jan 162012
 

Écorce d'un pin en hiver dans le Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

L’hiver met en valeur les écorces des arbres dans les parcs et les jardins. Et certains arbres sont de véritables oeuvres d’art, comme ce superbe pin du Jardin des Plantes de Paris (Paris 5e).

Écorce d'un pin en hiver dans le Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

Continue reading »

jan 112012
 

Pyracanthas et cornouillers, parc floral de Paris en fin d'automne, Paris 12e (75)

Quand l’hiver a déshabillé les jardins et que la météo nous plonge dans la grisaille la plus sinistre, les fruits et les écorces décoratifs sont les bienvenus.

Le mélange est plutôt inattendu, mais les pyracanthas en gardant leurs feuilles brillantes et leurs grappes de petits fruits éclatants, composent un fond qui met bien en valeur les écorces des cornouillers. Ces dernières sont d’autant plus vivement colorées que les pousses sont jeunes. Un joyeux fouillis qui met de bonne humeur quand le blues hivernal se fait un peu trop sentir et que le retour des beaux jours commence à sembler interminable.

nov 142011
 

Tronc d'arbre sur l'Île et dans l'Allée des Cygnes en automne, Paris 16e (75)

Tentative artistique ou plaisanterie ? Le résultat est assez surprenant vu de loin et on s’y laisse presque prendre. Intrigué, on s’approche de cette floraison insolite apparue à même le tronc d’un des arbres de l’Île aux Cygnes (Paris 15e). Un recyclage inattendu.

sept 282011
 

Platane commun (Platanus x acerifolia), quai Branly, Paris 7e (75)

Très communs dans les rues, les jardins et les parcs de Paris, les platanes communs ou platanes à feuilles d’érable (Platanus x acerifolia) dressent leurs grands troncs aux écorces fissurées en écailles. Pas un tronc ne ressemble à un autre, les motifs des écorces sont infiniment variés avec un aspect de peau de serpent souvent très joli.

Le platane est l’essence d’arbre la plus fréquente à Paris où il représente 38% des arbres plantés dans la capitale. Les quatre autres essences que l’on rencontre le plus fréquemment dans Paris sont le marronnier (16%), le tilleul (9%), le sophora (9%) et l’érable (6%).

Les quelque 222 spécimens d’arbres remarquables répertoriés à Paris appartiennent à 80 espèces différentes d’arbres. Les platanes (36 sujets) et les hêtres (18 sujets), par leur longévité et leur port impressionnant sont les mieux représentés.

sept 212011
 

Cèdre à encens (Calocedrus decurrens), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

Et oui, il y a des cèdres à encens (Calocedrus decurrens) en région parisienne ! C’est une des nombreuses surprises que l’on peut rencontrer en parcourant l’immense Arboretum de Chèvreloup à Rocquencourt (Yvelines).

Écorce d'un cèdre à encens (Calocedrus decurrens), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

L’écorce a une couleur brun-rouge. Elle est fibreuse, épaisse et ressemble à celle du séquoia géant. Le sujet photographié dans l’Arboretum de Chèvreloup avait une couleur inattendue, brun rouge et vert fluo. Mousse, lichen ou algues ? Quel que soit le végétal qui envahit et recouvre l’écorce, le résultat est très beau.

Continue reading »

sept 182011
 

Pin maritime (Pinus pinaster), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines), 9 septembre 2011, photo Alain Delavie

Le pin maritime (Pinus pinaster) est le pin typique des Landes depuis le reboisement effectué au XIXe siècle. Il se rencontre dans le Sud de la France et très occasionnellement plus au Nord.

Le pin maritime est un résineux au fût flexueux qui peut dépasser 20 m de hauteur avec une cime étalée et peu compacte.
Son écorce, très épaisse et profondément crevassée est brun rouge violacé.
Les aiguilles, groupées par deux, sont vert foncé et très longues (environ 10 à 20 cm).
La floraison a lieu en avril mai. Les fruits sont des cônes très gros (environ 10 à 18 cm de longueur).

Le pin maritime est une essence de pleine lumière qui demande une légère humidité de l’air et une pluviométrie d’au moins 600 mm/an. Il supporte la sécheresse estivale, mais il est sensible au froid au dessous de -15 °C.

Cette espèce pousse sur des sols profonds, même acides et pauvres, voire hydromorphes. Par contre, il ne tolère pas le calcaire. Son enracinement est d’abord plongeant, puis devient traçant avec l’âge.