juin 162012
 

Participez au recensement des plantes cultivées originaires d’Île-de-France.

Le Printemps des Jardiniers qui s’est déroulé en mars dernier à Savigny-le-Temple (77) a donné le top départ du lancement du programme régional de recensement des variétés de plantes cultivées d’île-de-France. Vous cultivez ou vous collectionnez une plante locale, vous avez des connaissances sur le sujet ? Faites-vous connaître et remplissez la fiche suivante (autant de fiches que de plantes).

Le programme régional de recensement a été mis en oeuvre par la ville de Savigny-le-Temple avec le soutien de la région Île-de-France.
La ou les fiches renseignées doivent être envoyées à :
Domaine de la Grange – la Prévôté,
BP 147,
77547 Savigny-le-Temple cedex.
Tél. : 01 60 63 29 40.

Fiche de recensement des variétés anciennes & locales d'Île de France

fév 092012
 

Natureparif vous invite à la restitution de l’étude Jardin virtuel :  « Quelle biodiversité les citadins d’Île-de-France veulent-ils dans les jardins publics ? »

Cette étude a été réalisée par Assaf Shwartz et Hélène Cheval, doctorants au Muséum National d’Histoire Naturelle et à l’Université Paris 1 la Sorbonne qui s’est déroulée au sein de l’AP-HP.

Vendredi 10 février 2012 de 16h à 18h
Hôtel de ville de Paris,
Salle des conférences, 5, rue Lobau, 75004 Paris (Métro : lignes 1 et 11, station Hôtel de Ville).
Journée gratuite.
Inscription individuelle obligatoire auprès de Marjorie Millès, marjorie.milles natureparif.fr (attention, nombre de places limité).
Confirmation d’inscription et pièce d’identité vous seront indispensables pour accéder à l’Hôtel de Ville.

Continue reading »

jan 032012
 

La seizième place a été attribuée à l’avenue des Champs-Élysées dans le classement pour la qualité d’accueil et de service. Les enquêteurs internationaux de Présence, n°1 des études clients mystères en France (1986), ont visité les 30 avenues principales au monde pour y mesurer l’accueil et le service réservés aux touristes.

Pour cette 4ème édition, près de 400 points de vente ont été visités (parfumerie, restaurant, prêt-à-porter, showroom…). Voici les principaux enseignements tirés de l’analyse des critères objectifs et factuels retenus :

  • L’Orchard Road à Singapour est 1ère pour sa qualité d’accueil et de service au classement général 2011/2012 de la société Présence. L’Orchard Road à Singapour arrive en tête du classement sur le critère d’attractivité de l’avenue. Le client mystère y a apprécié la propreté immaculée de ses trottoirs. Sur les 30 avenues, les enquêteurs mystères ont assisté à une animation dans 70% de leurs visites (théâtre, concert…). Ils ont également rencontré des travaux dans 63% de leurs visites.
  • Sur le podium, Luxembourg arrive 2ème et Amsterdam 3ème. Shopping agréable sur l’Avenue de la Liberté à Luxembourg. Luxembourg remporte la palme pour l’environnement très soigné de ses points de vente et l’accueil reçu par le personnel.
  • Dans le bas du classement, Genève, Hong Kong et Mumbai font figure de lanterne rouge. À Hong Kong (29ème du classement sur les critères de contact avec les passants) ou Genève (30ème), 60% des passants n’ont pas cherché à aider le touriste, sans même montrer la moindre sollicitude à son égard.
  • Paris se place en milieu de tableau (16ème rang). Les Champs Elysées décrochent la 16ème place de cette étude avec un score global de 71/100. « Se balader sur les Champs est plaisant. Les passants abordés sont aimables et font leur maximum pour renseigner le client. Par contre, l’accueil et le service dans les commerces sont moins conviviaux. Dans 40% des cas, le vendeur a montré un signe d’agacement au client mystère. Le client garde en mémoire l’absence de sourire et le manque de sympathie à son égard ».La courtoisie et la convivialité ne sont pas les atouts des vendeurs Parisiens. Paris peut encore améliorer l’accueil des touristes venus effectuer un achat ou déjeuner sur les Champs Elysées.
  • Sur les 30 avenues visitées, 63% des membres du personnel adressent un signe de reconnaissance au client, mais 30% discutent entre eux en présence du client.
  • Lisbonne et Montréal, les deux derniers du classement sur les critères liés aux points de vente, devraient soigner leurs vitrines et le service délivré par les vendeurs.
  • La Bond Street de Londres décroche la 30ème place (sur les critères liés à l’attractivité de l’avenue) à cause de ses travaux.
  • C’est sur la George Street à Sydney que les passants sont les plus courtois.
  • Dans 90% des visites, le passant abordé dans les avenues était souriant et agréable.

La société PRESENCE MYSTERY SHOPPING est n°1 des études Clients Mystères en France (1986) et réalise plus de 100.000 audits mystères par an dans tous les réseaux de distribution. PRESENCE anime les réseaux et engage les actions auprès de ses clients pour une amélioration concrète des performances de la relation client. PRESENCE intervient dans près de 50 pays au monde.

oct 202011
 

Frédéric Lefèbvre (Secrétaire d’État chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation) souligne l’apport du label « Villes et villages fleuris » à la qualité de vie des Français et à l’attractivité touristique des communes labellisées.

Selon un sondage Ipsos, réalisé pour le Conseil National des Villes et Villages fleuris, parmi les éléments d’aménagement qui contribuent le plus à la qualité de vie dans les communes, les Français citent :

  • les parcs et espaces verts aménagés (41% de citations),
  • les arbres et espaces boisés (39%) et les fleurs et espaces fleuris (39%),
  • derrière les alentours et la situation géographique (50% de citations).

Frédéric Lefèbvre relève avec une grande satisfaction que, selon ce sondage, le label « Villes et villages fleuris » contribue substantiellement à l’attractivité touristique de la commune labellisée :

  • 84% estiment que ce label attire l’attention des touristes,
  •  71% qu’il a un impact sur l’attractivité touristique.
  • Enfin 37% estiment que le fait qu’une commune soit labellisée constitue un élément pouvant déterminer le choix de leur séjour touristique.

Les Français estiment que la qualité de vie est sensiblement meilleure au sein des villes fleuries et va croissant avec le nombre de « fleurs » qui récompense la commune.

Malgré les inquiétudes relatives à la situation économique et à l’emploi, 41% des Français considèrent que la qualité de vie dans leur commune de résidence s’est améliorée ces 5 dernières années contre 20% estimant qu’elle s’est dégradée.

Frédéric Lefèbvre félicite les maires des communes récompensées par le label « Villes et villages fleuris » qui expriment ainsi, chaque année, toujours plus nombreux, leur engagement pour un environnement de qualité, un cadre de vie plus agréable afin de satisfaire leurs habitants et faire de ce label un outil de promotion touristique pour mieux accueillir leurs visiteurs.

Continue reading »

mai 012011
 

FranceAgriMer a fait le point sur les achats de muguet pour le 1er mai 2010. Voici les données issues du panel TNS Sofres :

Stabilité des achats de muguet en 2010 : 25 millions d’euros
Selon les données issues du panel TNS Sofres, les Français ont dépensé près de 30 millions d’euros pour offrir des fleurs et des plantes d’intérieur à l’occasion du 1er mai 2010.
Sur ces 30 millions d’euros, les dépenses des particuliers pour l’achat de muguet à l’occasion de la fête du travail 2010 se sont élevées à 25 millions d’euros (montant identique à celui de l’année précédente).
Les achats de pots ont représenté 13,2 millions d’euros et ceux de brins 11,8 millions d’euros.
Ces chiffres ne comprennent pas les dépenses effectuées hors circuit commercial (vente sur la voie publique par les particuliers ou les associations, …).

Pour 2011, le printemps précoce et très ensoleillé aura probablement pour conséquences une réduction des quantités offertes et une augmentation du prix de vente moyen. La vente du muguet en pot devrait voir sa part de marché augmenter, au détriment de la vente en brins.

Le fleuriste reste le premier lieu d’achat du muguet, en brins comme en pots.
En 2010, les particuliers ont effectué leurs achats pour offrir à l’occasion du 1er mai en premier lieu chez les fleuristes (46,7 % des ventes en valeur), puis sur les marchés (21,3 %) et dans les GMS (20,4 %).
(Source : panel TNS Sofres (10 000 individus déclarant leurs achats chaque mois) cofinancé par FranceAgriMer et Val’hor)

Les achats de muguet en 2009 en France

avr 122011
 

Dans le cadre du colloque de l’Agence des espaces verts d’Ile-de-France (AEV) « La forêt, lieu d’innovation – Quelle forêt pour demain ? » qui se tiendra le 27 avril 2011 au Muséum National d’Histoire Naturel, l’AEV a sondé les Franciliens sur leur rapport à la forêt via l’institut de sondage IFOP.

La reprise des débats sur une éventuelle privatisation des forêts, ainsi que les enjeux liés au développement de la filière bois – notamment en réponse aux objectifs du Grenelle 2 (construction et énergies renouvelables) – engendre des conflits d’usages des forêts. Amenées à évoluer tout en veillant à leur préservation, les forêts et plus spécifiquement celles d’Ile-de-France à usages récréatifs majeurs, sont en pleine mutation.

Dans ce cadre, l’Agence des espaces verts d’Ile-de-France a souhaité mettre en lumière la perception et les attentes des Franciliens en matière d’usages et de gestion de leurs forêts. Réalisée pour la première fois en France, les éléments de cette étude nourriront le colloque du 27 avril « La forêt, lieu d’innovation – Quelle forêt pour demain ? » et alimenteront les échanges entre les différentes parties prenantes de ces espaces : institutionnels, entrepreneurs, gestionnaires et associatifs. Madame la Ministre Nathalie Kosciusko Morizet et Monsieur le Président de région Jean-Paul Huchon participeront à ce débat sur l’avenir des forêts et envisageront des pistes de travail.

Ainsi l’étude révèle :

  • 85% des Franciliens se rendent dans les forêts de la région au moins de façon occasionnelle.
  • 88% des Franciliens déclarent apprécier aller en forêt. Logiquement, plus les Franciliens fréquentent les forêts, plus ils déclarent apprécier ce type de loisir.
  • Les forêts franciliennes disposent d’une image plutôt positive auprès des habitants de la région : plus des trois quarts d’entre eux (77%) jugent qu’elles sont bien entretenues et quasiment deux tiers (64%) qu’elles sont bien aménagées pour les loisirs et le sport.
  • En revanche, en termes d’accessibilité, si 85 % des personnes interrogées estiment que les forêts franciliennes sont accessibles en voiture, seuls 27 % considèrent qu’il est facile de s’y rendre en transport en commun. Les forêts franciliennes semblent donc souffrir d’un certain nombre d’a priori auprès des individus qui ne fréquentent pas ces espaces verts.

Quel avenir pour les forêts franciliennes ?

  • En dépit d’une fréquentation majoritairement occasionnelle, les Franciliens ne sont pas prêts à renoncer à une accessibilité totale aux forêts de leur Région : 95 % des personnes interrogées estiment qu’elles doivent être ouvertes aux franciliens.
  • Les Franciliens se révèlent partagés quant à l’idée de fermer les forêts partiellement au public pour des motifs écologiques (49%) et d’exploitation forestière plus intensive (72%)

Pour Olivier Thomas, Président de l’Agence des espaces verts :
« Cette étude nous conforte dans le choix que nous faisons au quotidien, à savoir une gestion durable des forêts. Nous devons continuer à allier préservation, usages récréatifs et développement économique. Les Franciliens l’ont clairement exprimé : toute sylviculture intensive au mépris des autres enjeux et activités est à bannir. »