sept 152008
 

Mon begonia Bonfire forme une belle cascade de fleurs rouge vermillon mais aussi de fruits remplis de fines graines. Il y a quelques temps, j’en ai jeté un bien mur au pied d’une impatiens. Et voici le résultat photographié hier, des minuscules plantules bien vertes.Des jeunes plants inattendus, car les semis de bégonias sont délicats. Comme quoi, quand dame nature veut, tout pousse ! De l’ombre, de l’humidité et toutes ces petites graines ont germé sans soucis.
Le plus dur, ça va être de les garder pendant l’hiver, dans l’appartement à l’abri du froid. Je suis bon pour installer une mini serre sous tubes fluorescents.

août 172008
 

Laisser les fruits et récolter les graines ou supprimer les fleurs dès qu’elles fanent ? Tel est le dilemne, car mon hibiscus (Hibiscus coccineus ‘Alba’) semble vouloir produire quelques semences, les fruits se formant après les fleurs.Mais en même temps, la formation des semences captent une partie de l’énergie de la plante qui, de ce fait, a tendance à moins fleurir, surtout en pot ou en jardinière. Et ce sont les fleurs qui m’intéressent, même si l’idée de distribuer autour de moi des graines de cet arbuste encore rare en France me tente toujours.
Ce matin, j’ai tranché ! J’ai laissé le premier fruit déjà énorme, j’ai supprimé la deuxième fleur déjà fanée aux premières heures du jour. Et je supprimerai les suivantes au fur et à mesure qu’elles déclineront, d’autant plus que l’été est frais, pas assez chaud pour assurer une maturation des fruits les plus tardifs. Ce sera donc quelques graines et surtout des fleurs…
Pour les belles-de-nuit (Mirabilis longiflora) la question ne se pose plus. Chaque année, elles produisent une grosse quantité de graines que je recueille (ce matin, j’ai coupé toutes les têtes défleuries pour faire ma dernière récolte). Les plantes refont du feuillage en fin d’été, parfois refleurissent si l’été est assez chaud et long et repartent toujours de plus belle l’année suivante. Alors, c’est fleurs et graines. Je laisse aussi mes bégonias tubéreux (Begonia boliviensis et B. Bonfire) se débrouiller tous seuls. Il y a tellement de fleurs en permancence, le nettoyage serait pénible et les fruits formés ne semblent pas les déranger. Quant aux pinellias, ils produisent fleurs et graines sans plus de problème.

août 142008
 

Le jardinage sur balcon ou terrasse implique des séances de balayage assez fréquentes, surtout quand les jardinières et les potées sont remplies de plantes à fleurs. Car les fleurs ne cessent de tomber, de se renouveler et de tomber encore et toujours.
Je ne vais pas me plaindre des floraisons tant attendues, mais j’avoue que les corvées de balayage ne sont pas toujours de mon goût. Pour bien faire, je dois jouer du balai tous les jours en ce moment. Et je ramasse l’équivalent d’une pelle tous les deux ou trois jours. Sans parler des fleurs et feuilles fanées qui entrent dans l’appartement avec le vent ou l’aide de la chatte, qui n’a pas son pareil pour faire balayette. Plus d’une fois elle est rentrée avec des fleurs de strobilanthes accrochées aux poils de sa queue ou des pétales de corète ou de bégonias qui collent à ses culottes bouffantes. Très drôle, moins quand elle ramène ça sur le parquet et surtout le lit, voire dans le lit.
Bref, l’été c’est balayage et arrosage, mais une petite surprise quand on regarde le contenu de la pelle : plein de graines ! Il faut dire que l’impatiens bleue (Impatiens namchawarbensis), le saruma (Saruma henryi), les strobilanthes, le pavonia (Pavonia missionum) et les pinellias (Pinellia pedatisecta) donnent sans arrêt des semences plus ou moins grosses. Surtout les pinellias, qui parsèment véritablement leur jardinière, les voisines et bien sûr la dalle du balcon. Leurs graines sont grosses et se repèrent facilement. Les années précédentes j’étais aussi envahi de graines d’impatiens (Impatiens balfourii et Impatiens glandulifera), prolifiques au point d’en devenir des mauvaises herbes très envahissantes. Mais cette année j’ai réussi à éliminer tous les pieds au printemps.
Conclusion, quand vous balayez sur votre balcon très fleuri, jetez un oeil sur le contenu de la pelle, vous ferez des heureux l’an prochain ! Et quand on sait reconnaître les graines, il n’y a plus qu’à les entreposer dans un sachet soigneusement identifié et daté. Le tout rangé dans le bac à légumes du réfrigérateur, et hop, une réserve de plantes sans dépenser un euro.
Arrosage, balayage et … récup’ !

juil 272008
 

L’été n’en est encore qu’à ces débuts, mais les premières récoltes de graines de fleurs d’été commencent.
Aujourd’hui, j’ai recueilli les premières graines de mes belles-de-nuit (Mirabilis longiflora) qui ont déjà beaucoup fleuri, embaumant le balcon et l’appartement en fin de journée et dans la soirée. Une belle petite récolte, mais ce n’est que le début, il y en a quatre à cinq fois plus qui doivent encore mûrir. Et les fleurs continuent encore à s’ouvrir, la récolte n’est donc pas fini.Les graines sont curieuses : ovales comme des minuscules grenades, assez grosses, tigrées, elles ont un petit côté animal, insecte. Pour un peu, on s’attenderait à les voir bouger, sortant des petites pattes. Il n’ en est rien, elles se contentent de tomber de leur gangue de bractées, poisseuses en diable. J’avais les doigts tous collants ce matin quand je les ai extirpées de leur protection naturelle. De la vraie poisse et tenace avec ça, j’ai du me laver deux fois les mains avec du liquide à vaisselle.
Ce ne sont pas les seules graines qui arrivent à maturité sur le balcon. Il y a déjà longtemps que le pied de Saruma henryi sème à tout vent ses petites graines brillantes comme de la limaille. Le coeur-de-Marie grimpant (Dicentra scandens) a des petites gousses, mais elles sont encore vertes. Les impatiens font aussi des petits fruits, qui éclatent aussitôt mûrs. Il y a encore deux mois d’été, la saison des graines ne fait que commencer !

juil 162008
 

Lundi dernier je vous parlais des buddléias qui s’apprêtent à disséminer leur multitude de graines un peu partout dans Paris et l’Île-de-France et je faisais une allusion à l’ailanthe, autre plante exotique envahissante.

Voici quelques photos prises aujourd’hui dans le XVIIIème arrondissement près de la porte d’Aubervilliers où se trouve un magnifique ailanthe (Ailanthus altissima), majestueux et couronné d’énormes grappes de fleurs cuivrées.Très joli à voir, mais dans quelques semaines, ce seront des centaines voire des milliers de graines qui vont s’éparpiller et se ressemer dans les moindres interstices. Et ce n’est pas le seul ailanthe de Paris et des alentours… Cette peste venue d’Asie se ressème non seulement très facilement mais drageonne aussi avec abondance. Parmi les plantes envahissantes recensées par l’INPN, c’est une des championnes de la multiplication. Jusque dans les jardinières ou les potées des balcons on en voit germer ! Et quand on arrache les jeunes arbres, le feuillage froissé dégage une odeur pas très agréable. Joli à voir, mais de loin.