nov 122010
 

Ce petit arbuste à fleurs qui pousse aussi bien en pot qu’en pleine terre est hélas trop souvent réservé aux cimetières où il apporte une touche fleurie et colorée en automne. Mais il a toute sa place dans les jardins de ville et sur les balcons ou terrasses, tant qu’on lui offre un coin bien protégé.

Arbuste à feuillage panaché et à floraison automnale

Hebe x andersonii 'Variegata' en automne, photo Alain Delavie

Ce petit arbuste a des feuilles persistantes vert foncé, striées de gris verdâtre vers le centre et bordées de blanc crème. Ses fleurs apparaissent groupées en épis à l’extrémité des tiges. Elles sont violet pâle, mais il existent des variétés à fleurs blanches, bleurs, roses ou pourpres. En pleine terre, cette véronique arbustive peut atteindre jusqu’à 2 m d’envergure. En bac, elle forme une boule d’environ 1 m de hauteur et d’envergure, sans aucune taille.

Cette plante apprécie une exposition au soleil ou à mi-ombre. Elle préfère un sol léger, bien drainant, qui peut être calcaire, pas trop sec à frais. Il faut la protéger en hiver quand les températures descendent en-dessous de -5 °C, surtout quand elle est cultivée en pot. J’en connais de nombreux pieds installés en pleine terre dans Paris qui ont résisté vaillamment aux hivers plus froids. À l’abri des courants d’air, l’acclimatation semble possible dans la capitale. En lointaine banlieue, il faut être plus prudent.

sept 142010
 

Non je n’ai pas l’intention de jouer les Roméo, mais j’ai quand même installé une Julliette sur mon balcon. Avec deux « l » la Julliette, car il s’agit d’une potée de cotoneaster : Cotoneaster suecicus ‘Julliette’.

Arbuste d'ornement à feuillage panaché et fruits décoratifs

Potée de Cotoneaster suecicus 'Julliette' sur mon balcon, septembre 2010, photo Alain Delavie

Je vous en avais parlé l’an dernier, en octobre après une visite à l’exposition Arbofolia. J’avais remarqué un gros sujet couvert de fruits orange vif qui lui donnaient un air de sapin de Noël. Et ô surprise, j’en ai découvert deux potées lors d’une visite au Marché des Fleurs de l’île de la Cité (Paris 1er) samedi dernier. Je suis revenu avec le sujet le plus fourni. Un feuillage panaché de plus sur mon balcon qui est encore très très vert en été.

Arbuste à feuillage panaché et fruits décoratifs

Cotoneaster suecicus 'Julliette' sur mon balcon, septembre 2010, photo Alain Delavie

Je n’ai jamais vu cette espèce que cultivée sur tige, avec les rameaux panachés et couverts de baies retombants en parapluie plus ou moins développé. Est-ce pour mettre plus en valeur le feuillage et la fructification ? Si mon pied s’acclimate sans problème, je ferai une bouture pour obtenir un pied au port plus normal, c’est-à-dire rampant ou retombant.

L’arbuste est donné comme étant persistant (mais certains le présentent comme un semi persistant), avec des jeunes pousses rose vif au printemps qui deviennent vert clair et blanc argenté en été. La floraison blanche printanière attire les abeilles et autres insectes pollinisateurs qui butinent toujours en grand nombre sur les cotoneasters. Et en automne, ce seront les fruits devenus orange rouge vif qui devraient tenter les oiseaux. Tant mieux !

avr 172010
 

Cette belle fougère à frondes persistantes mates est d’une grande élégance, aussi bien en pot sur un balcon ombragé qu’en pleine terre, à l’ombre d’arbustes ou d’un mur.

Fougère rustique

Cyrtomium fortunei en pot sur mon balcon, avril 2010, photo Alain Delavie

Sur mon balcon, elle tient compagnie à mon gardénia rustique (Gardenia jasminoides ‘Kleim’s Hardy’). Ces deux plantes ont supporté les rigueurs de l’hiver dernier sans broncher. Et sans la moindre protection !

Cette fougère apprécie les emplacements ombragés, sans soleil brulant surtout. Peu exigeante, elle pousse dans un bon terreau bien drainé, qui est maintenu frais pendant la belle saison par des arrosages réguliers. Ici à Paris, elle a supporté les apports d’eau de ville, pourtant très dure et chargée en calcaire.

Depuis que le printemps s’est installé et que les températures sont restées positives, le pied a émis de nombreuses frondes, renouvelant presque complètement l’ancien feuillage. Une belle vigueur, sans avoir besoin d’apporter de l’engrais. J’ai toutefois surfacé la potée et fait un apport de corne torréfiée pour stimuler la croissance tout au long de la belle saison.

avr 062010
 

En octobre dernier, je vous parlais d’un fusain rampant, Euonymus fortunei ‘Wolong Ghost’. Depuis, je l’ai installé dans une grande jardinière pour profiter de ses longs rameaux souples et de son feuillage panaché. Avec le retour du printemps, il pousse à vue d’oeil !

Arbuste à feuillage persistant

Euonymus fortunei 'Wolong Ghost' dans une grande jardinière sur mon balcon, avril 2010, photo Alain Delavie

Les températures plus clémentes et le rempotage ont dopé sa croissance. Des jeunes pousses vert tendre nervuré de blanc apparaissent un peu partout sur les rameaux.

Arbuste à feuillage persistant panaché

Euonymus fortunei 'Wolong Ghost' dans une grande jardinière sur mon balcon, avril 2010, photo Alain Delavie

Cet arbuste à port souple ou étalé est parfaitement rustique. Il a supporté l’hiver dernier dans son pot, sans aucune protection. Le feuillage n’a pas souffert des basses températures. Une belle plante robuste, qui mérite d’être plus connue.

jan 192010
 

Les feuillages persistants attirent davantage le regard pendant la mauvaise saison. Mais le chalef épineux (Elaeagnus pungens ‘Maculata’) se remarque encore plus du fait de ses feuilles panachées de jaune d’or très lumineux.

Arbuste à feuillage persistant

Elaeagnus pungens 'Maculata', photo Alain Delavie

L’arbuste forme un buisson plutôt en boule, qui peut atteindre jusqu’à 3 m de hauteur pour 2 m de largeur. La panachure jaune d’or occupe le centre des feuilles bordées de vert vif foncé.

Arbuste à feuillage persistant et panaché

Eleagnus pungens 'Maculata', photo Alain Delavie

Pendant la belle saison, il arrive que des nouvelles pousses entièrement vertes apparaissent sur l’arbuste. Il faut les rabattre absolument, sinon petit à petit le pied va redevenir vert.

La floraison tardive apparaît en septembre et en octobre. Très parfumée et mellifère, elle fait le régal des insectes pollinisateurs.

Cet arbuste est souvent cultivé en haie car il supporte des tailles répétées. Ses jeunes rameaux sont assez souples pour être palissés. Il est donc possible de cultiver ce chalef contre un mur, comme une plante grimpante. Attention toutefois aux rameaux épineux !

jan 182010
 

Rustique et persistante, l’euphorbe ‘Tasmanian Tiger’ est élégante tout au long de l’année, sauf quand les fortes gelées lui donnent un air pitoyable, qui disparaît dès que les températures redeviennent positives.

Plante vivace à feuillage persistant décoratif

Euphorbia 'Tasmanian Tiger' (Euphorbia characias ssp wulfenii 'Variegata'), Globe Planter, photo Alain Delavie

Cette belle variété (Euphorbia characias ssp wulfenii ‘Variegata’) a été découverte en Tasmanie en 1993 par une pépiniériste australienne. Déposée sous le nom d’Euphorbia ‘Tasmanian Tiger’ aux États-Unis et au Canada par PlantHaven, elle est multipliée et commercialisée en France par Globe Planter.

Cette plante vivace rustique a un feuillage persistant vert panaché de blanc. Les fleurs qui apparaissent entre avril et juillet présentent aussi le même coloris. Une panachure stable, qui dure toute l’année sur les feuilles. La plante forme un petit buisson assez compact. Hauteur : jusqu’à 80 cm (pendant la floraison). Envergure : jusqu’à 50 cm.

Le pied que j’ai acheté l’an dernier n’a toujours pas été repiqué dans une grande jardinière, mais il a bien résisté aux assauts du froid de cet hiver. Quand les gelées sont fortes, les feuilles pendent lamentablement le long des tiges, puis elles se redressent dès que les températures redeviennent positives.

Plante vivace à feuillage persistant panaché

Jardinière d'euphorbe 'Tasmanian Tiger', Globe Planter (45), photo Alain Delavie

Cette belle vivace supporte le plein soleil, mais pousse aussi à la mi ombre. Comme toutes les variétés d’Euphorbia characias, elle préfère un sol très bien drainé et résiste assez bien aux périodes de sécheresse (quand elle est cultivée en pleine terre, en pot il est préférable de ne pas l’oublier trop longtemps).

Je n’ai pas encore décidé où j’allais l’installer définitivement, car je voudrais en profiter tout au long de l’année. J’hésite…