avr 032013
 

La Ville de Paris s’associe au Paris Région Lab pour lancer un appel à projets dédié à la végétalisation innovante.

Elle invite les entreprises et associations à venir expérimenter en grandeur nature leurs solutions expérimentales dans les domaines de la biodiversité, de l’agriculture urbaine et de l’adaptation de la ville au changement climatique. En leur proposant de tester leurs prototypes dans l’espace public et sur les bâtiments, pendant une durée pouvant atteindre 3 ans, Paris entend devenir un laboratoire à ciel ouvert pour imaginer, tester et développer les innovations qui transformeront la ville.

Suivant les objectifs du Plan Biodiversité, du Plan Climat Énergie et du Livre Bleu de la Ville de Paris, cet appel à projets a pour but d’encourager et d’accompagner des expérimentations qui permettront aux espèces animales et végétales de s’établir de manière durable, qui participeront à lutter contre les îlots de chaleur et contribueront au rafraîchissement de la ville et au rapprochement entre producteurs et consommateurs.

Pour cet appel à projets la Ville de Paris a défini des règles très larges dans une démarche d’innovation ouverte afin de laisser une place à des propositions inattendues. L’expérimentation représente une opportunité pour les porteurs de projet de tester leurs produits ou solutions in situ ainsi que leurs modèles économiques.
Les projets pourront être collaboratifs et prendre en considération toutes les dimensions de la solution proposée (technologie, service, valorisation…) et les effets de chaînes (production, conditionnement, distribution et recyclage). Une grande diversité de territoires d’expérimentation sera proposée : toits, terrasses, espaces délaissés, murs, talus, voirie ou mobilier urbain, autorisant des réponses dans de nombreux domaines tels que les substrats, les contenants, les gammes végétales, l’instrumentation de mesure, la maîtrise des flux et des ruissellements d’eaux pluviales ou encore la production agricole.

Les lauréats seront sélectionnés par un comité constitué d’élus, d’experts et des partenaires de l’appel. Les PME innovantes pourront éventuellement être financées par le Fonds Paris Innovation Amorçage, créé par la Ville de Paris et Oseo.

L’appel à projets est disponible en ligne sur le site www.paris.fr / rubrique « professionnels ».

mai 112011
 

L’opération « Laissons pousser ! » invite les citoyens à semer des fleurs sauvages sur l’espace public et à porter un nouveau regard sur la biodiversité des pavés.

Opération "Laissons pousser les fleurs entre les pavés"

Affiche de l'opération "Laissons pousser les fleurs entre les pavés", photo Alain Delavie

Cette affiche, rencontrée lors de ma balade dominicale le long de la Promenade verte dans Paris, a excité ma curiosité.
Clic-clac photo et aussitôt rentré chez moi, j’ai fait une petite recherche sur Internet.
Et j’ai aussitôt découvert le site Laissons pousser !

Le projet
Des mini-prairies de fleurs sauvages se mettent à pousser dans les espaces urbains délaissés.
Des myosotis, des violettes et de la pimprenelle tout aussi sauvages attirent les abeilles sur les balcons.
Et c’est vous, habitants des villes, qui les plantez en bas de chez vous ou sur les bords de vos fenêtres.

L’année dernière pour la première édition, une quinzaine de communes étaient de la partie.
En 2011, elles sont une bonne trentaine d’Ile-de-France et d’ailleurs.
Chacune s’engage à distribuer gratuitement à ses habitants les sachets de graines de Laissons Pousser ! et à autoriser les plantations sur des espaces identifiés.
Dans chaque ville, la règle du jeu est différente. Ici, ce sont les écoles qui vont semer, là les amicales de locataires, plus loin, les associations de jardins partagés, ailleurs, les particuliers-jardiniers…

Les graines à semer
On sèmera en 2011 deux types de sachets :

  • Le premier (comme l’an dernier) comporte 18 espèces adaptées à la pleine terre : coquelicot, centaurée jacée, marguerite, chicorée sauvage, millepertuis, mauve musquée… Ce mélange contient 50% de fleurs résistantes, capables de pousser sur un sol pauvre et 50% de graminées, ces herbes folles typiques des prairies.
  • Le second est plus à l’aise dans les pots et jardinières et contient 9 espèces : pâquerette, pimprenelle, myosotis des champs, réséda jaune, violette odorante… Avec un sachet, on sème 3 balconnières classiques et on attire rapidement une multitude d’abeilles et d’insectes.

Chaque sachet permet de semer 1 m 2 de terre au pied des arbres, entre deux coins de bitume, en bas des immeubles, sur les ronds points, sur les bords des routes, sur les terrasses et dans tous les endroits délaissés des villes.

Pour récupérer les graines : les sites de diffusion.