avr 022011
 

C’est un de mes derniers achats. Je voulais depuis longtemps un camélia, sans trop savoir lequel choisir car le nombre de variétés de camélias est considérable. J’ai finalement craqué pour ‘Quintessence’, une variété de camélia champêtre à petit développement et aux nombreuses petites fleurs simples très parfumées.

Camellia 'Quintessence'

Floraison du camélia 'Quintessence', 31 mars 2011, photo Alain Delavie

C’est un hybride de Camellia lutchuensis.

Cette variété a un port étalé, presque retombant. Sa croissance est lente. À dix ans, elle atteint une hauteur d’environ 50 cm pour une largeur d’environ 70 centimètres. Un camélia modèle réduit !
Cet arbuste est idéal pour une culture en pot sur un balcon, une terrasse ou dans une petite cour peu ensoleillés.

Camellia 'Quintessence'

Potée de camélia 'Quintessence' sur mon balcon, 31 mars 2011, photo Alain Delavie

Le feuillage est persistant et vernissé. La plante fleurit de février jusqu’à avril. Les petites fleurs sont parfumées et blanc crème avec un peu de rose au revers et un bouquet d’étamines jaune paille.

Camellia 'Quintessence'

Floraison du camélia 'Quintessence', 31 mars 2011, photo Alain Delavie

Ce camélia va remplacer ma touffe de fougère houx (Cyrtomium fortunei) dans la grosse potée où est déjà installé le gardénia rustique (Gardenia jasminoïdes ‘Kleim’s Hardy’). La fougère a pris beaucoup d’ampleur et les nouvelles frondes ont tendance à couvrir le gardénia et les plantes dans les jardinières voisines. Le camélia sera plus sage, son feuillage est en plus brillant, plus lumineux que celui de la fougère, mat et un peu terne. Et j’aurai des fleurs parfumées en fin d’hiver et au printemps, juste après la floraison du sarcococca. Quant à la fougère, je ne lui ai pas encore trouvé sa nouvelle place, mais pas question de m’en séparer…

Pour la plantation du camélia :
Ouvrir un trou d’un volume double de celui de la motte et bien tremper celle-ci. Ôter le conteneur, préparer un mélange de 25% de tourbe, 50% de terre de bruyère et 25% de terre de jardin et en remplir le fond du trou. Placer la plante et finir de remplir en tassant autour du tronc de l’arbuste. Ne pas trop enterrer la motte : le dessus doit se trouver au niveau du sol. Terminer par un arrosage copieux.

Où acheter le camélia ‘Quintessence’ ?
J’ai trouvé mon camélia ‘Quintessence’ chez Truffaut, dans le magasin d’Ivry-sur-Seine (94) qui valait le déplacement mercredi dernier, avec de gros arrivages de fleurs de toutes sortes. Vous pouvez le commander aussi chez un pépiniériste collectionneur spécialisé dans les plantes de terre de bruyère : Stervinou.

Camellia 'Quintessence'

Potée de camélia 'Quintessence' sur mon balcon, 31 mars 2011, photo Alain Delavie

mar 242011
 

La saison des mahonias continue en ce tout début du printemps avec la floraison des mahonias à feuilles de houx (Mahonia aquifolium). Une aubaine pour les bourdons et autres insectes pollinisateurs qui visitent nombreux les épis de fleurs jaune vif dressés au-dessus du feuillage vernissé.

Arbuste à feuillage persistant et floraison précoce

Mahonia à feuilles de houx en pleine floraison (Mahonia aquifolium), Jardin du Ranelagh, Paris 16e (75), mars 2011, photo Alain Delavie

Cette espèce de Mahonia forme un petit buisson plutôt arrondi, plus large que haut. Parfaite pour les petits jardins, les terrasses et les grands balcons, elle ne dépasse pas 1 à 1,5 m d’envergure et de hauteur. Les rameaux ont une écorce grise et brune. Les feuilles piquantes ont un aspect vernissé et évoquent les feuilles d’un houx. Le feuillage est persistant, coriace, avec une coloration vert vif à vert foncé, teinté de rouge, de pourpre et de brun pendant l’automne et la mauvaise saison.

Arbuste à feuillage persistant et floraison précoce

Mahonia à feuilles de houx en pleine floraison (Mahonia aquifolium), Jardin du Ranelagh, Paris 16e (75), mars 2011, photo Alain Delavie

Continue reading »

jan 042011
 

Un feuillage persistant, une floraison de novembre à avril et une fructification décorative qui durent longtemps… Le laurier-tin (Viburnum tinus) est un petit arbuste discret mais élégant pendant la belle saison, resplendissant quand l’automne s’achève et en hiver quand il se pare de boules aplaties de petites fleurs.

Viorne tin, laurier-tin, Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) avec boutons floraux et fleurs, photo Alain Delavie

Des fleurs pendant la mauvaise saison, c’est bon pour le moral des jardiniers et une aubaine pour les quelques insectes pollinisateurs qui ne sont pas en hibernation. De plus, ces fleurs sont précédées par des boutons floraux d’un très joli rose.

Viorne tin, laurier-tin, Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) couvert de cymes de baies bleues et de boutons floraux, photo Alain Delavie

Les fruits à l’aspect de petites perles bleues foncées presque noires sont très décoratives, aussi bien sur l’arbuste qu’en bouquets. Les oiseaux les apprécient beaucoup.

Viorne tin, Laurier-tin, Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) couvert de cymes de fleurs, photo Alain Delavie

Le feuillage vert foncé brillant reste toujours impeccable, à longueur d’année. Les jeunes pousses cuivrées sont très décoratives. Une plante idéale en haie, mais aussi en isolé car elle prend naturellement un port en boule.

Viorne tin, Laurier-tin,Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) avec des fleurs et des jeunes pousses printanières, photo Alain Delavie

En ville, ce petit arbuste qui ne dépasse guère 2,50 m à 3 m de hauteur supporte très bien la pollution urbaine.

Viorne tin, laurier-tin, Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) avec des fleurs, photo Alain Delavie

Cette espèce est d’origine méditerranéenne, mais elle n’est pas si frileuse que cela. À éviter toutefois dans les régions où les températures chutent souvent en-dessous de -10 °C, l’arbuste pouvant repartir de la souche quand les rameaux sont gelés.

Compte tenu du grand nombre de variétés de cette viorne, il y a presque toujours un laurier-tin pour son jardin, sa cour, sa terrasse ou son balcon, car cet arbuste pousse aussi bien en pleine terre qu’en bac, l’important étant de l’installer dans un endroit ensoleillé, abrité des courants d’air froids.

Le nombre des variétés de cette viorne est impressionnant !

Voici la liste proposée par Maurice Laurent, pépiniériste grand spécialiste des Viburnums, dont la collection est agréée « Collection Nationale » par le Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées (C.C.V.S.) depuis juin 1994 :
Viburnum tinus

Viburnum tinus
‘Bewley’s Variegated’
Viburnum tinus
‘Compactum’
Viburnum tinus
‘Eve Price’
Viburnum tinus
‘Exbury Form’
Viburnum tinus
‘French White’
Viburnum tinus
‘Gwenllian’
Viburnum tinus
‘Israel’
Viburnum tinus
‘Little Bognor’
Viburnum tinus
‘Lucidum’
Viburnum tinus
‘Lucidum Variegatum’
Viburnum tinus
‘Macrophyllum’
Viburnum tinus
‘Malay Beauty’
Viburnum tinus
‘Minpeil’
Viburnum tinus
‘Pink Prelude’
Viburnum tinus ‘Pink Protector’
Viburnum tinus ‘Purpureum’
Viburnum tinus ‘Pyramidale’
Viburnum tinus ‘Rotundifolium’
Viburnum tinus Spirit ®
Viburnum tinus ‘Spring Bouquet’
Viburnum tinus var. hirsutum
Viburnum tinus ‘Vivon’
Viburnum tinus ‘Sophie’
Viburnum tinus f. hirtum

J’ai un tout petit ‘Eve Price’, couvert de boutons. Il est encore dans son petit pot depuis l’automne dernier, car je n’ai pas pu l’installer à sa place définitive tant que mes fleurs annuelles étaient encore belles. Maintenant la place est libre, je vais pouvoir le planter…

déc 192010
 

La neige n’a pas empêché les mahonias de continuer à fleurir. Cela donne des petites scènes charmantes dans les parcs et jardins.

Floraison hivernale sous la neige dans Paris

Mahonia fleuri sous la neige, Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Un fin manteau qui n’abime pas les plantes, ne les fait pas ployer sous le poids.

Floraison hivernale sous la neige dans Paris

Mahonia fleuri sous la neige, Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Mais il est quand même préférable de secouer le feuillage de l’arbuste, comme il est prudent de le faire pour la plupart des arbustes à feuillage persistant.

nov 272010
 

Un nom bien compliqué pour un si sympathique petit arbuste à feuillage persistant : Sarcococca hookeriana var. digyna ‘Purple Stem’. Et même pas un petit surnom pour mieux le faire connaître !

Arbuste à feuillage persistant et floraison hivernale parfumée

Jeune pied de Sarcococca hookeriana var. digyna 'Purple Stem' sur mon balcon, novembre 2010, photo Alain Delavie

L’espèce type (Sarcococca hookeriana) est originaire de l’Ouest de la Chine et a été dénommée en honneur de Sir Joseph Dalton Hooker, botaniste, et de son père, William Jackson Hooker, un des directeurs des Jardins botaniques royaux de Kew en Angleterre. Ce sarcococca forme un buisson compact et rhizomateux, l’arbuste produisant des rejets nombreux. Les feuilles sont lancéolées à oblongues, d’une couleur vert moyen à vert foncé. Elles peuvent mesurer jusqu’à 9 cm de longueur. Les bouquets de fleurs blanches et parfumées apparaissent en hiver. Elles donnent ensuite des fruits sphériques, noirs ou bleu noir, d’environ 5 mm de diamètre.

Sarcococca hookeriana var. humilis forme un buisson nain et compact. Cette variété est aussi originaire de l’Ouest de la Chine et se multiplie par drageons. L’arbuste forme une petite touffe de tiges dressées qui ne dépasse pas 0,6 m de hauteur sur 1 m d’envergure.

Sarcococca hookeriana var. digyna a des feuilles minces et effilées. Les fleurs mâles ont des anthères de couleur crème.

Sarcococca hookeriana var. digyna ‘Purple Stem’ se distingue par des jeunes pousses teintées de rose pourpre et des fleurs teintées de rose. Une couleur assez discrète, mais bien visible comme on peut l’apercevoir sur ma photo.
Mon pied est encore petit et pourtant il a presque doublé pendant la belle saison. Pour une plante soit-disant à croissance lente, elle pousse très bien…
J’ai acheté un tout petit plant lors des dernières Botaniques de Chèvreloup chez Jean Thoby (Pépinière botanique). Le jeune plant était présenté dans un pot adorable en lamelle de bois.

Sarcococca hookeriana var. digyna 'Purple Stem'

Jeunes plants de Sarcococca hookeriana var. digyna 'Purple Stem', Pépinière Botanique Jean Thoby, Botaniques de Chèvreloup, avril 2010, photo Alain Delavie

J’ai installé ce petit arbuste dans le même gros pot que mon hibiscus rustique à fleurs blanches (Hibiscus coccineus ‘Alba’) qui disparaît complètement en hiver et me laisse un grand vide sur le balcon. La cohabitation semble bien se passer, mon petit sarcococca étant maintenant couvert de boutons de fleurs. Un bon départ !

Le saviez-vous ?
Le genre Sarcococca comprend 14 espèces, toutes arbustives.
Ces arbustes à feuillage persistant sont monoïques, chaque pied portant à la fois des fleurs mâles et des fleurs femelles.
Proches cousins du buis, ils appartiennent à la famille des Buxacées. Leur nom commun anglais est « Christmas box ». Le buis de Noël, ce serait pas mal comme nom commun français, non ?

nov 182010
 

Tout le monde connaît les boules de buis, très à la mode et de plus en plus répandues sur les balcons, les terrasses et dans les jardins. Mais les ifs utilisés en topiaires et surtout cultivés en pot sont moins fréquents. Quelques beaux sujets bien arrondis prospèrent dans le jardin du Musée de Cluny (Paris 5e).

Boule d'if (Taxus baccata) en pot dans Paris

Topiaire d'if en pot, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Je savais que l’if supportait suffisamment bien les tailles répétées pour permettre sa culture en topiaire, avec un grand nombre de formes comme le cône, la spirale, le diamant ou la pyramide. Mais jusqu’ici je n’avais vu que des sujets en pleine terre, pas dans des gros pots au look design. Les exemplaires cultivés dans le jardin du Musée de Cluny encouragent à cultiver davantage cette espèce de conifère en pot.

Boule d'if en pot dans un jardin parisien

Topiaire d'if en pot, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

L’if peut être formé en boule simple ou avec plusieurs boules superposées. On peut même alterner des formes en plateaux et des sphères. La conduite en arbre à nuages est aussi possible.

Triple boule d'if en pot dans Paris

Topiaire d'if en pot, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Il faut dans tous les cas un pot assez profond aux dimensions respectables et bien proportionnées avec celle de la boule d’if.
L’if (Taxus baccata) est une essence d’ombre à feuillage persistant, appréciant une atmosphère humide. Il pousse à l’état sauvage en forêt, mais il est tout indiqué pour les balcons, les terrasses, les cours et les jardins ombragés, ce qui est souvent le cas en ville.

Topiaire d'if en automne dans Paris

Feuilles mortes sur une topiaire d'if, Jardin du Musée de Cluny, Paris 5e (75), novembre 2010, photo Alain Delavie

Il faut l’arroser régulièrement pour maintenir le substrat toujours frais, mais jamais détrempé. L’arrosage se fait toute l’année, tant qu’il ne gèle pas bien sûr.
La taille s’effectue pendant les mois en A, avril et août.
En automne, il faut penser à enlever les feuilles mortes qui s’agglutinent sur les boules ou les plateaux.
L’if est parfaitement rustique, il ne craint pas les fortes gelées. Les protections hivernales ne sont donc pas utiles.