déc 022011
 

Coupe de bruyères blanches et de gaulthéries couchées

Une petite composition fleurie pour l’automne, simple (pas plus de deux espèces de plantes) et durable même quand les premières gelées viennent renforcer les rougeurs du feuillage des gaulthéries couchées.

La gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens) est un arbrisseau qui ne dépasse guère 10 à 15 cm de hauteur, la touffe ayant plutôt tendance à s’étaler. Le feuillage coriace est persistant et aromatique. Il se teinte de pourpre en automne et en hiver. Cette petite plante de terre de bruyère fleurit du printemps à l’automne, les petites fleurs blanc crème à rosé ayant une forme de clochette. Sur les pieds femelles, elles donnent ensuite des petites drupes brillantes qui deviennent rouge écarlate en automne. Ces fruits décoratifs persistent tout l’hiver, tant que les oiseaux ne les ont pas mangés.

Les bruyères d’automne et les gaulthéries apprécient le même sol léger, neutre à acide, bien drainé. L’une comme l’autre ont une croissance plutôt lente. Elles ne demandent guère de soins, si ce n’est des arrosages réguliers pour maintenir le sol frais, jamais détrempé. Une eau douce non calcaire est recommandée. La bruyère apprécie toutefois davantage le soleil que la gaulthérie, qui pousse très bien à l’ombre.

Vert, rouge et blanc… Cette composition a un petit côté Noël, non ?

nov 112011
 

Baies d'un callicarpa dans la rue des Glycines en automne, Paris 13e (75)

Le callicarpa est aussi appelé l’arbuste à bonbons. Et cela lui va bien !

Les feuillages jaunissant ou plus clairsemés mettent davantage en valeur ces petites baies semblables à des perles ou des billes en porcelaine. La couleur violette est assez exceptionnelle et pas si fréquente que cela dans le monde végétal et parmi toutes les plantes qui poussent dans nos jardins ou sur nos balcons. C’est un des petits plaisirs de l’automne…

oct 172011
 

Vase en verre rempli de Cucumis décoratifs et d'aubergines africaines

Un vase en verre, quelques aubergines africaines d’un superbe orange vif et trois variétés de petits concombres épineux (Cucumis)… Une petite idée déco proposée par CasaNova Les Quais à laquelle je n’ai pas résisté.

Vase en verre rempli de Cucumis décoratifs et d'aubergines africaines

Il y a trois variétés de petits concombres épineux, tous appartenant au genre Cucumis. Le plus vert fluo avec des épines très douces et serrées, c’est le concombre chardon (Cucumis dipsaceus). Le plus petit avec des stries vert foncé et vert plus clair, c’est le concombre groseille (Cucumis myriocarpus). Le troisième, vert et plus gros, avec des épines souples moins nombreuses mais plus grandes, c’est Cucumis anguria.

Continue reading »

jan 242011
 

Je vous ai déjà souvent parlé des bambous sacrés (Nandina domestica), mais je ne me lasse pas d’admirer et de photographier ces petits arbustes qui se font remarquer en ce moment avec leurs énormes grappes de baies rouge vif, un rouge qui prend des nuances de plus en plus intenses au fur et à mesure que l’hiver s’avance.

Arbuste à feuillage persistant et fruits décoratifs

Massif de bambous sacrés (Nandina domestica), allée du Professeur Jean Bernard, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

De loin on repère immédiatement les masses de fruits rouge vif qui apportent des touches de couleur vive dans une profusion de feuillages.

Arbuste à feuillage persistant et fruits décoratifs

Massif de bambous sacrés (Nandina domestica), allée du Professeur Jean Bernard, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Arbuste à feuillage persistant et fruits décoratifs

Massif de bambous sacrés (Nandina domestica), allée du Professeur Jean Bernard, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

L’hiver est déjà bien avancé et pourtant les oiseaux ne touchent pas à ces baies, alors qu’ils ont dévoré celles des pyracanthas et des sarcococcas, un peu moins celles des cotoneasters.

Arbuste à feuillage persistant et fruits décoratifs

Massif de bambous sacrés (Nandina domestica), allée du Professeur Jean Bernard, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Feuillage élégant et persistant, port gracieux, dimensions réduites et fruits décoratifs, beaucoup d’atouts pour ces arbustes qui se cultivent facilement et supportent bien la pollution urbaine de même que le manque de soleil, fréquent dans les cours et les rues parisiennes.

jan 042011
 

Un feuillage persistant, une floraison de novembre à avril et une fructification décorative qui durent longtemps… Le laurier-tin (Viburnum tinus) est un petit arbuste discret mais élégant pendant la belle saison, resplendissant quand l’automne s’achève et en hiver quand il se pare de boules aplaties de petites fleurs.

Viorne tin, laurier-tin, Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) avec boutons floraux et fleurs, photo Alain Delavie

Des fleurs pendant la mauvaise saison, c’est bon pour le moral des jardiniers et une aubaine pour les quelques insectes pollinisateurs qui ne sont pas en hibernation. De plus, ces fleurs sont précédées par des boutons floraux d’un très joli rose.

Viorne tin, laurier-tin, Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) couvert de cymes de baies bleues et de boutons floraux, photo Alain Delavie

Les fruits à l’aspect de petites perles bleues foncées presque noires sont très décoratives, aussi bien sur l’arbuste qu’en bouquets. Les oiseaux les apprécient beaucoup.

Viorne tin, Laurier-tin, Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) couvert de cymes de fleurs, photo Alain Delavie

Le feuillage vert foncé brillant reste toujours impeccable, à longueur d’année. Les jeunes pousses cuivrées sont très décoratives. Une plante idéale en haie, mais aussi en isolé car elle prend naturellement un port en boule.

Viorne tin, Laurier-tin,Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) avec des fleurs et des jeunes pousses printanières, photo Alain Delavie

En ville, ce petit arbuste qui ne dépasse guère 2,50 m à 3 m de hauteur supporte très bien la pollution urbaine.

Viorne tin, laurier-tin, Viburnum tinus

Laurier-tin (Viburnum tinus) avec des fleurs, photo Alain Delavie

Cette espèce est d’origine méditerranéenne, mais elle n’est pas si frileuse que cela. À éviter toutefois dans les régions où les températures chutent souvent en-dessous de -10 °C, l’arbuste pouvant repartir de la souche quand les rameaux sont gelés.

Compte tenu du grand nombre de variétés de cette viorne, il y a presque toujours un laurier-tin pour son jardin, sa cour, sa terrasse ou son balcon, car cet arbuste pousse aussi bien en pleine terre qu’en bac, l’important étant de l’installer dans un endroit ensoleillé, abrité des courants d’air froids.

Le nombre des variétés de cette viorne est impressionnant !

Voici la liste proposée par Maurice Laurent, pépiniériste grand spécialiste des Viburnums, dont la collection est agréée « Collection Nationale » par le Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées (C.C.V.S.) depuis juin 1994 :
Viburnum tinus

Viburnum tinus
‘Bewley’s Variegated’
Viburnum tinus
‘Compactum’
Viburnum tinus
‘Eve Price’
Viburnum tinus
‘Exbury Form’
Viburnum tinus
‘French White’
Viburnum tinus
‘Gwenllian’
Viburnum tinus
‘Israel’
Viburnum tinus
‘Little Bognor’
Viburnum tinus
‘Lucidum’
Viburnum tinus
‘Lucidum Variegatum’
Viburnum tinus
‘Macrophyllum’
Viburnum tinus
‘Malay Beauty’
Viburnum tinus
‘Minpeil’
Viburnum tinus
‘Pink Prelude’
Viburnum tinus ‘Pink Protector’
Viburnum tinus ‘Purpureum’
Viburnum tinus ‘Pyramidale’
Viburnum tinus ‘Rotundifolium’
Viburnum tinus Spirit ®
Viburnum tinus ‘Spring Bouquet’
Viburnum tinus var. hirsutum
Viburnum tinus ‘Vivon’
Viburnum tinus ‘Sophie’
Viburnum tinus f. hirtum

J’ai un tout petit ‘Eve Price’, couvert de boutons. Il est encore dans son petit pot depuis l’automne dernier, car je n’ai pas pu l’installer à sa place définitive tant que mes fleurs annuelles étaient encore belles. Maintenant la place est libre, je vais pouvoir le planter…

déc 282010
 

Les fruits de mon petit pied de Cotoneaster suecicus ‘Julliette’ prennent enfin une belle couleur rouge vif. Cela donne à l’arbuste déjà fortement panaché un air de sapin de Noël.

Arbuste persistant à fruits décoratifs

Potée de Cotoneaster suecicus 'Julliette' couvert de baies rouges sur mon balcon, 27 décembre 2010, photo Alain Delavie

Les fruits de ce Cotoneaster original ont mis plusieurs mois avant de se teinter de rouge vif. Toute la fin de l’été et en automne, ils ont longtemps gardé une belle coloration rose crème nacrée qui s’accordait bien avec la panachure des petites feuilles.

Le froid de ces dernières semaines n’a pas abimé le feuillage ni les petits fruits d’ailleurs. Et ces derniers n’ont pas encore attiré les oiseaux qui se bâfrent depuis quelques jours des baies de mon Sarcoccocca situé en rebord du balcon. Une pitance abondante, mais dévorée très tôt cette année, bien plus tôt que les années antérieures. Il faut dire que le froid nous a touché de bonne heure et se prolonge.