nov 282013
 

Noces végétales, Tzuri Gueta, grande serre du Jardin des Plantes, Paris 5e (75)
Je n’avais pas pu aller à la présentation pour la presse la semaine dernière, mais en sortant de l’exposition Masculin / Masculin au Musée d’Orsay samedi en fin de matinée, j’ai filé aussitôt vers le Jardin des Plantes et ses grandes serres pour découvrir les oeuvres de l’artiste Tzuri Gueta.

Noces végétales, Tzuri Gueta, grande serre du Jardin des Plantes, Paris 5e (75) Continue reading »

nov 172013
 

Exposition Avant-post au Chai de Bercy (Paris 12e)

De postures, de stratégies, de ripostes, de l’utilisation de compost et peut-être même de quelques belles impostures : voici ce dont il est question dans cette exposition.

Le rôle du paysagiste est crucial dans la conception, la fabrique et l’évolution de nos espaces de vie en société. C’est aux avant-postes que sa place doit être définie. Tel est le propos que défend cette exposition. Elle s’appuie sur la présentation des travaux des post-étudiants et tout frais paysagistes, diplômés de l’École nationale supérieure de paysage de Versailles-Marseille, regroupés autour de six thématiques :

  • L’humain d’abord ;
  • Matières à projet ;
  • Extra-ordinaire ;
  • Si c’était à refaire ;
  • Retournements/Détournements ;
  • Scénarios de demain.

Au cours des quatre années passées à l’école, chaque étudiant a reçu une formation qui lui a permis de façonner son regard, de développer une pensée et une pratique singulières. Celles-ci lui donneront la possibilité une fois sorti du nid, de suivre une ligne qu’il aura lui-même tracée.

Ce sont les travaux de fin d’études des soixante diplômés de la promotion 2013 de la formation de Paysagiste DPLG qui sont exposés au Chai de Bercy jusqu’au 24 novembre 2013, avec le soutien de la mairie de Paris.

Continue reading »

nov 072013
 

Alain Delavie et Patrick Laroche lors de l'inauguration de l'exposition Vegetables, Hôtel Sofitel Paris Faubourg
Je suis plus souvent derrière l’appareil photo que devant, mais lors de l’inauguration de l’exposition Vegetables présentée par Patrick Laroche dans l’Hôtel Sofitel Paris Le Faubourg (Paris 8e), j’ai eu le plaisir de rencontrer enfin l’artiste, d’être photographié avec lui et d’admirer plusieurs de ses oeuvres mises en scène dans le palace.

Patrick Laroche et Alain Delavie lors de l'inauguration de l'exposition Vegetables, Hôtel Sofitel Paris Faubourg

Patrick Laroche près d'une de ses oeuvres lors de l'inauguration de l'exposition Vegetables, Hôtel Sofitel Paris Faubourg

Patrick Laroche près d'une de ses oeuvres lors de l'inauguration de l'exposition Vegetables, Hôtel Sofitel Paris Faubourg
L’exposition Vegetables continue jusqu’au 16 décembre 2013.
Entrée libre.
Sofitel Paris Le Faubourg, 15, rue Boissy d’Anglas, 75008 Paris. Tél. : 01 44 94 14 14.
Site « Vegetables » par Patrick Laroche : www.sculptures-vegetables.com

oct 222013
 

Affiche de l'exposition André Le Nôtre en perspectives 1613 - 2013
Bouquet final de l’année Le Nôtre qui célèbre le 400e anniversaire de la naissance du jardinier du roi au château de Versailles, cette exposition offre, contre les idées reçues, une image aussi nouvelle que surprenante de l’homme, de son art et de son influence. Jardinier, dessinateur, architecte, ingénieur et hydraulicien, paysagiste et urbaniste, collectionneur, magicien de l’espace, André Le Nôtre, ami intime de Louis XIV, transforme les rêves des princes en réalité.

Parcours de l’exposition

1ère partie : un homme d’honneurs

Le Nôtre collectionneur
Jardinier du roi, dessinateur, contrôleur général des bâtiments, arts et manufactures, André Le Nôtre était aussi un grand collectionneur. L’exposition s’ouvre sur sa collection, un cabinet de peintures et de sculptures rempli de chefs-d’oeuvre.
Pour la première fois sera rassemblée la collection d’œuvres d’art de Le Nôtre, si remarquable qu’elle était mentionnée dans les guides touristiques de l’époque et qu’au moment de prendre sa retraite officielle à l’âge de quatre-vingts ans, il en offrit les chefs-d’œuvre au roi. Ce don, qui frappa l’Europe entière, constitue l’une des plus importantes contributions d’un particulier à l’enrichissement du patrimoine national. Des peintures exceptionnelles de Poussin, du Lorrain, de Brueghel, de l’Albane, des bustes antiques, des petits bronzes, des médailles et gravures ou encore des porcelaines illustrent le don de le Nôtre et seront exposés.

Des origines aux honneurs, commanditaires et réalisations
Le visiteur découvre les origines familiales de Le Nôtre puis les étapes de sa carrière.
Sa formation chez le peintre Vouet, ses amis et protecteurs, l’importance de ses charges (notamment celle de contrôleur général des bâtiments), son voyage en Italie, ses honneurs et sa fortune. Sont répertoriées et illustrées les créations que l’on peut attribuer à Le Nôtre avec certitude, selon le dernier état des recherches, et qui attestent de la variété de ses commanditaires : le roi, la famille royale, les ministres et dignitaires ecclésiastiques, les princes étrangers. Autant de sections rayonnant autour de la statue équestre de Louis XIV : « Du moment qu’il était au roi, tout le monde voulait l’avoir ».

Continue reading »

oct 162013
 

 

Vegetables, création Patrick Laroche
Du 16 octobre au 16 décembre, le Sofitel Paris Le Faubourg revêtira des allures de potager géant grâce aux œuvres « Vegetables », des légumes surprenants réalisés par le sculpteur Patrick Laroche.

Artiste doté d’une solide formation classique et féru de gastronomie, il trouve une nouvelle source d’inspiration en créant, il y a quelques années, des bougeoirs en forme de légumes pour un grand restaurant. Naquit alors la Collection « Vegetables », dont la signature imprime chacune de ses créations et illustre parfaitement le mariage de l’art et de la gastronomie.

On note un paradoxe dans les créations monumentales de Patrick Laroche. Alors qu’un sens aigu de l’observation lui permet de créer des œuvres extrêmement fidèles au modèle original, son travail sur la matière nous transporte dans un univers surréaliste. Ainsi, sur ses créations en métal recouvertes de projections d’argent, est apposé un vernis rendant l’œuvre lumineuse, brillante. Les poivrons se parent de bleu quand les artichauts roses se déshabillent, à des dimensions irréelles.

Les réalisations de l’artiste trouvent toute leur légitimité à s’exposer au Sofitel Paris Le Faubourg, puisqu’au XVIIe siècle, le quartier n’était que jardins et potagers. Sur le célèbre plan dit « de Turgot » dessiné en 1739, on aperçoit à l’emplacement de l’hôtel, des parterres de verdure. Non loin de là, les pépinières royales longeaient la rue d’Artois et l’on cultivait de fameuses asperges du côté de Saint-Philippe du Roule.

Tel un clin d’œil à ce passé historique, quatre asperges géantes accueilleront le visiteur devant l’entrée du Sofitel Paris Le Faubourg. Au-delà de la porte tambour, se dévoileront dans les différents espaces de l’hôtel, artichaut, pois cosse, poivron, tomate… dans un déluge de couleurs chatoyantes.

« En réalité, mes créations « Vegetables » se sont imposées à moi. Elles sont le reflet de deux de mes passions : la sculpture et la gastronomie, et j’aime beaucoup l’idée de la fusion de l’art et du végétal ».

Continue reading »

oct 102013
 

Glottiphyllum cruciatum, photo F.-G. Grandin / MNHN
Un nouveau parcours muséographique vous est proposé jusqu’au 4 novembre 2013 dans les grandes serres du Jardin des Plantes de Paris. Il fera découvrir à ses nombreux visiteurs les « trucs et astuces » des végétaux pour affronter les sécheresses intense, permanente ou passagère.

L’eau c’est la vie ! La vie des plantes aussi ! Elles savent gérer cette ressource quand elle est rare.

Serre des déserts, Jardin des Plantes de Paris, photo F.-G. Grandin / MNHN
Dans la serre des déserts, les visiteurs apprendra comment les cactus, plantes-bouteilles ou euphorbes, qui stockent l’eau et toutes les étranges adaptations pour survivre en milieu très hostile. Plus étonnant dans les forêts tropicales, rincées de pluies quotidiennes, il faudra chercher les « épiphytes »; perchées en haut des arbres qui en cherchant la lumière vivent sans sol donc sans stock d’eau… Et en Nouvelle-Calédonie où les zones les moins arrosées accueillent un maquis minier ou une forêt sèche, milieux très fragiles et menacés, où 95% des espèces sont spécifiques. Continue reading »