mai 012011
 

Mis en place en 1989 par le Muséum National d’Histoire Naturelle, le programme Vigie-Nature a pour objectif de mieux connaître l’état de la biodiversité via différents dispositifs de sciences participatives. Depuis sa création, il a vu se développer 8 observatoires spécifiques, dont 3 proposés au grand public : l’Observatoire de la Biodiversité des Jardins, l’Observatoire des Bourdons et SPIPOLL. En 2011, un nouvel observatoire vient s’ajouter aux dispositifs existants : l’Observatoire Sauvages de ma rue, entièrement consacré à l’observation des plantes urbaines sauvages.

En 2011, quatre observatoires du programme Vigie-Nature font donc appel à la participation des citoyens dans leur ensemble, sans besoin de connaissances préalables sur la faune et la flore. Ils sont un moyen de sensibiliser et d’impliquer chaque citoyen dans la préservation de la Nature.

Sauvages de ma rue, le dernier né !
Lancé cette année par le Muséum National d’Histoire Naturelle en partenariat avec Tela Botanica, le réseau francophone des botanistes, ce tout nouvel Observatoire concerne uniquement les plantes urbaines sauvages.
Les citadins sont invités à inventorier la flore sauvage de leur quartier. Pour identifier les plantes, ils pourront s’aider du livre Sauvages de ma rue, un guide inédit qui regroupe les 100 espèces sauvages les plus abondantes en milieu urbain. À l’issue de ces observations, les participants pourront saisir leurs données sur le nouveau site Internet dédié à cet observatoire.
Pour 2011, première année de l’Observatoire, l’étude est limitée à la flore urbaine de la région Paris Île-de-France. À terme, l’opération a pour vocation de s’étendre aux grandes villes de France.
Le site de l’Observatoire Sauvages de ma rue : www.sauvagesdemarue.fr

Les inscriptions seront disponibles à partir du 3 mai ! Cela me tente beaucoup…
Continue reading »

avr 052011
 

Le mercredi 6 avril 2011, la ville de Suresnes (Hauts-de-Seine) se joint à l’opération Laissons pousser ! qui invite les citoyens à semer des fleurs sauvages sur l’espace public et à porter un nouveau regard sur la biodiversité des pavés.

Partant du constat que la biodiversité n’est pas qu’une affaire de grands espaces naturels mais aussi celle des citadins elle veut prouver que même le béton peut se faire accueillant pour la nature sauvage. en créant de véritables jardins de poche. Un objectif plébiscité par les Français qui sont sept sur dix à estimer qu’il n’y a pas assez de végétal en ville (enquête Unep-Ipsos 2010). En Ile-de-France, une personne sur trois regrette de ne pas avoir assez de liens avec la nature et les jardins. L’opération encourage aussi les citadins à investir leur quartier, se l’approprier, le respecter davantage et vouloir l’embellir… Ce peut aussi être l’occasion de réapprendre à observer la nature ordinaire, et, tout simplement d’admirer la beauté d’une rue pleine de fleurs des champs…

De 10h à 12h, esplanade Merlin de Thionville : Laisser pousser sur les balcons
À l’invitation des membres du conseil consultatif du quartier Centre-Ville : Conseils de jardinage pour les habitants vivant en appartement et souhaitant cultiver en jardinière comme s’ils avaient un potager. Les participants recevront un sachet de semis pour gazon fleuri et un plan d’herbes aromatiques. L’opération s’adressera tout particulièrement aux occupants des quatre tours Cités Unies dont la réhabilitation récente a prévu l’installation de balconnières sous les fenêtres.

À partir de 17h : Fleurir les pieds d’arbres
A l’invitation des six conseils consultatifs de quartier, les habitants, munis si possible de leur matériel de jardinage (petites pelles et pioches), pourront, accompagnés par un jardinier, fleurir les pieds des acacias, des frênes, des ormes ou des noisetiers de leur quartier. Et se réapproprier des espaces auxquels on prête peu attention et que l’on a parfois tendance à détériorer.

mar 312011
 

Avec l’exposition « La Ville fertile », il s’agit pour la Cité de traiter en détail l’un des sujets majeurs du moment en replaçant la question de la nature en ville dans une perspective large, qui en aborde les dimensions historique, sociale, culturelle, botanique autant qu’écologique.

Affiche de l'exposition La Ville fertile

Affiche de l'exposition La Ville fertile

En 2011, le thème fort de la programmation de la Cité est la place de la nature en ville, qui est l’une des interrogations majeures de nos concitoyens. Le Cycle « Ville et nature » est un parcours décliné en deux expositions complémentaires. La première, intitulée La Ville fertile, entend rendre compréhensible à un large public les enjeux fondamentaux de cette présence de la nature en ville, en décortiquant les composantes d’une architecture paysagère urbaine et en présentant quelques réalisations emblématiques en France et dans le monde. La seconde exposition est consacrée au brésilien Roberto Burle Marx, l’un des pères du paysagisme moderne. Ces deux expositions sont confortées par une session des Cours publics d’histoire de l’architecture consacrée aux jardins, une exposition-atelier destinée aux jeunes publics, un parcours dans les collections du musée, des formations, un colloque, et, enfin, une programmation audiovisuelle sur le même thème.

Exposition La Ville fertile (23 mars – 24 juillet 2011)
Elle est composée de deux séquences et propose une immersion dans le monde végétal et urbain, en même temps qu’elle donne à voir les différents éléments qui le traversent : l’horizon, l’eau, le vent, le paysage urbain, les sons…

La première séquence de l’exposition, intitulée « L’Objet du désir », a été confiée, pour le commissariat et la scénographie, à l’architecte de paysages Nicolas Gilsoul. Elle vise à montrer, à travers une mise en scène très théâtrale, que lorsque nos fantasmes de nature s’incarnent dans la réalité des villes, ils convoquent une grande diversité d’approches créatives, d’innovations technologiques, de domaines de connaissances scientifiques inédits, et de nouvelles urbanités. Cette richesse et cette profondeur sont illustrées par 16 projets prospectifs et réalisations récentes, en France et dans le monde, répartis entre quatre thèmes : « Forêt », « Prairie », « Friche », « Rives ». Le visiteur est invité à un parcours le conduisant de New York (Governor’s Island – WEST8 et High Line – designed by James Corner Field Operations (project lead) with Diller Scofidio + Renfro) à Paris (Forêt linéaire – agence TER et François Leclercq), de Munich (Allianz Arena – Herzog et de Meuron / VOGT) à Beyrouth (Mausolée Hariri – Marc Barani), de Saint- Nazaire (Base sous-marine – Gilles Clément et Coloco) à Détroit, des bords de Seine (Ilex) à Costanera Sur en Argentine…

La seconde séquence, « La fabrique de la ville fertile », dont le commissariat et la scénographie sont assurés par le paysagiste Michel Péna, propose une promenade autour de sept thèmes qui guident le visiteur et reprennent les grands éléments – l’eau, la terre, le feu… -, incontournables dès lors qu’il est question de nature. Ils sont complétés par les notions de temps, d’espace, et de milieu vivant, eux aussi indispensables pour expliquer à un large public les fondements de la ville fertile. Interviews filmés (Augustin Berque, Bernard Chevassus-au-Louis, Alexandre Chemetoff, Gilles Clément, Michel Corajoud, Michel Desvignes…) alternent avec des « promenades » parmi quelques réalisations majeures en France, et des « ateliers » thématiques conçus autour des travaux de paysagistes, mais aussi des savoir-faire et des références culturelles qui les inspirent, qu’il s’agisse d’Alexandre Chemetoff à Nantes et au Havre, Michel Desvignes à Bordeaux, l’agence In Situ à Lyon, Florence Mercier à Ivry-sur-Seine, Jacqueline Osty à Amiens…

Cité de l’architecture & du patrimoine
Palais de Chaillot
Galerie basse des expositions temporaires
1 place du Tocadéro et du 11 novembre,
75016 Paris.
Du 23 mars au 24 juillet 2011
Tarif : Plein tarif 8 €; Tarif réduit 5 €.

mar 252011
 

Pour tout savoir des plantes qui attirent les oiseaux, des petits aménagements pour offrir gite et couvert aux insectes, hérissons, oiseaux… Rendez-vous le 26 mars 2011 à 10h30, à la Maison du Jardinage du Parc de Bercy, Paris 12e (75).

Maison du Jardinage
Parc de Bercy,
41, rue Paul Belmondo,
75012 Paris
.

Tarif : Plein tarif 6 €; demi-tarif (de 7 à 26 ans, carte famille nombreuse) 3 €; Carte de 4 cours 20 €; Demandeur d’emploi gratuit.
Tout public, sur inscription au tél. : 01 53 66 14 00 du lundi au vendredi.

mar 232011
 

Dans le cadre de la Semaine pour les Alternative aux pesticides, un parcours-visite vous est proposé le 24 mars 2011 à 14 h 30 dans le Parc Floral de Paris (75).

Exposition  »La nature sauvage » à la Maison du Parc et du Bois, parcours biodiversité végétale de l’Ile de France et aménagements qui favorisent la biodiversité.

Rendez-vous: dans le Parc Floral, côté esplanade du château, devant le panneau  » visites guidées ».

Parc Floral, 118 route de la pyramide, 75012 Paris.
Métro: ligne 1, station Château de Vincennes.
Tarif : Gratuit.
Tout public, sans inscription.
Contact au tél. : 01 71 28 50 56.

mar 222011
 

L’opération « Laissons Pousser » redémarre en 2011. Les collectivités partenaires l’an passé sont toujours là pour inviter leurs habitants à fleurir le bitume. D’autres ont rejoint l’aventure. Elles seront une vingtaine au total, d’Ile-de-France et d’ailleurs.

Autre nouveauté, deux types de sachets de graines seront mis à disposition cette année :
– Le premier contiendra un mélange adapté à la pleine terre comme en 2010 (coquelicot, centaurée jacée, marguerite, vipérine, millepertuis, mauve musquée…).
– Le second mélange devrait être plus adapté aux pots et jardinières (pâquerette, matricaire odorante, myosotis des champs, réséda jaune, véronique petit chêne, violette odorante…).
Un choix effectué avec Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, et trois de ses associations membres : Noé Conservation, l’Office pour les insectes et leur environnement et la Maison de l’environnement de Seine-et-Marne.

Une fois encore, le site Internet www.laissonspousser.com racontera les histoires de ces jardins de poche.

À Asnières, l’action se concentrera aux pieds des immeubles.
À Nanterre, sur des espaces collectifs prêts à semer, chacun pourra parrainer une parcelle individuelle.
Dans la communauté d’agglomération des lacs de l’Essonne, des rues entières seront identifiées et jardinées par leurs habitants…

Pour connaître le programme 2011, rencontrer les participants et connaître tous les détails de Laissons Pousser 2011, une conférence de presse est prévue par Natureparif aujourd’hui mardi 22 mars 2011, à 10h30, dans le hall de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), 84 rue de Grenelle, Paris 7e.

Le projet Laissons pousser
Des mini-prairies de fleurs sauvages se mettent à pousser dans les espaces urbains délaissés. Des myosotis, des violettes et de la pimprenelle tout aussi sauvages attirent les abeilles sur les balcons. Et c’est vous, habitants des villes, qui les plantez en bas de chez vous ou sur les bords de vos fenêtres.
L’année dernière pour la première édition, une quinzaine de communes étaient de la partie. En 2011, elles sont une bonne trentaine d’Ile-de-France et d’ailleurs. Chacun s’engage à distribuer gratuitement à ses habitants les sachets de graines de Laissons Pousser ! et à autoriser les plantations sur des espaces identifiés. Ici, ce sont les écoles qui vont semer, là les amicales de locataires, plus loin, les associations de jardins partagés, ailleurs, les particuliers-jardiniers…