douceur exceptionnelle.

Températures et précipitations en hiver de 1959 à 2014, Météo FranceÀ partir de la mi-décembre, le thermomètre a affiché des valeurs très douces pour la saison avec très peu de gelées en plaine. La température moyennée sur la France et sur la saison a été supérieure de 1.8 °C à la normale (moyenne de référence 1981-2010). Les précipitations ont été particulièrement abondantes sur la façade ouest du pays et dans le Sud-Est. Elles sont en revanche restées déficitaires de l’Hérault aux Pyrénées-Orientales ainsi que dans le Nord-Est. Avec plus de 50 jours de pluie, la fréquence des précipitations a été exceptionnelle du littoral Atlantique aux côtes de la Manche. La pluviométrie de cet hiver 2013-2014 est la plus élevée de la période 1959-2014 en Bretagne mais aussi en Provence – Alpes – Côte d’Azur. Sur l’ensemble de la saison et du pays, l’excédent de pluviométrie est proche de 40 %.

Exceptionnellement généreux en décembre, l’ensoleillement a été généralement faible en janvier et février. Sur l’ensemble de l’hiver, il est proche des normales (moyenne de référence 1991-2010) sur la moitié sud, voire plutôt déficitaire dans le Sud-Est, mais excédentaire sur la moitié nord.
(Source : Météo France)

mar 022013
 

L’hiver météorologique 2012-2013 (décembre, janvier et février) en France s’est révélé plutôt frais, avec une pluviométrie sensiblement excédentaire et un ensoleillement déficitaire.

Bilan provisoire de l'hiver 2012-2013 (Météo-France)

La température moyennée sur la France et sur la saison est légèrement inférieure à la normale*.
Cette moyenne masque de brusques variations temporelles ainsi que des contrastes géographiques. La moitié ouest du pays a bénéficié de températures légèrement supérieures à la normale alors que la moitié est a connu des températures plus fraîches.

Les précipitations ont été particulièrement abondantes dans le Sud-Ouest ainsi que du nord de l’Auvergne au sud de la Bourgogne mais sont restées déficitaires en Languedoc-Roussillon et Basse-Vallée du Rhône. Sur l’ensemble de la saison et du pays, la pluviométrie est supérieure à la normale* d’environ 15 %. Dans le nord du pays, les pluies se sont fréquemment conjuguées avec les chutes de neige, jusqu’en plaine, sans toutefois occasionner d’épaisseur au sol remarquable.

L’ensoleillement a été très faible cet hiver sur l’ensemble de la France, notamment dans un large quart nord-est où le déficit est compris entre 20 et 40 %. Seules les régions méditerranéennes ont bénéficié d’un ensoleillement proche de la moyenne**.

Continue reading »

nov 292012
 

Qu’il s’agisse des températures, des précipitations ou de l’ensoleillement, l’année 2012 s’annonce globalement sur la France comme assez proche de la normale.

Légèrement inférieure à la normale* sur le quart nord-ouest du pays, la température moyenne est supérieure sur le Sud-Est. Ce contraste géographique est encore plus marqué en ce qui concerne les températures maximales. Moyennée sur l’ensemble de la France et sur les 11 premiers mois de l’année, la température moyenne annuelle est proche de la normale*.

La pluviométrie en 2012 est marquée par de fortes disparités régionales. Globalement déficitaire au Sud, notamment dans le Sud-Ouest et le Languedoc-Roussillon, le cumul de précipitations est excédentaire sur le Nord – Pas-de-Calais et les Pays de la Loire. Cumulée sur l’ensemble du pays, la quantité d’eau recueillie sur les 11 premiers mois est inférieure de près de 5% à la valeur moyenne.

Sur les 11 premiers mois de l’année, la durée d’insolation annuelle est proche de la normale** sur l’ensemble de la France.

Plusieurs évènements remarquables se sont produits en 2012 : une vague de froid exceptionnelle a touché l’ensemble du pays début février, la fin de l’été a été marquée par une vague de chaleur tardive et deux tempêtes se sont succédé sur les régions méditerranéennes fin octobre.

* moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010
(Source : Météo-France)

nov 292012
 

Feuillage d'automne doré dans le Parc Georges Brassens, Paris 15e (75)

L’automne 2012 (automne météorologique : septembre, octobre et novembre), globalement doux, a été marqué par un temps très agité, avec une succession de perturbations qui ont largement arrosé un grand quart nord-ouest de l’Hexagone, des pluies diluviennes sur les Pyrénées et dans le Sud-Est, et des épisodes de vent violent.

La température moyennée sur l’automne a été légèrement inférieure à la normale* sur le nord-ouest du pays et le piémont pyrénéen, mais supérieure à celle-ci sur le reste du pays. Moyennée sur l’ensemble du territoire et sur l’automne, la température est légèrement supérieure à la normale*, avec une anomalie proche de +0.4 °C.

Les précipitations ont été très contrastées. Elles ont été excédentaires de plus de 30% sur les côtes du Nord – Pas-de-Calais et de la Normandie au Pays de la Loire, au Centre et au Poitou-Charentes ainsi que localement sur les massifs alpins et pyrénéens. En revanche, elles ont été fortement déficitaires des plaines du Sud-Ouest au Massif central et autour du golfe du Lion. Sur l’ensemble de la France, la quantité d’eau recueillie devrait être légèrement supérieure à la normale*.

L’ensoleillement, proche de la normale** sur la majeure partie du pays a été légèrement déficitaire sur le Nord-Ouest.

Continue reading »

juin 302012
 

Le mois de juin 2012 a été marqué par de nombreux passages pluvieux en début de mois sur l’ensemble de la France, puis par des conditions contrastées entre le nord et le sud du pays. À Paris et en région parisienne, nous n’avons pas été gâté !

Écart à la moyenne mensuelle de référence 1981-2010 de la température maximale 1er au 28 juin 2012 - France / Météo France

Sur la France, les températures moyennes sont relativement proches des normales, mais le pays est coupé en deux avec des températures fraîches pour la saison sur la moitié nord, et relativement douces plus au sud. La Corse, la Provence, la Côte d’Azur, les Pyrénées-Orientales et le sud de l’Auvergne ont bénéficié de températures moyennes supérieures à la normale de plus de 1°C. Continue reading »

mar 032012
 

L’hiver 2011-2012 s’est montré particulièrement contrasté en France métropolitaine, alternant douceur et froid exceptionnel, pluies abondantes et déficit de précipitations.

Si la température moyennée sur la France et sur l’ensemble de l’hiver a été conforme à la normale, elle masque d’importantes variations. Les températures ont été très douces en décembre et janvier, avant de chuter brusquement fin janvier. Dès lors, une vague de froid remarquable a touché l’ensemble du pays jusque vers la mi-février, la fin de l’hiver connaissant ensuite des températures plus proches des normales.

Carte des températures moyennes en France : hiver 2011-2012 (Météo France)

Après un mois de décembre abondamment arrosé à l’exception notable des régions méditerranéennes, les précipitations de janvier n’ont concerné que le Nord-Est et le nord des Alpes, précédant un mois de février remarquablement sec. Sur l’ensemble de la saison, le bilan pluviométrique est extrêmement déficitaire sur les régions méditerranéennes avec des cumuls de pluie souvent inférieurs à 20 % de la normale : cet hiver s’y classe parmi les plus secs depuis 1959. Sur le reste de la France, le bilan est contrasté : nettement déficitaires de la Bretagne au Sud-Ouest, les pluies ont été plus proches des normales ailleurs, voire parfois excédentaires sur le Nord et le Nord-Est de la France.

L’ensoleillement a été généreux cet hiver, notamment grâce à un mois de février très ensoleillé. Des Pays de la Loire aux frontières du Nord et du Nord-Est ainsi que sur les régions méditerranéennes, les durées d’ensoleillement ont été 20 % à 40 % supérieures à la moyenne. Partout ailleurs, l’ensoleillement a été plus proche de la moyenne. Continue reading »