août 112011
 
Le Laboratoire, 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41), Jardins d'avenir ou l'art de la biodiversité heureuse (22 avril au 16 octobre 2011)

Le Laboratoire, 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41), Jardins d'avenir ou l'art de la biodiversité heureuse (22 avril au 16 octobre 2011), 27 juillet 2011, photo Alain Delavie

Premier dans la liste des 26 jardins composant le 20e Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire (41), Le laboratoire est un jardin qui nous raconte l’histoire d’un jardin du futur renaissant après une catastrophe. En arrivant, on le découvre à peine derrière cette grande vitre verte. Il faut franchir l’une des deux portes pour entrer dans ce monde mystérieux…

Le Laboratoire, 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41), Jardins d'avenir ou l'art de la biodiversité heureuse (22 avril au 16 octobre 2011)

Le Laboratoire, 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41), Jardins d'avenir ou l'art de la biodiversité heureuse (22 avril au 16 octobre 2011), 27 juillet 2011, photo Alain Delavie

Prêt(e) pour la visite et l’aventure ?
C’est parti…

Continue reading »

juil 292011
 

La vingtième édition du Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41) a pour thème : « Jardins d’avenir ou l’art de la biodiversité heureuse ». Elle donne à voir et parcourir des jardins d’alerte, des jardins du futur, des ateliers de (re)découverte et de reconstruction de notre diversité, des tableaux vivants forces de proposition, de recherche et d’innovation scientifique et artistique. Voici un petit aperçu glané lors de ma visite il y a quelques jours.

"Manier avec précaution", 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41)

"Manier avec précaution", 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

« Manier avec précaution » par Jeroen Jacobs architecte-paysagiste et Maarten Jacobs, designer, (Pays-bas).
Métaphore des menaces pesant sur la nature, ce jardin fragile est une invitation à manier les plantes avec précaution. Nous devons en prendre soin comme de nous mêmes. Il faut manier la nature avec précaution aujourd’hui pour pouvoir jouir demain d’une biodiversité heureuse.

"Manier avec précaution", 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41)

"Manier avec précaution", 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

Je suis sûr que vous n’aviez pas pensé à ces surprenants tuteurs pour vos roses trémières…

"Le pollen exubérant", 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

"Le pollen exubérant", 20e Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire (41), juillet 2011, photo Alain Delavie

« Le pollen exubérant » par Yekaterina Yushmanova architecte-paysagiste et Ruth Currey conceptrice paysagiste (États-Unis et Canada).
Pour imaginer l’avenir des jardins, nous nous tournons inévitablement vers leur passé. Ce jardin propose une exploration de l’héritage des jardins anémogames. Le pollen capture l’histoire de chaque plante et de ses ancêtres, puis chevauche le vent et permet de créer des nouvelles combinaisons de vie.

Continue reading »

mai 132010
 

J’ai repéré une petite suspension amusante dans l’un des jardins éphémères du Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire (41). Avec un petit côté rétro et désuet, mais aussi furieusement tendance et avant-gardiste avec sa fleur sauvage sans soucis et son petit côté nature et développement durable… Alors, suspension des temps passés ou futuriste ?

Suspension rétro futuriste

Suspension, jardin "Contactez-moi" de Loïc Nys, graphiste, Sébastien Roussel, paysagiste, Cécile Larcher, architecte et Sébastien Migne, France, Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire (41), mai 2010, photo Alain Delavie

Une belle mise en beauté pour la pâquerette, charmante petite fleur des pelouses et des près toute empreinte de simplicité.

Nous allons chercher parfois bien loin des fleurs plus sophistiquées et souvent fort chichiteuses, qui n’en finissent pas de décliner à mesure que la belle saison s’avance. Alors que nous pourrions fleurir nos suspensions, jardinières et potées avec des plantes bien rustiques et gracieuses comme les pâquerettes bien sûr, mais aussi les ruines de Rome, le pourpier sauvage, la véronique de Perse, la chélidoine ou le mouron rouge pour ne citer que quelques unes de ces herbes souvent dites mauvaises. De bien belles sauvageonnes qui ne demandent qu’à pousser dans le plus joli des contenants avec un minimum de soins. Une idée à creuser !

mai 092010
 

Mercredi dernier, je suis allé découvrir la nouvelle édition du Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire (41). Pour 2010 et la 19ème édition du Festival, le thème choisi est : « Jardins corps et âme ». 25 photos pour vous donner un petit aperçu de la manifestation dans toute sa diversité…

Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire (41)

Labyrinthe de la Mémoire, Château du Domaine de Chaumont-sur-Loire (41), mai 2010, photo Alain Delavie

Cette dix-neuvième édition du Festival International des Jardins met en scène les jardins qui soignent l’âme et le corps, des jardins qui apaisent et qui régénèrent. Agissant sur tous les sens, le jardin est le lieu d’apaisement et de sérénité par excellence : un espace propice à la contemplation et à la stimulation de l’imaginaire.
Mais il est aussi ce lieu qui fait naître les plantes qui soignent le corps et plus généralement les herbes de santé, les plantes aromatiques, les plantes condimentaires… Le jardin génère les médicaments, mais aussi les onguents, les parfums, les saveurs, etc.
Parfois considéré comme un espace de rédemption de nos tourments, il est également un lieu qui reconstruit et soigne l’esprit. « Toucher la terre » agit sur notre équilibre intérieur et l’on a pu mesurer le pouvoir du jardin sur les pathologies cérébrales et neurologiques. Dépenses physiques, activité intellectuelle, convivialité, tout concourt au jardin à favoriser les énergies positives.
Le jardin soigne aussi les paysages blessés, qu’il embellit, restaure, répare; il participe même d’une purification de la nature empoisonnée par l’homme (pesticides, pollutions diverses) avec les plantes dépolluantes, détoxifiantes.

Si le jardin soigne l’âme et le corps, il suscite des passions, des engagements « corps et âme » au service de cette cause de la beauté, du bonheur et du mieux-être. « La beauté – écrivait Stendhal – est une promesse du bonheur ». Le jardin sait tenir cette promesse et nous offrir le plaisir de la contempler dans son invention et ses diversités.

Continue reading »