oct 262012
 

Par un dimanche d'automne pluvieux dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Toussaint 2012 : les cimetières parisiens innovent pour la conservation de leur patrimoine et un meilleur service aux usagers.

Comme chaque année, le service des cimetières de la Ville de Paris est mobilisé pour assurer l’accueil de près de 450 000 visiteurs attendus pendant les vacances de la Toussaint. À cette occasion, les cimetières parisiens accueilleront plusieurs innovations lancées cette année par la Ville de Paris.

Des chapelles funéraires abandonnées transformées en mini-colombariums
Après une première expérimentation réussie au Père Lachaise, la Ville de Paris a lancé cette année un programme de réhabilitation d’anciennes chapelles funéraires laissées à l’abandon faute d’ayant-droits. Acquises par la municipalité et intégralement restaurées, une dizaine de ces anciennes sépultures historiques des cimetières du Père Lachaise, Montparnasse, Montmartre et Passy accueilleront bientôt 80 emplacements destinés à recevoir des urnes funéraires.
Financé intégralement par la vente d’emplacements aux usagers, ce programme permet de pérenniser la préservation du patrimoine funéraire parisien, et de répondre au manque de place dans les cimetières de la capitale.

Une meilleure information des usagers
Le déploiement d’un nouveau logiciel d’information du public a été lancé cet automne dans les cimetières parisiens. À terme, cet outil informatique permettra la mise en place d’un guichet unique pour l’ensemble des cimetières parisiens. Les usagers pourront se rendre dans n’importe quel cimetière de la capitale et se renseigner sur l’emplacement de l’ensemble des sépultures du parc funéraire parisien.
Actuellement, les cimetières de Montmartre, des Batignolles, Saint Vincent et le cimetière parisien de Bagneux sont déjà concernés par cette innovation. Parallèlement, un programme de numérisation des registres de cimetières parisiens vient d’être lancé par la Ville. Une copie des registres les plus anciens, datant pour certains de 1786, sera adressée aux archives municipales et constituera à l’avenir un précieux outil de recherche pour les généalogistes. Continue reading »

oct 082010
 

Le promeneur qui parcourt le cimetière de Montmartre passe rarement sans en rencontrer un. Car les matous sont nombreux dans cet espace de souvenirs et de recueillement. Je me suis amusé à en photographier un, puis deux, puis trois…

Le rendez-vous des chats de la Butte Montmartre

Gros chat grignotant une herbe dans une jardinière d'hortensia, cimetière de Montmartre, Paris 18e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Le rendez-vous des chats de la Butte Montmartre

Gros chat grignotant une herbe dans une jardinière d'hortensia, cimetière de Montmartre, Paris 18e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Tant qu’on ne s’approche pas trop, les chats restent tranquilles, imperturbables, en vous fixant de leurs prunelles vertes ou dorées. D’un oeil parfois apeuré ou distant.

Le rendez-vous des chats de la Butte Montmartre

Chat noir sur le toit d'une tombe, cimetière de Montmartre, Paris 18e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Le rendez-vous des chats de la Butte Montmartre

Chat noir sur le toit d'une tombe, cimetière de Montmartre, Paris 18e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Tous ces chats en liberté sont bien en chair, ils semblent en pleine forme.

Le rendez-vous des chats de la Butte Montmartre

Chat noir escaladant un mur de plantes grimpantes, cimetière de Montmartre, Paris 18e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Ils se faufilent partout, sautant d’une tombe à l’autre ou galopant entre les tombeaux.

Le rendez-vous des chats de la Butte Montmartre

Chat de gouttière dans le cimetière de Montmartre, Paris 18e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

Mais beaucoup se laissent surprendre en flagrant délit de sieste.

Le rendez-vous des chats de la Butte Montmartre

Chat angora dans le cimetière de Montmartre, Paris 18e (75), octobre 2010, photo Alain Delavie

L’endroit est tranquille, pas trop de bruit ni de voiture, les voisins sont silencieux (sic !). En fait ce sont les touristes et les badauds qui viennent déranger la gente féline dans la journée. Et qui doit s’en donner à coeur joie le soir venu, quand les portes du cimetière sont fermées pour la nuit.

Pour découvrir d’autres photos de ces chats ou de ceux qui vivaient dans les lieux auparavant, voici quelques sites à visiter :
Les chats du cimetière de Montmartre
Montmartre secret