nov 042010
 

Les températures à l’extérieur ont été particulièrement douces et élevées la nuit dernière et en ce début de matinée du 4 novembre. Les valeurs relevées ont atteint des records et ont battu le record absolu pour un mois de novembre sur Paris.

Selon Météo-Paris :
« La nuit dernière, nous avons battu un record absolu de douceur pour un mois de novembre ! Avec 15,4 °C de température minimale, il a fait plus doux que le 1er novembre 1924 au Parc Montsouris (sud de Paris). »

Pour La Chaine Météo :
« 16 °C dans Paris !
Le ciel couvert et le vent modéré ont permis la persistance d’une très grande douceur sur la majorité de la France ce matin. Les minimales sont comprises de 10 à 15°C, avec jusqu’à 16 °C du côté de la capitale et en région bordelaise. Sur le Roussillon, il fait déjà plus de 18 °C au petit jour. Ce sont des températures minimales habituellement observées en été, et 10 °C au dessus des valeurs de saison.
Pour Paris, les 15,3 °C observés sont un record, l’ancien datant de 1924 avec 15,2°C. À Bordeaux, le record a été égalé. »

Et voici quelques valeurs remarquables pour le mois de novembre en Île-de-France données par Météo-France :
Température maximale : 21.0 °C (Paris Montsouris le 02/11/1899),
Température minimale : -14.0 °C (Paris Montsouris le 28/11/1890),
Précipitations : 38.7 mm (Paris Montsouris le 20/11/1965).

Comme quoi, il faut se méfier de cette soudaine douceur, qui peut vite se changer en froid glacial.
Mais en attendant, il faut donner de l’air aux plantes emmitouflées dans le jardin, sur le balcon ou la terrasse, sinon elles risquent un coup de chaud. La végétation risque même de reprendre pour certaines espèces tant que la douceur se prolonge. Très dangereux car les plantes qui ne sont pas en repos végétatif sont beaucoup plus sensibles à une première gelée.

jan 182009
 

Après la vague de froid et la neige de ce début d’hiver, le retour à la douceur est le bienvenu. Le soleil et le temps doux qui baignent Paris ce dimanche après-midi sont un vrai bonheur. Et déjà les plantes repoussent.

(Soleil sur le bassin de la Villette vu depuis le pont de Crimée, Paris 19ème)

Après quelques jours passés loin de Paris, dans les Alpes à la Clusaz (74) où la neige était en abondance et le froid sévère dès que le soleil disparaissait, ces températures plus élevées font irrémédiablement penser au printemps, au plaisir retrouvé d’un verre en terrasse…
Dans le square de la place de Bitche (Paris 19ème), les pensées profitent de cette douceur revenue pour donner de nouvelles fleurs. Ces petites fleurs bisannuelles sont décidément indispensables dans un jardin tant elles mettent de bonne volonté à fleurir, de l’automne au début de l’été suivant.Et déjà les premières pousses vert fluo pointent au-dessus des haies. Ces jeunes feuilles aux couleurs acidulées sont un avant-goût du printemps, pourtant encore bien loin. Profitons en !