déc 102012
 

Arbre au pied de la Tour Eiffel, Paris 7e (75)

À chaque instant, les plantes effectuent des mouvements imperceptibles qui leur permettent de se maintenir debout. Elles sont soumises en effet au double défi de la gravité et du vent, et elles ne peuvent rester droites que par un contrôle actif. Pour la première fois, des chercheurs de l’INRA et du CNRS ont montré que le port dressé ne résulte pas de la seule perception de la gravité : les plantes doivent aussi percevoir leur propre courbure, et la rectifier. Ce travail permet par exemple de mieux comprendre comment les arbres forestiers peuvent rester droits au fil des ans. Le résultat de ces recherches, publié dans la revue des PNAS la semaine du 3 décembre 2012, fournit de nouvelles pistes pour l’amélioration génétique de la forme des troncs ou de la résilience à la verse des cultures(1).

Pourquoi les arbres et les blés sont droits ?
Pour conserver leur port érigé, les plantes terrestres doivent en permanence réagir activement aux perturbations liées à l’augmentation de leur masse ou à des variations d’inclinaison de leur ancrage (verse, terrains en pente). Ce contrôle postural est rendu possible par des mouvements actifs, sous l’effet moteur de la croissance différentielle ou de bois de réaction(2). Sa réussite est très importante pour la plante, mais aussi pour ses usages agronomiques (récupération des verses des céréales) ou forestiers (défauts de forme des troncs et de qualité du bois). Etudiés depuis Darwin et connus sous le nom de gravitropisme, les mécanismes de contrôle de ce mouvement actif étaient encore mal connus.

Homme dans un champ de blé, © Liliia Rudchenko - Fotolia.com

Les plantes perçoivent leur propre forme et la rectifient
Les chercheurs ont montré que les plantes ne peuvent pas maintenir leur port érigé à l’aide de la seule perception de leur inclinaison par rapport à la gravité. Il faut lui adjoindre une perception continue de la propre courbure de leurs tiges et une tendance à la rectification de celle-ci. Il s’agit ainsi d’un phénomène de proprioception, comparable à ce que l’on rencontre chez les animaux et les humains et qui permet aux organismes d’avoir le sens de leur forme et de leur mouvement. Grâce à cette découverte, les chercheurs ont proposé et validé un modèle mathématique universel reproduisant le contrôle complet des mouvements de redressement sur 11 espèces de plantes à fleurs terrestres, et sur des organes allant de la minuscule germination du blé à des troncs de peupliers. Ce modèle montre que le caractère contrôlant la dynamique du mouvement et la forme finale de la plante est un ratio entre sa sensibilité à la gravité et sa sensibilité proprioceptive, et que ce ratio doit être ajusté à la taille de la plante. De plus, une méthode de caractérisation rapide et sans contact avec la plante (par analyse d’images) de ce ratio a été développée.

Ces résultats modifient l’image que nous avions de la sensibilité des végétaux, en montrant l’importance de la proprioception, à l’instar de ce qui a cours chez les animaux et les humains. Par ailleurs, ils fournissent de nouveaux concepts et outils pour l’amélioration génétique de la capacité des cultures à être plus résilientes à la verse, et des arbres à produire des fûts rectilignes et des bois de bonne qualité. Ils aideront enfin les modélisateurs à mieux prédire les conséquences des changements climatiques, qui risquent de se traduire aussi par une modification du régime des vents.

Formes successives d’une inflorescence de l’arabette des dames (Arabidopsis thaliana) au cours de son redressement après une inclinaison à l’horizontale. On voit nettement que l’ensemble de la tige commence par se courber vers le haut, mais ensuite la partie haute se rectifie progressivement et la courbure se concentre à la base (taille de la hampe = 10 cm, durée totale 20h)
Continue reading »

juin 162012
 

Participez au recensement des plantes cultivées originaires d’Île-de-France.

Le Printemps des Jardiniers qui s’est déroulé en mars dernier à Savigny-le-Temple (77) a donné le top départ du lancement du programme régional de recensement des variétés de plantes cultivées d’île-de-France. Vous cultivez ou vous collectionnez une plante locale, vous avez des connaissances sur le sujet ? Faites-vous connaître et remplissez la fiche suivante (autant de fiches que de plantes).

Le programme régional de recensement a été mis en oeuvre par la ville de Savigny-le-Temple avec le soutien de la région Île-de-France.
La ou les fiches renseignées doivent être envoyées à :
Domaine de la Grange – la Prévôté,
BP 147,
77547 Savigny-le-Temple cedex.
Tél. : 01 60 63 29 40.

Fiche de recensement des variétés anciennes & locales d'Île de France

mai 252012
 

L’enquête Lucane est reconduite en 2012 afin de recueillir des observations complémentaires sur l’ensemble du territoire. Vous êtes donc sollicités pour  faire parvenir toutes les observations de lucane cerf-volant que vous pourriez être amené à rencontrer afin de compléter la plus grande enquête jamais réalisée sur cette espèce en France.

En 2011, L’Office pour les insectes et leur environnement a lancé une enquête nationale sur le lucane cerf-volant. Cette enquête a permis de recueillir avec le concours du grand public, d’entomologistes et d’associations naturalistes plus de 3000 observations couvrant l’ensemble du territoire continental. Le bilan de cette enquête, disponible en ligne , a fait ressortir l’existence de zones de sous prospection où l’espèce devrait être présente et l’intérêt des données anciennes dans l’évaluation de l’état de conservation de l’espèce. Une synthèse en quatre pages de ces résultats est en phase de rédaction et sera publiée dans la revue Insectes.

L’enquête Lucane cerf-volant est relayée sur internet par un web-documentaire du projet : Mission printemps (en collaboration avec ARTE et Camera Lucida).
Ce projet fait la part belle aux opérations de sciences participatives en mettant en avant 10 enquêtes. Vous trouverez sur la page de Mission printemps : à la recherche des Lucanes cerf-volant, un petit film présentant l’enquête Lucane.
« En quête d’insecte – Lucane cerf-volant » et  » Mission printemps : à la recherche des Lucanes cerf-volant » d’ARTE sont une seule et même démarche coordonnée par l’Opie.
Vous pouvez déposer, indifféremment, vos données sur l’un ou l’autre des sites de saisie, celui d’ARTE nécessitant obligatoirement une photographie.

Plaquette enquête Lucane cerf-volant

La plaquette « Lucane » présente l’enquête et vous donne les moyens de différencier le lucane cerf-volant des espèces proches. Pour déposer vos observations, avantageusement accompagnées d’une photographie, un formulaire de saisie en ligne est disponible sur le site de l’Opie. Votre participation est essentielle !

Continue reading »

mai 012012
 

Brin de muguet

Chaque année, les ventes de muguet en brins ou en pots représentent un important chiffre d’affaires que se partagent essentiellement les fleuristes, les GMS et les marchés. Voici les chiffres des achats de muguet pour la période du 1er mai 2011.

Le muguet ou muguet de mai (Convallaria majalis) est une plante herbacée des régions tempérées, dont les fleurs printanières, petites et blanches, forment des grappes de clochettes très odorantes. C’est une plante toxique, de la famille des Liliacées, qui fleurit au printemps. En zone européenne tempérée, le muguet pousse naturellement en forêt et serait, avec la pervenche, un bon indicateur de l’ancienneté et de la naturalité des milieux forestiers. Dans le langage des fleurs, le muguet signifie « retour de bonheur ». Cette tradition du muguet du 1er mai remonterait à la Renaissance : Charles IX en aurait offert autour de lui en 1561 comme porte-bonheur. Ce n’est qu’au début du XXe siècle qu’il sera associé à la Fête du travail, qui date elle-même de 1889. La vente de muguet dans les rues remonte aux environs de 1936. En France, les particuliers et les associations ont le droit de vendre librement du muguet le 1er mai.

Les achats de muguet en 2011
Selon les données issues du panel TNS Sofres, les dépenses des particuliers pour l’achat de muguet ont atteint en 2011 :

  • un montant global de 32,4 millions d’euros,
  • un montant spécifique de 20,1 millions d’euros pour le muguet à offrir le jour du 1er mai.
    12,7 millions d’euros ont été consacrés aux achats de pots de muguet, 7,4 millions d’euros à l’achat de brins.

Ces chiffres ne comprennent pas les dépenses effectuées hors circuit commercial (ventes sur la voie publique par les particuliers ou les associations).

Les lieux d’achat du muguet du 1er mai
Les 3 principaux lieux d’achat sont les fleuristes, les GMS et les marchés.

Muguet en pots :

  • Fleuristes : 33,4% en volume; 56,6% en valeur
  • GMS : 33% en volume; 15,4% en valeur
  • Marchés : 17,3% en volume; 11,5% en valeur

Muguets coupé en brins :

  • Fleuristes : 35,6% en volume; 36,9% en valeur
  • GMS : 7,2% en volume; 21,3% en valeur
  • Marchés : 49,6% en volume; 27,3% en valeur

Muguet : Prix unitaire d’achat en 2011

  • Pour le muguet vendu en pot :  32% (moins de 4 €), 38,4% (4 à 8 €), 17,8% (8 à 15 €), 11,8% (plus de 15 €).
  • Pour le muguet vendu en brins coupés : 42,3% (moins de 4 €), 36,1% (4 à 8 €), 14% (8 à 15 €), 7,6% (plus de 15 €).

(Source : Panel TNS Sofres, cofinancé par FranceAgriMer et Val’Hor, constitué d’un échantillon représentatif de la population française composé de 7000 ménages interrogés mensuellement)

fév 092012
 

Natureparif vous invite à la restitution de l’étude Jardin virtuel :  « Quelle biodiversité les citadins d’Île-de-France veulent-ils dans les jardins publics ? »

Cette étude a été réalisée par Assaf Shwartz et Hélène Cheval, doctorants au Muséum National d’Histoire Naturelle et à l’Université Paris 1 la Sorbonne qui s’est déroulée au sein de l’AP-HP.

Vendredi 10 février 2012 de 16h à 18h
Hôtel de ville de Paris,
Salle des conférences, 5, rue Lobau, 75004 Paris (Métro : lignes 1 et 11, station Hôtel de Ville).
Journée gratuite.
Inscription individuelle obligatoire auprès de Marjorie Millès, marjorie.milles natureparif.fr (attention, nombre de places limité).
Confirmation d’inscription et pièce d’identité vous seront indispensables pour accéder à l’Hôtel de Ville.

Continue reading »

jan 032012
 

La seizième place a été attribuée à l’avenue des Champs-Élysées dans le classement pour la qualité d’accueil et de service. Les enquêteurs internationaux de Présence, n°1 des études clients mystères en France (1986), ont visité les 30 avenues principales au monde pour y mesurer l’accueil et le service réservés aux touristes.

Pour cette 4ème édition, près de 400 points de vente ont été visités (parfumerie, restaurant, prêt-à-porter, showroom…). Voici les principaux enseignements tirés de l’analyse des critères objectifs et factuels retenus :

  • L’Orchard Road à Singapour est 1ère pour sa qualité d’accueil et de service au classement général 2011/2012 de la société Présence. L’Orchard Road à Singapour arrive en tête du classement sur le critère d’attractivité de l’avenue. Le client mystère y a apprécié la propreté immaculée de ses trottoirs. Sur les 30 avenues, les enquêteurs mystères ont assisté à une animation dans 70% de leurs visites (théâtre, concert…). Ils ont également rencontré des travaux dans 63% de leurs visites.
  • Sur le podium, Luxembourg arrive 2ème et Amsterdam 3ème. Shopping agréable sur l’Avenue de la Liberté à Luxembourg. Luxembourg remporte la palme pour l’environnement très soigné de ses points de vente et l’accueil reçu par le personnel.
  • Dans le bas du classement, Genève, Hong Kong et Mumbai font figure de lanterne rouge. À Hong Kong (29ème du classement sur les critères de contact avec les passants) ou Genève (30ème), 60% des passants n’ont pas cherché à aider le touriste, sans même montrer la moindre sollicitude à son égard.
  • Paris se place en milieu de tableau (16ème rang). Les Champs Elysées décrochent la 16ème place de cette étude avec un score global de 71/100. « Se balader sur les Champs est plaisant. Les passants abordés sont aimables et font leur maximum pour renseigner le client. Par contre, l’accueil et le service dans les commerces sont moins conviviaux. Dans 40% des cas, le vendeur a montré un signe d’agacement au client mystère. Le client garde en mémoire l’absence de sourire et le manque de sympathie à son égard ».La courtoisie et la convivialité ne sont pas les atouts des vendeurs Parisiens. Paris peut encore améliorer l’accueil des touristes venus effectuer un achat ou déjeuner sur les Champs Elysées.
  • Sur les 30 avenues visitées, 63% des membres du personnel adressent un signe de reconnaissance au client, mais 30% discutent entre eux en présence du client.
  • Lisbonne et Montréal, les deux derniers du classement sur les critères liés aux points de vente, devraient soigner leurs vitrines et le service délivré par les vendeurs.
  • La Bond Street de Londres décroche la 30ème place (sur les critères liés à l’attractivité de l’avenue) à cause de ses travaux.
  • C’est sur la George Street à Sydney que les passants sont les plus courtois.
  • Dans 90% des visites, le passant abordé dans les avenues était souriant et agréable.

La société PRESENCE MYSTERY SHOPPING est n°1 des études Clients Mystères en France (1986) et réalise plus de 100.000 audits mystères par an dans tous les réseaux de distribution. PRESENCE anime les réseaux et engage les actions auprès de ses clients pour une amélioration concrète des performances de la relation client. PRESENCE intervient dans près de 50 pays au monde.