oct 212011
 

Chêne américain avec ses couleurs d'automne dans le parc de la Villette, Paris 19e (75)

De l’or, du caramel, du miel, du fauve… Un festival de couleurs chaudes pare ce chêne américain planté dans le parc de la Villette (Paris 19e) le long du canal de Saint-Denis.

Avec un beau ciel bleu et du soleil, c’est l’automne en technicolor !

sept 242011
 

Les 24 et 25 septembre la manifestation, dédiée cette année aux Arbres et Forêts, sera célébrée dans le Parc du Château de Suresnes. Un chêne de Bourgogne y sera planté par le journaliste de Thalassa (France 3), Georges Pernoud.

Samedi 24 septembre un Quercus cerris, un Chêne chevelu de Bourgogne, va rejoindre la collection, déjà riche d’une trentaine d’espèces de chênes, qu’abrite le Parc du Château à Suresnes (92). Planté par le réalisateur et présentateur de Thalassa, sur France 3, Georges Pernoud, il symbolisera la participation de la ville à la 15ème Fête des Jardins. Au programme : activités et animations sur le thème « arbres et forêts ».

Si en cette année internationale des forêts décrétée par les Nations unies, les arbres urbains sont à l’honneur, ce patrimoine l’est en réalité chaque année à Suresnes.

La ville qui compte 41 hectares de parcs et de jardins agrémentant ses différents quartiers est déjà honorée de trois fleurs au concours des villes fleuries de France et a été lauréate l’an dernier du Prix National de l’Arbre. Celui-ci récompensait notamment les nombreuses plantations, 150 par an depuis 5 ans, effectuée en dépit d’une urbanisation très dense, par la ville qui a su ainsi constituer avec cohérence, une trame verte des quais de Seine au Mont Valérien. En février dernier elle accueillait la Journée sur l’Arbre, rendez-vous de sensibilisation organisé par la Société Nationale d’Horticulture de France (S.N.H.F).

« Notre ambition est de faire de Suresnes un conservatoire des arbres de la partie nord de la France, » explique Stéphane Perrin-Bidan, conseiller délégué aux parcs et jardins. « En dehors des plantations que nous faisons chaque année dans les nouveaux espaces verts, le long des voies, ou pour remplacer des arbres malades ou fragiles, Suresnes plante ainsi 150 arbres par an ».

Ce week-end dédié aux jardins, sera l’occasion pour le public de mieux découvrir, outre la trentaine d’espèces de chênes, pour la plus part botaniques, son millier d’arbres et arbrisseaux de tous âges et d’une soixantaine d’essences différentes, des espaces boisés protégés pour favoriser la biodiversité, ou un potager médiéval, répartis sur les 5 ha de ce superbe parc du 19ème siècle.

Programme

Samedi 24 septembre à 15h, plantation d’un chêne chevelu de Bourgogne, par Georges Pernoud, réalisateur et présentateur de l’émission Thalassa (France 3).

Samedi 24 septembre à 14h, 15h et 16h; Dimanche 25 à 11h, 14h, 15h et 16h : Animations

  • Découverte de la grimpe d’arbre, encadrée par des animateurs. Différent ateliers adaptés à l’âge des participants. Avec un pont de singe, un arbre à palabre avec plusieurs rappels. Espace enfants de moins de 7ans avec un pont de singe au sol et une slack-lin.
  •  Atelier de funambulisme.
  • Visites guidées du parc « Découverte des essences d’arbres » dont les différentes variétés de chênes (Quercus).
  • Démonstrations de tailles d’arbres par des élagueurs professionnels. En pyramide, en rideau, ou en tonnelle, la taille est un procédé important autant pour l’aspect esthétique que pour la santé de l’arbre.

 

sept 152011
 
Grande feuille de Gunnera manicata dans le Parc floral de Paris en été, Paris 12e (75), 3 septembre 2011, photo Alain Delavie

Grande feuille de Gunnera manicata dans le Parc floral de Paris en été, Paris 12e (75), 3 septembre 2011, photo Alain Delavie

Quelques feuilles surprenantes, immenses ou délirantes, des feuillages…

Vue du revers du feuillage d'un arbre avec le soleil, photo Alain Delavie

Vue du revers du feuillage d'un arbre avec le soleil, photo Alain Delavie

Dans quelques semaines à peine, la plupart de ces beaux feuillages disparaîtront, mais en attendant, profitons-en !

Aracée, Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines), 9 septembre 2011, photo Alain Delavie

Aracée, Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines), 9 septembre 2011, photo Alain Delavie

Continue reading »

juil 282011
 

Je voulais visiter ce site depuis longtemps et bien c’est chose faite. J’ai profité de mes vacances et d’une visite guidée par Paul-Robert Takàcs pour découvrir ce lieu unique et dont le nom me laissait songeur…

Le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), juillet 2011, photo Alain Delavie

Le temps de prendre un RER (ligne A) pour Nogent-sur-Marne et de parcourir les quelques centaines de mètres qui séparent la gare du jardin, facile à trouver car des panneaux l’indiquent, et la découverte pouvait enfin commencer, avec dans la tête quelques photos aperçues sur Internet. En effet, ce jardin est un site parisien, mais il est situé à l’extrémité nord-est du Bois de Vincennes, en lisière côté Nogent-sur-Marne.

Le jardin est ouvert au public de 9h30 à 20h en été, il peut donc se visiter en solitaire ou en famille, mais je souhaitais en apprendre plus tout de suite et ne pas rater les moindres détails pittoresques, d’où la visite guidée (je vous le rappelle, le programme est disponible sur le site de la Ville de Paris, rubrique Paris Actu, sous-rubrique Paris au vert, cliquer dans la colonne à droite sur la phrase : Tout l’agenda parcs et jardins).

Petite déception en arrivant, la superbe porte chinoise qui se trouve à l’entrée est en cours de restauration, donc invisible… En partant par le chemin situé sur la gauche, on découvre très vite un des nombreux monuments aux morts érigés dans le site, celui en hommage des soldats de Madagascar tués pendant la guerre de 1914-1918.

Monument aux morts en souvenir des soldats de Madagascar tués pendant la guerre de 1914-1918, le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Monument aux morts en souvenir des soldats de Madagascar tués pendant la guerre de 1914-1918, le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), 24 juillet 2011, photo Alain Delavie

Un peu partout, la nature a repris ses droits. Les jardiniers et les forestiers offrent une large place à la biodiversité en n’intervenant que sur le dégagement des allées et des vestiges et en laissant pousser la végétation naturelle. C’est ce qui fait en partie le charme et le mystère de cet endroit. Les plantes tropicales sont rares (mon rêve de végétation tropicale s’est vite effondré, mais le site n’en reste pas moins exceptionnel pour autant), la végétation est essentiellement celle de l’Île-de-France.

Petite campanule sauvage dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Petite campanule sauvage dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), 24 juillet 2011, photo Alain Delavie

Impatiens parviflora dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Impatiens parviflora dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), 24 juillet 2011, photo Alain Delavie

Ce sont plutôt des végétaux exotiques qui demeurent dans ce jardin, notamment des bambous, omniprésents sur les 4,5 hectares du site.

Bambous dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Bambous dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), 24 juillet 2011, photo Alain Delavie

Continue reading »