nov 062012
 

Fantasmagories – Sans titre#1 ©Marc Chatelard

D’un accès très facile et d’une beauté sans pareille, les fleurs ont toujours été un motif favori des peintres. Mais qu’advient-il de ce charmant motif quand la photographie s’en empare ? Une beauté intrinsèque, violente et érotique avec Robert Mapplethorpe, des couleurs somptueuses avec Irving Penn, des mises en relief des formes et des détails notamment avec Imogen Cunningham et Karl Bossfeldt. Avec Marc Chatelard, les fleurs ont perdu leur subtil parfum ; les filets, les anthères, les stigmates, les pétales et autres pistils ont donné une nouvelle forme de vie en perdant la leur.

Fantasmagories – Sans titre#7 ©Marc Chatelard Continue reading »

jan 262012
 

Pendant une année, le photographe Jacques Vekemans a suivi le travail de taxidermie de Jack Thiney, dans son atelier, au Muséum. Exposées en plein air dans le Jardin des Plantes, les 20 photographies sélectionnées restituent ce savoir-faire très spécifique qui redonne une apparence de vie animale aux spécimens que le Muséum expose, notamment dans la Grande Galerie de l’Évolution.

Taxidermie, dans les coulisses du Muséum

Plusieurs générations de grands taxidermistes ont œuvré à l’extraordinaire mise en valeur des collections du Muséum national d’Histoire naturelle. Savoir-faire unique alliant approche artistique et connaissances anatomiques précises, la taxidermie (du grec taxis : préparer, et derma : peau) remonte aux environs de 1750, lors du règne de Louis XV. Les techniciens du Muséum ont pu, dès lors, s’attaquer à la naturalisation des grands mammifères. Les plus anciens spécimens sont conservés dans les réserves du Muséum : une caille chassée par le roi en personne et Jocco, le chimpanzé de Buffon, intendant du Jardin du Roi. Aujourd’hui, les taxidermistes n’utilisent plus les squelettes et sculptent les mannequins dans du polystyrène et de la mousse de polyuréthane. Après avoir été au service des scientifiques, la taxidermie est maintenant le partenaire indispensable des expositions d’histoire naturelle…

Une exposition de photos à la rencontre de l’art et de la science
Pendant une année, le photographe Jacques Vekemans a suivi le travail de taxidermie de Jack Thiney, dans son atelier, au Muséum. Exposées en plein air dans le Jardin des Plantes, les 20 photographies sélectionnées restituent ce savoir-faire très spécifique qui redonne, par mille gestes savants et précis, une apparence de vie animale aux spécimens que le Muséum expose, notamment dans la Grande Galerie de l’Évolution.
Continue reading »

sept 302011
 

« Naissance du vivant », une exposition photographique sur les faces cachées de la nature du 1er au 28 octobre 2011 à la librairie Les Jardins d’Olivier (Paris 5e).

Photo Jean-Pierre Delagarde

Ils n’avaient encore été jamais vus, ces bulbes aux formes étonnantes et inhabituelles, au moment où ils donnent naissance à la vie. Et pour cause, à cet instant, tout se passe sous terre.

L’oeil indiscret du photographe Jean-Pierre Delagarde, en complicité avec Nathalie Adam, spécialiste des bulbes du monde, propose une exposition consacrée à cette face cachée de la nature. Une quarantaine d’images très graphiques où la naissance du végétal se montre dans sa diversité la plus folle, exhibe ses forces étonnantes, détache ses tuniques, pour laisser apparaître la vie !

Photo Jean-Pierre Delagarde

Continue reading »

juin 022011
 

Qu’un être animé, au moyen de formes et de couleurs, puisse se confondre avec des éléments inanimés, a toujours attiré la curiosité des naturalistes. La trentaine de grandes photographies présentées du 2 juin au 12 septembre sur les grilles de l’école de botanique du Jardin des Plantes (Paris 5e) illustre les différentes stratégies mises en œuvre, véritables prodiges de la nature.

Sauterelle feuille (Cycloptera speculata), photo Gilles Mermet

Sauterelle feuille (Cycloptera speculata), Jardin des Plantes, Paris 5e (75), photo Gilles Mermet

Les insectes tiennent la vedette : papillons semblables à des feuilles mortes, mantes religieuses fondues sur des tiges végétales, membracides aux formes étranges, sauterelles-feuilles… Les poissons offrent également de beaux exemples de mimétisme, imitant le substrat sur lequel ils vivent (roche, sable…).

Araignée crabe femelle (Misumena vatia), photo Jean-Claude Teissier

Araignée crabe femelle (Misumena vatia), Jardin des Plantes, Paris 5e (75), photo Jean-Claude Teissier

Parmi les photographes, des scientifiques du Muséum, et de grands noms :

  • Olivier Grunewald : passionné de nature et de grands espaces, récompensé à plusieurs reprises par le prestigieux World Press Photo, il réalise régulièrement des reportages animaliers et a publié de nombreux ouvrages ;
  • Gilles Mermet : photographe et journaliste, il voyage dans de nombreux pays d’où il rapporte des reportages à caractère ethnologique, politique et culturel. Depuis une vingtaine d’années, les magazines de la presse française et internationale publient régulièrement son travail ;
  • Jean-Claude Teyssier : influencé par les souvenirs entomologiques de Jean-Henri Fabre, son travail entend « rendre compte de la vie animale dans son entier et repose sur une observation approfondie des insectes et autres petits animaux ».
Exposition "Être ou ne pas être, mimétisme ou camouflage"

Exposition "Être ou ne pas être, mimétisme ou camouflage", Jardin des Plantes, Paris 5e (75), photo Alain Delavie

Informations pratiques
Accès : par le 57 rue Cuvier, le 2 rue Buffon, le 36 rue Geoffroy Saint-Hilaire ou place Valhubert, Paris Vème.
Métro : stations Jussieu, Austerlitz, Place Monge.
Accès libre, aux horaires d’ouverture du Jardin des Plantes.