mar 032012
 

L’hiver 2011-2012 s’est montré particulièrement contrasté en France métropolitaine, alternant douceur et froid exceptionnel, pluies abondantes et déficit de précipitations.

Si la température moyennée sur la France et sur l’ensemble de l’hiver a été conforme à la normale, elle masque d’importantes variations. Les températures ont été très douces en décembre et janvier, avant de chuter brusquement fin janvier. Dès lors, une vague de froid remarquable a touché l’ensemble du pays jusque vers la mi-février, la fin de l’hiver connaissant ensuite des températures plus proches des normales.

Carte des températures moyennes en France : hiver 2011-2012 (Météo France)

Après un mois de décembre abondamment arrosé à l’exception notable des régions méditerranéennes, les précipitations de janvier n’ont concerné que le Nord-Est et le nord des Alpes, précédant un mois de février remarquablement sec. Sur l’ensemble de la saison, le bilan pluviométrique est extrêmement déficitaire sur les régions méditerranéennes avec des cumuls de pluie souvent inférieurs à 20 % de la normale : cet hiver s’y classe parmi les plus secs depuis 1959. Sur le reste de la France, le bilan est contrasté : nettement déficitaires de la Bretagne au Sud-Ouest, les pluies ont été plus proches des normales ailleurs, voire parfois excédentaires sur le Nord et le Nord-Est de la France.

L’ensoleillement a été généreux cet hiver, notamment grâce à un mois de février très ensoleillé. Des Pays de la Loire aux frontières du Nord et du Nord-Est ainsi que sur les régions méditerranéennes, les durées d’ensoleillement ont été 20 % à 40 % supérieures à la moyenne. Partout ailleurs, l’ensoleillement a été plus proche de la moyenne. Continue reading »

août 232011
 

Hêtre, charme, noyer… Cet été, les devoirs de vacances s’annoncent ludiques et champêtres ! Avec « Clés de forêt », une application gratuite et accessible sans connexion au réseau, les parents disposent d’un support pédagogique pour apprendre à leurs enfants à observer le milieu forestier et reconnaître les principales espèces d’arbres présentes en France métropolitaine.

Alors que les forêts couvrent 30 % de notre territoire et que 96% des Français qui se rendent en forêt disent apprécier le contact avec la nature, nous sommes encore très nombreux à ne pas savoir nommer les arbres forestiers qui nous entourent.

Cette nouvelle application mobile, lancée dans le cadre de l’Année Internationale des Forêts par le ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, avec l’Office National des Forêts (ONF) et la Fondation GoodPlanet, est disponible sur iPhone et sur Android.

Continue reading »

mai 042011
 

Selon le communiqué de Météo France du 3 mai 2011, la France métropolitaine a connu cette année un mois d’avril exceptionnellement chaud, sec et ensoleillé. Ces conditions météorologiques remarquables ont résulté de l’influence persistante de conditions anticycloniques sur la métropole.

  • La température moyenne a été supérieure de 4 °C à la moyenne de référence, calculée sur la période 1971-2000.
  • Avril 2011 se place au deuxième rang des mois d’avril les plus chauds depuis 1900, derrière avril 2007 (+4,3 °C), loin devant les mois d’avril 1945 (+ 2,8 °C), 1961 et 1949 (+ 2,6 °C).
  • Les écarts sont plus marqués pour les températures maximales de l’après-midi (+ 5,5 °C) que pour les températures minimales de fin de nuit (+ 2,5 °C).
  • À l’exception de quelques jours plus proches de la normale autour du 15 avril, les températures quotidiennes se sont maintenues autour de valeurs bien supérieures tout au long du mois. Entre le 6 et 11 avril, elles ont même atteint des valeurs sans égal depuis 1947 pour une première quinzaine d’avril.
  • Plusieurs records mensuels de température maximale quotidienne ont été battus dans la moitié sud de la France ainsi que dans les Alpes et localement en Bretagne.
  • Le mois d’avril 2011 se situe parmi les plus secs depuis 1959, à l’image d’avril 1984 et 1982 (les précipitations sur la France n’avaient représenté que 29% de la moyenne de référence établie sur la période 1971-2000), 1960 (36%) et 1997 (37%).
  • Le début de l’année 2011 était nettement déficitaire sauf sur les régions méditerranéennes. Ce nouveau déficit, conjugué aux fortes chaleurs, a conduit à une sécheresse extrême des sols superficiels pour une fin de mois d’avril sur la majeure partie du pays.
  • La moitié nord de la France connaît des niveaux de sécheresse des sols superficiels jamais atteints fin avril au cours des cinquante dernières années.
  • L’ensoleillement en avril a été aussi remarquable. Sur la quasi totalité de la France, à l’exception de l’extrême sud, les durées d’ensoleillement ont été plus d’une fois et demie supérieures à la moyenne de référence établie pour la période 1991-2000. En Rhône-Alpes et dans quelques régions avoisinantes, des records d’ensoleillement pour un mois d’avril ont été battus sur certains villes.

Les prévisions météorologiques saisonnières pour les mois de mai, juin et juillet annoncent des températures moyennes en métropole qui devraient être plus chaudes que la normale. Mais il n’y a aucun scénario pour les cumuls de précipitations.

déc 032009
 

L’automne 2009 en France métropolitaine s’est révélé exceptionnellement chaud, généralement bien ensoleillé et relativement sec.

Avec une température moyenne dépassant de 1,5 °C la normale, cette saison se classe au deuxième rang des automnes les plus chauds depuis 1900. Se situant derrière l’automne 2006 (+2,8 °C) et devant celui de 1949 (+1,3 °C), il fait suite à un printemps et un été déjà très doux. Si septembre et octobre ont connu des températures légèrement supérieures aux normales, le mois de novembre a été quant à lui exceptionnellement chaud, se situant au deuxième rang des mois de novembre les plus chauds depuis 1900.

La pluviométrie de l’automne 2009 a été contrastée : les précipitations ont été sensiblement inférieures aux normales sur la moitié est du pays, mais assez nettement excédentaires sur les régions proches de l’Atlantique et de la Manche. Dans l’extrême Sud, les pluies ont été particulièrement rares sur le Languedoc-Roussillon où les cumuls ont été près de trois fois inférieurs à la normale.

Durant cet automne, le soleil s’est montré généreux sur les deux tiers sud de la France. En revanche, l’ensoleillement a été plus proche de la moyenne au nord de la Seine.

Plus d’informations sur le site Internet : www.meteofrance.com