sept 172009
 

Nathalie Becq vous invite…

La collection de Sedum est à l’honneur cette année !

Fleurs de l’amande au rouge framboise,
Feuillages du vert tendre au brun chocolat presque noir,
Ce sont les dromadaires incontournables des jardins d’été et d’automne !

Tous les samedis
jusqu’au 24 octobre ,
au JARDIN de CAMPAGNE
à Grisy-les-Plâtres

de 10 h à 18 h

Les fleurs d’automne sont un des trésors du jardin. Avec elles, fini le jardin trop vert au retour des vacances ! De l’été aux gelées ces vivaces très rustiques nous enchantent par la diversité et le raffinement de leurs teintes. Découvrez toutes les variétés d’anémones qui se mêlent aux sedums, aux graminées et aux asters en un deuxième printemps !


Le Jardin de Campagne,
Nathalie Becq,
13, rue de Butel,
95810 Grisy-les-Plâtres.
Tél. : 01 34 66 62 87.

mar 152009
 

Quand on jardine en ville, les seuls gros ennuis pour le jardinage sont les oiseaux (les gros, comme les pigeons), parfois les voisins, le manque de place et… ma chatte !!!

Je l’adore ma minette, seize ans de vie commune, çà compte ! Mais son intérêt pour mes plantes n’est pas toujours le bienvenu.Quand je la vois traverser le balcon pas nettoyé, avec la terre éparpillée par les oiseaux et les feuilles mortes pas encore ramassées et qu’ensuite elle saute sur le lit ou vient déposer sur la moquette tout ce qu’elle rapporte avec ses grosses pattes, ça m’énerve un peu, beaucoup…Au fil des années, j’ai du renoncer aux plantes qui attirent irrémédiablement la gente féline : pas de phalangère (Chlorophytum comosum) dans l’appartement, plus de dragonnier (Dracaena marginata) aux longues feuilles effilées, bien sûr jamais de scirpes et encore moins de petits cypérus. Sur le balcon, j’ai éliminé les graminées, les carex et autres plantes à l’aspect d’herbe folle. Sinon dès que j’ouvrais une fenêtre, le félin malin s’empressait de courir dehors brouter quelques feuilles pour revenir presque aussitôt les vômir sur le parquet ou pire, la moquette ! Je vais d’ailleurs supprimer cette moquette immonde…

Quand vraiment je veux une plante ayant tout l’attrait de l’herbe à chat, je dois la suspendre hors d’atteinte de ma chatte svelte et acrobate malgré son grand âge. Il n’y a guère que la rambarde sur le balcon ou le haut des murs dans l’appartement qui sont hors de sa portée. Haut les plantes et le jardinier (bonjour les séances d’arrosage) !!!
Détail important, il ne faut pas non plus que les plantes poussent trop et cachent le soleil, car minette adore les bains de soleil et cherche les bons endroits qu’elle s’approprie, même si c’est en plein dans le passage.

Bref le jardinage urbain avec un matou, ça impose des choix drastiques. C’est drôle, dans tous les articles ou livres consacrés aux choix des plantes pour la maison ou le jardin, cette cohabitation est toujours éludée… Comment ça se passe chez vous avec vos compagnons à quatre pattes ?

sept 192008
 

Comme chaque année, Nathalie Becq met l’automne en lumière dans son Jardin de Campagne à Grisy-les-Plâtres (95). Elle y organise des samedis portes-ouvertes jusqu’au 25 octobre.Au cours de ces samedis, venez découvrir les fleurs d’automne aux coloris étourdissants.

Les fleurs d’automne sont un des trésors du jardin. Avec elles, fini le jardin trop vert au retour des vacances ! De l’été aux gelées, ces vivaces très rustiques nous enchantent par la diversité et le raffinement de leurs teintes. Venez découvrir toutes les variétés d’anémones qui se mêlent aux sedums, aux graminées et aux asters en un deuxième printemps !

Infos pratiques :
Entrée libre.
De 10 h à 18 h.
Le Jardin de Campagne,
13, rue de Butel, 95810 Grisy-les-Plâtres (à 10 Km de Pontoise, direction Marines, et 45 mn de la Défense).
Tél. : 01.34.66.62.87.

Agrandir le plan

sept 032008
 

Nous voici dans les dernières semaines de l’été. Un grand nombre de fleurs annuelles montrent des signes de fatigue. Mais heureusement certaines espèces sauvent la situation et nous gratifient d’une floraison tardive généreuse.Les rudbeckias annuels ne sont vraiment beaux et opulents qu’à partir du mois d’août. Si l’année n’est pas trop sèche, ils se couvrent de grosses fleurs, encore et encore dans les jardins ensoleillés.Imperturbables et foisonnants, les bégonias Dragon Wing forment de larges cascades au feuillage brillant et aux fleurs flamboyantes. Pour les coins ombragés.Plus discrète mais si délicate et charmante, l’euphorbe Diamond Frost forme une belle boule ou des petites bordures parsemées de petits papillons blancs. Mais il faut pour cela lui donner du soleil et ne pas négliger les arrosages. (Sur la photo, en bordure avec un massif de Sunpatiens, un nouvel hybride d’impatiens de Nouvelle-Guinée très florifère).La plupart des graminées terminent l’été avec panache, dans une débauche de feuilles, d’épis ou de plumets. Les petites stipes cheveux d’ange (Stipa tenuifolia) bien sûr, mais aussi les herbes-aux-écouvillons (Pennisetum), les panicauts et bien d’autres encore.J’ai un faible pour les strobilanthes, plantes vivaces encore peu connues pour les endroits ombragés, qui nous offrent une belle floraison au coeur et en fin d’été. Tout particulièrement Strobilanthes rankanensis, qui ne commence qu’à ouvrir sa multitude de boutons sur mon balcon.Et pour Syl, les anémones du Japon bien sûr, qu’il faut aller admirer dans le jardin du Musée du Quai Branly (Paris 7ème). En septembre les tapis de fleurs blanches mariées aux épis des grandes graminées offrent un spectacle magique, que vient encore renforcer les couleurs flamboyantes des arbres au fur et à mesure que l’automne s’avance. Je vous invite d’ailleurs à vous promener dans les parcs et jardins de la ville de Paris tout au long du mois de septembre, les décorations florales estivales étant en ce moment plus belles que jamais. La semaine prochaine se déroulera justement le concours des décorations florales estivales de la ville de Paris, qui récompensera les plus belles. Je vous le raconterai en images !

sept 012008
 

Que planter pour fleurir l’arrière-saison ? Réponse à la demande de Syl qui dispose d’un balcon exposé en plein Sud dans Paris (9ème arrondissement) et qui trouve certains de ses bacs et jardinières bien dégarnis en cette fin d’été.
Le plein soleil du Midi et de l’après-midi malmène les végétaux, soumis à de très fortes températures et à la sécheresse plus intense de l’air. On serait tenté de planter des végétaux méditerranéens ou plus exotiques encore, mais ils ne sont pas tous suffisamment rustiques, tout du moins pas assez pour les nuits fraîches de l’automne et les coups de froid que les hivers nous réservent dans la capitale. En ce début d’arrière-saison, il faut aussi penser aux feuillages, parfois aussi décoratifs que les fleurs.
Pour une décoration éphémère, qui tiendra jusqu’aux premières gelées :
– Les piments d’ornement, à forme arrondie, conique ou en doigt,
– Les sauges écarlates (Salvia coccinea et ses variétés à fleurs blanches ou rose saumon),

– De nombreuses graminées telles les stipas (Stipa tenuifolia ou stipe cheveux d’ange, d’un blond lumineux sous les rayons du soleil) ou la sétaire (Setaria palmata) qui a des feuilles effilées vert vif, qui lui donne un faux air de palmier (attention, elle supporte le plein soleil mais exige des arrosages très réguliers et importants),– La misère pourpre (Tradescantia pallida ‘Purpurea’), au port très retombant et aux jolies petites fleurs rose vif,

– Les phormiums aux grandes feuilles décoratives, effilées comme des glaives, très différemment teintées suivant les variétés innombrables (certaines sont pourpres, bleutées, d’autres rayées de blanc ou de crème, d’orange, de rose, etc.),– Les choux d’ornement, aux coeurs blancs, roses ou rouges,
– Les giroflées ravenelles (première petite floraison en septembre et octobre, puis plus abondante à partir de mars jusqu’en mai voire juin).Pour une décoration qui dure, année après année :
– Les grands sedums (Sedum spectabile et variétés), aux petites fleurs blanches, roses ou rouges réunis en larges plateaux,
– Le photinia, petit arbuste au feuillage persistant vernissé, très brillant, avec des jeunes pousses rouge vif ou rose selon les variétés qui apporte de la couleur toute l’année, en attendant la floraison blanche au printemps,– Les sauges officinales (Salvia officinalis et ses variétés, ‘Purpurea’ aux feuilles teintées de pourpre ou ‘Icterina’ aux feuilles panachées de jaune et de crème),
– Les romarins, au port dressé en touffe ou étalé voire retombant, au feuillage persistant argenté et à la floraison bleu en fin d’hiver,
– Les chalefs (Eleagnus x ebbingei et les variétés comme ‘Gilt Edge’, ‘Limelight’ aux feuilles panachées de crème et de jaune), au feuillage persistant brillant et à la floraison automnale si parfumée,
– Les lauriers tins, petits buissons au feuillage persistant brillant et vert foncé parfois panaché de jaune (Viburnum tinus ‘Variegatum’), à la floraison hivernale et printanière charmante, suivie de fruits noirs ou bleu acier suivant les espèces.

mai 232008
 

Le jardin du Musée du Quai Branly prend de l’ampleur, les plantes maintenant bien installées ont fière allure, hormis les fougères qui semblent peiner, surtout dans les endroits les plus ensoleillés. Mais en parcourant ce très beau jardin contemporain, je n’ai pas résisté à photographier quelques scènes charmantes, craquantes, belles tout simplement…
Le mariage d’un rosier de Chine (Rosa chinensis ‘Mutabilis’) et de petites graminées (Stipa tenuifolia).Un tapis de luzules sur fond de laîches.La délicatesse et la grace infinie des graminées géantes (Stipa gigantea). Avec la Tour Eiffel en prime, c’est top !Et le charme indémodable des campanules des murailles sur le superbe mur végétal réalisé par le botaniste Patrick Blanc.