nov 242012
 

Photo Nicole Marillier

Philippe Ferret, bien connu pour ses différentes activités (journaliste, photographe, auteur), a une formation horticole classique et a supervisé durant 12 ans le jardin expérimental du magazine « L’ami des jardins ». Consultant jardins et plantes, il collabore régulièrement, en tant que formateur, au Festival des Jardins de Chaumont-sur-Loire, où il a organisé l’été dernier un colloque international sur les jardins naturalistes. Il est également rédacteur en chef du site internet www.plantes-et-jardins.com et collabore avec plusieurs revues consacrées à l’univers du jardin.

Sa conférence présentera justement les nombreux attraits des plantations naturalistes qui prennent exemple sur la nature pour la magnifier : des plantations qui mettent principalement en scène des plantes vivaces robustes , longévives, saines et graphiques, qui assurent un spectacle durable jusqu’en hiver, demandent peu de soins et se naturalisent aisément. Un concept bien en phase avec les attentes de bien des jardiniers contemporains !

Philippe Ferret a écrit plusieurs ouvrages sur des sujets très divers : « Jardins de curé, l’art et la manière », « Jardins romantiques » (éditions Flammarion), « Buis et ifs » et « Graminées ornementales » dans la série « Pas à Pas », « Jardins d’ombre » chez Edisud, « Potagers décoratifs » chez Rustica Éditions.

Son blog : http://www.horti-culture.com

Le 26 novembre 2012 à 17h
FORUM 104
104, rue de Vaugirard, 75006 Paris.
Métro : lignes 4, 6, 12 et 13, stations Montparnasse ou ligne 4, station St Placide.

nov 242012
 

Conférence : "Plantes invasives, que faire ?"

Rendez-vous le samedi 24 novembre 2013 de 14h à 15h30 pour la conférence « Plantes invasives : que faire ? » proposée par Jardin Pluriel et animée par Paul-Robert Takàcs, botaniste-conférencier.

Souvent amenées par l’homme, de manière involontaire ou intentionnellement pour l’agrément de ses jardins ou de ses industries, des espèces végétales exogènes s’établissent dans nos écosystèmes. Après des débuts timides, l’envahissement peut s’étendre : les conséquences se multiplient et, parfois, s’aggravent. Pour l’homme, leur présence peut entraîner de graves difficultés, notamment économiques ou de santé. Pour l’environnement, les plantes invasives sont désormais unanimement considérées comme la seconde source de perte de biodiversité, après la destruction volontaire des milieux.

Tarifs : adhérents 6 €, non-adhérents 8 €.
Renseignements, inscription indispensable par mail (jardin.pluriel@laposte.net) ou par téléphone au 06 14 24 89 39.

Maison du Citoyen et de la Vie associative
16 rue du Révérend-Père Lucien Aubry, 94120 Fontenay-sous-Bois (à 10 min de la gare du RER A ’Fontenay-sous-Bois’).

nov 242012
 

Conférence Main Verte : valoriser les déchets organiques

Dans le cadre de la Semaine européenne de réduction des déchets qui se déroule du 17 au 25 novembre 2012, conférence – rencontre Main verte, « Valoriser les déchets organiques », le samedi 24 novembre 2012 de 14 h 30 à 16 h 30 à la Maison du jardinage dans le parc de Bercy (Paris 12e) par Denis Petit (Sol vivant).

Denis Petit, créateur du site Internet www.solvivant.fr, vous propose de développer et d’entretenir la vitalité du sol grâce aux déchets organiques et à l’action des micro-organismes, grâce à un panel de techniques reconnues ou peu connues.

Maison du jardinage
41, rue Paul Belmondo, Paris 12ème, métro lignes 6 et 14, station Bercy.
Sur inscription auprès de main.verte@paris.fr ou 01 53 46 19 19. Et sur place le jour même, dans la limite des places disponibles.

nov 132012
 

Conférence publique : Voyons-nous les sols et sous-sols d'Île-de-France ?

Dans le cadre de son cycle de conférences mensuelles, Natureparif vous invite à rencontrer Marc LUCAS, Professeur à l’École des Mines Paris, TechPrésident de l’association Géomnis, le jeudi 15 novembre 2012 de 18h à 20h à l’auditorium de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) au 84 rue de Grenelle, Paris 7e (Métro ligne 12, station Rue du Bac). Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.

Le minéral porte la biodiversité, structure les paysages et les activités humaines
Le minéral – la pierre, les cailloux comme on voudra – conditionne les activités humaines bien plus qu’on ne le croit. Il structure les reliefs et les paysages, porte et nourrit la biodiversité. Le minéral est la base des écosystèmes. Pourtant nous l’oublions ou le sous-estimons sauf s’il est exploitable (métaux, pétrole, eau…) ou mis en valeur par la main de l’homme (infrastructures, monuments, objets quotidiens…). Nous ne ne voyons pas ce sur quoi nous marchons. La plupart du temps, la géologie est considérée comme rébarbative, poussiéreuse et périmée ! L’est-elle ?

Notre vision de la nature, donc du minéral, est culturelle
Si nous acceptons l’hypothèse que nos mentalités changent moins vite que nos mœurs, nos connaissances et nos technologies, il s’ensuit que de vieux schémas de pensée déterminent notre regard. Notre vision de la nature est culturelle. Quels sont ces vieux schémas qui déterminent notre regard sur les sols, les sous-sols et le minéral ?

Découvrons un autre regard, nommons-le « géonomie »
Si de vieux schémas de pensée restreignent notre regard sans correspondre à nos connaissances et nos mœurs d’aujourd’hui, il est sans doute possible d’en changer ou de les adapter. Surtout, il est possible de prendre conscience des liens qui constituent le monde qui nous entoure. Portons un autre regard sur l’humain, le végétal et le minéral en voyant les liens qui les unissent. Exerçons-nous avec plaisir et curiosité à ce regard élargi. Nommons « géonomie » cette approche qui relève plus d’un état d’esprit que d’une discipline en souhaitant qu’elle reste simple, immédiate et savoureuse.

Appréhendez une autre façon de voir les sols et sous-sols d’Île-de-France lors de cette conférence !

oct 252012
 

Affiche de la conférence "Les poissons d'Île-de-France"

Dans le cadre de son cycle de conférences mensuelles, Natureparif vous invite à rencontrer Jean Allardi, Président de la Société Française d’Ichtyologie, le jeudi 25 octobre 2012 de 18h à 20h à l’auditorium de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), au 84 rue de Grenelle Paris 7e.

Et si les poissons n’existaient pas ?
Les Naturalistes ont toujours eu beaucoup de difficultés à définir ce qu’était un « poisson ». Aujourd’hui, avec les progrès de la génétique, les phylogénéticiens nous disent clairement que les « poissons » n’existent pas en dehors des étals de notre poissonnier ! D’un point de vue zoologique en effet, les divers groupes de « poissons » n’ont pas d’histoire propre et ne possèdent aucun ancêtre commun qui leur soit exclusif. Certaines espèces comme le coelacanthe ou les dipneustes sont plus proches des mammifères que de n’importe quel « poisson », dans la mesure où ils disposent de poumons et de membres articulés grâce à un seul os. Parmi ces organismes, les téléostéens (« poissons » osseux) sont les plus nombreux.

Les habitants de la Seine
Tout au long de son histoire, l’Homme a entretenu des relations complexes avec les milieux aquatiques et les organismes qui les peuplent. Les « poissons » ne connaissant pas les limites administratives, la région Île-de-France de par la nature de son réseau hydrographique abrite pratiquement l’ensemble des « poissons » du réseau hydrographique du bassin de la Seine. Saviez-vous par exemple qu’on trouve des saumons dans la Seine aux portes de Paris ? Une femelle de quatre kilos a d’ailleurs été sortie de l’eau à quelques encablures du pont de Puteaux il y a à peine quelques jours. Saumons, sandres, poissons-chats, silures, gardons, rotengles, goujons, barbeaux… Autant d’espèces que vous pourrez découvrir lors de cette conférence !

Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.

 

oct 152012
 

Journées des Plantes de Courson : 30 ans

1982 – 2012, les trente glorieuses du jardin ! Le week-end prochain, les Journées des Plantes de Courson fêteront leur trentième anniversaire ! Une date comme un symbole qui renvoie au début des années 80. Quand, timidement, le végétal ornemental effectuait son retour après une forme d’oubli. Toute une génération se prenait alors à rêver de floraisons, de parfums, de feuillages changeants au fil des saisons et, surtout, souhaitait réinscrire le mot jardin à son vocabulaire.

En 1982, un groupe de collectionneurs de l’APBF (Association des Parcs Botaniques de France) propose de tenir leur réunion annuelle à Courson. Réunion au cours de laquelle ils ont l’habitude d’échanger graines et plants rares en France. Trois d’entre eux qui sont pépiniéristes, suggèrent alors de vendre leurs plantes plutôt que de les échanger et d’élargir ce rendez-vous à davantage de pépiniéristes et aux passionnés de jardin. C’est ainsi que les premières Journées des Plantes de Courson sont lancées. Trente ans après, les sessions du printemps et de l’automne réunissent quelque 230 pépiniéristes français, belges, anglais, allemands, italiens, suisses et accueillent environ 25 000 visiteurs – jardiniers néophytes ou confirmés.

Le thème : Hydrangea ? À la folie !
Parmi les plantes emblématiques qui ont accompagné l’évolution du jardin depuis trente ans, le genre Hydrangea rassemble à lui seul les caractéristiques recherchées par une majorité de jardiniers. Attractif toute l’année par sa silhouette, la diversité de ses floraisons au long cours et aux coloris recherchés, la variété de ses feuillages, il intègre aussi bien les grands que les petits jardins voire les terrasses puisqu’il se prête à la culture en pot.
À la star des jardins des années 50, H. macrophylla, l’hortensia aux grosses têtes roses ou bleues, sont venues s’ajouter de nombreuses espèces d’Asie pour la plupart (H. aspera, H. involucrata, H. paniculata, H. petiolaris…), mais également du sud-est des États-Unis (H. arborescens, H. quercifolia), espèces à l’origine du très grand choix de variétés proposées sur le marché.
Une nouvelle Fiche Courson abordera les multiples facettes de cette plante qui ne cesse de surprendre et de faire des adeptes, comme en témoignent les nombreux Mérites de Courson qui lui ont été accordés. Histoires, conseils de plantation, adaptations aux différents sols et expositions, associations réussies… seront développés avec l’aide des pépiniéristes spécialisés exposant aux Journées des Plantes de Courson. Continue reading »