fév 122009
 

Continuons à cerner les critères pour choisir ou trouver une bonne plante pour balcon. Règle 1, une plante pas trop envahissante. Règle n°2 : une plante bien adaptée à l’exposition de son balcon.

Inutile de vouloir cultiver des fuchsias ou des impatiens sur un balcon exposé au soleil du Midi et surchauffé pendant la belle saison. C’est l’échec presque assuré ! Quant aux pourpiers à grandes fleurs et aux gazanias installés sur une fenêtre ou dans une cour ne recevant jamais de soleil, vous ne verrez pas souvent leurs belles fleurs s’ouvrir…
Soleil ou ombre, mais aussi vent ou coin abrité, telles sont les conditions à repérer avant de se lancer dans des plantations, tout en tenant compte bien sûr du climat de sa région surtout quand on veut tenter la culture de belles exotiques à la rusticité toujours limitée.

Au soleil brulant (exposition Sud et Ouest), vous pouvez planter :

  • Les brachycomes, les pourpiers à grandes fleurs, les gazanias, les géraniums (Pelargonium), les pétunias et les ficoïdes pour les plantes annuelles.
  • Les romarins, les thyms, les marjolaines, le laurier sauce et les basilics pour les plantes aromatiques.
  • Les tomates, les aubergines, les piments, les poivrons et les physalis pour les légumes.
  • Les agapanthes, les anthémis (Argyranthemum), les asparagus, le boussaingaultia (Anredera cordifolia), les agrumes, les cyperus et le papyrus (Cyperus papyrus), l’Impatiens sodenii, les daturas et les brugmansias, les cassias, les bougainvillées, les dipladénias, les grisélinas, les grévilléas, les hibiscus (Hibiscus x rosa-sinensis et H. coccineus), les lantanas, la misère pourpre (Tradescantia pallida ‘Purpurea’), le Solanum rantonetti, les lauriers roses, les grenadiers, l’olivier, l’oeillet d’Inde géant (Tagetes lemonii) et les sauges pour les plantes exotiques à rusticité limitée.
  • Les jourbarbes (Sempervivum), la plante curry (Helichrysum angustifolium), les orpins (Sedum), la valériane des jardins (Centranthus ruber) et les vergerettes (Erigeron karvinskianus) pour les plantes vivaces rustiques.
  • Les abélias, les escallonias, les lavandes, les lilas des Indes (Lagestroemia), les pittosporums et les potentilles arbustives pour les arbustes.

Au soleil du matin (exposition Est), vous pouvez planter :

  • Tous les bégonias, les impatiens, les némésies, les pétunias et les bacopas pour les plantes annuelles.
  • Les menthes, le céleri perpétuel (‘Parcel’), le persil et le cerfeuil pour les plantes aromatiques.
  • Les salades à couper et les poirées pour les légumes.
  • Les abutilons, les diascias, les fuchsias, les helxines, les misères (Tradescantia, Callisia), l’Amorphophallus konjac, le Pinellia pedatisecta, le Typhonium venosum et le vallota (Cyrthantus purpureus) pour les plantes exotiques à rusticité limitée.
  • Les ancolies, les bugles rampants (Ajuga reptans), les coeurs-de-Marie (Dicentra spectabilis), les cyclamens nains, le Dicentra scandens, l’Hibiscus coccineus, les heuchères, les hellébores, les hostas, les saxifrages araignées (Saxifraga stolonifera), les laîches (Carex), les lamiers et les tolmieas pour les plantes vivaces rustiques.
  • Les aucubas, les azalées, les camélias, les fusains à feuillage persistant, le houblon doré, les mahonias, les osmanthes, les rhododendrons et les sarcococcas pour les arbustes.

Dans un coin sans soleil mais bien clair (au Nord), vous pouvez planter :

  • Les bégonias, les coléus et les impatiens pour les plantes annuelles.
  • Le céleri perpétuel (‘Parcel’), le cerfeuil, le cerfeuil musqué et le persil pour les plantes aromatiques.
  • Les salades à couper pour les légumes.
  • Les aralias du Japon (Fatsia japonica), les aspidistras et les phalangères (Chlorophytum comosum et toutes les variétés) pour les plantes exotiques à rusticité limitée.
  • Les cymbalaires (Cymbalaria muralis, C. pallida), les bugles rampants (Ajuga reptans), les cyclamens nains, les fougères (Cyrtomium falcatum, C. fortunei, Dryopteris, etc.), les hostas, les lierres (Hedera helix et ses nombreuses variétés) pour les plantes vivaces rustiques.
  • Les aucubas et les houx pour les arbustes.

Dans un coin sans soleil et peu lumineux, vous pouvez planter :

  • Les bégonias semperflorens et les impatiens (Impatiens Walleriana-Hybrides) pour les plantes annuelles.
  • Éviter les plantes aromatiques et les légumes.
  • Les aspidistras et les misères (Tradescantia fluminensis et variétés) pour les plantes exotiques à rusticité limitée.
  • Le muguet, les sceaux de Salomon et les lierres (Hedera helix et ses nombreuses variétés) pour les plantes vivaces rustiques.
  • Les aucubas et les ifs pour les arbustes.

Petites listes non exhaustives, que je compléterai au fur et à mesure de mes découvertes et que vous pouvez compléter par vos commentaires, surtout n’hésitez pas !

déc 212008
 

Et oui, aujourd’hui nous quittons l’automne pour entrer dans l’hiver, très exactement à 13 h 04 m (heure légale).
Pour tout savoir sur le solstice d’hiver, consultez les nouvelles astronomiques de l’Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Éphémérides (IMCCE).

nov 132008
 

Organisée à l’occasion de la Présidence Française de l’Union Européenne, par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la Ville Européenne des Sciences investit la nef du Grand Palais du 14 au 16 novembre 2008 et vous permet d’interroger les scientifiques de la station du climat.
Au coeur de cette ville grandeur nature, la station du climat, animée par les scientifiques de Météo-France, permettra à chacun de comprendre que la ville n’est pas une bulle sous contrôle. Dans une Europe sensible aux variations du climat, l’espace urbain est un milieu hypersensible.
– > Ressentir les phénomènes urbains en parcourant l’allée des expériences :
En se promenant dans la station du climat, petits et grands pourront aller à la rencontre des phénomènes météorologiques urbains : sentir le souffle de la brise urbaine ou expérimenter l’ilôt de chaleur urbain en touchant des matériaux de construction qui conservent plus ou moins la chaleur du rayonnement solaire.
– > Comprendre avec les scientifiques :
Le milieu urbain a souvent montré sa vulnérabilité lors d’épisodes de vents violents, de vagues de chaleur ou de pollution atmosphérique. Les conditions que devront supporter demain les habitants des grandes villes européennes pourraient devenir encore beaucoup plus difficiles avec la poursuite du réchauffement climatique. Venez découvrir les mécanismes en jeu dans nos villes sur les quatre kiosques de la station du climat et posez vos questions sur le climat, la météorologie urbaine aux scientifiques de Météo-France.
. Quelle a été l’évolution du climat des grandes villes européennes depuis 150 ans ?
Reconstituer le climat du passé est un travail de longue haleine. Il faut localiser les données, en faire l’inventaire, contrôler leur qualité. Les climatologues doivent aussi prendre en compte les « ruptures » liées au déplacement d’une station d’observation ou au changement d’un type de capteurs. Ces différentes étapes seront présentées ainsi que le résultat de ce recensement minutieux: les tendances en termes de température et de précipitations dans les grandes villes européennées depuis 1858.
. Quel sera le climat en Europe, en France ou à Paris en 2100 ?
Etablir des projections climatiques mondiales est essentiel. C’est le travail qui a été mené par les experts du GIEC. Désormais il est nécessaire de définir des projections à l’échelle régionale. Celles réalisées pour l’Europe dans le cadre du projet PRUDENCE seront présentées. Des orangers sur les Champs-Elysées en 2100, fantasme ou réalité ?
. Quel impact a la ville sur son propre climat ?
Les villes entretiennent un micro-climat : ilôt de chaleur, brise urbaine, panache autant de phénomènes propres aux échanges entre les surfaces urbaines et l’atmosphère. Au-delà de la compréhension de ces phénomènes, l’objectif des scientifiques est de prévoir leur évolution avec le réchauffement climatique. Les travaux menés actuellement à l’échelle de l’agglomération parisienne (dans le cadre du projet EPICEA en collaboration avec le Centre scientifique et technique du bâtiment et la Mairie de Paris) seront présentés. Des prévionnistes vous expliqueront également comment les nouveaux outils et modèles de prévision permettent d’effectuer une prévision du temps à l’échelle de la ville.
. À l’horizon 2020, l’air des villes sera-t-il encore respirable ?
Localement la pollution atmosphérique dépend fortement des conditions météorologiques qui déterminent la diffusion et le transport des polluants. La plateforme nationale de suivi et de prévision de la qualité de l’air PREV’AIR sera présentée ainsi que les travaux menés actuellement dans le cadre du programme Kopernikus à l’échelon européen.

Renseignements pratiques :
Dates : du 14 au 16 novembre 2008.
Horaires : vendredi, de 9 h à 18 h; samedi et dimanche, de 10 h à 19 h.
Lieu : Nef du Grand Palais.
Entrée gratuite.
Métro : lignes 1, 9, 13 / Stations : Franklin D. Roosevelt, Champs-Elysées-Clémenceau.
RER : ligne C / Station : Invalides.
Bus : lignes 28, 42, 52, 72, 73, 80, 83, 93.
Vélib’ : station au 1, avenue Franklin D. Roosevelt (à proximité du Palais de la Découverte) ou
station avenue Dutuit (à proximité du Petit Palais).

En savoir plus :
– sur la Ville européenne des Sciences : www.villeeuropeennedessciences.fr
– sur Météo-France : www.meteofrance.com

mar 232008
 

Cette Journée météorologique mondiale commémore l’entrée en vigueur de la convention qui a institué l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), le 23 mars 1950.
Cette année, le thème est :
« Observer notre planète pour préparer l’avenir« .
Chacun de nous est concerné, en observant et notant au fil des semaines l’apparition des floraisons, des oiseaux migrateurs, des insectes qui apparaissent dans nos jardins et nos villes, puis l’apparition des couleurs automnales, la chute des feuilles, etc.
Nous pouvons tous être les témoins de l’évolution du climat, au moins à l’échelon local.
Cette année, l’hiver a été très doux, les jardins parisiens et franciliens se sont remplis de fleurs bien plus tôt que les autres années. Fin janvier, les forsythias commencaient à fleurir.
Mon petit acacia reverdit déjà. Ca pousse chez vous ?