juin 232008
 

La chaleur de ces derniers jours a été très bénéfique aux plantes exotiques. Elles poussent à vue d’oeil, du matin au soir, d’un jour à l’autre la différence est nettement visible. Certaines montent, montent, montent…
Mon aster grimpant, une espèce qui m’a été donnée par mon amie Noémie, jardinière bretonne passionnée et chroniqueuse dans Rustica Hebdo, a dépassé le haut de la rambarde, l’hibiscus (Hibiscus coccineus ‘Alba’) aussi, ressemblant encore plus à la plante interdite. C’et la lutte entre les deux, à qui grimpera le plus haut. Aujourd’hui, c’est l’aster qui l’emporte avec l’aide de quelques liens pour le maintenir bien droit, mais l’hibiscus a une grosse tige qui promet des sommets fleuris !

juin 182008
 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la chaleur ne nous étouffe pas en ce mois de juin et à quelques jours de l’été maintenant.
Ici en région parisienne, les nuits sont toujours fraîches et ce n’est pas le retour du soleil hier qui a suffisamment réchauffé les plantes, la terre et les jardiniers.
Le temps frais et souvent humide réussit bien aux impatiens, qui se mettent maintenant à fleurir, telles mes Impatiens namchawarbensis (à fleurs bleues) et Impatiens sodenii subsp. sodenii (aux grandes fleurs blanches teintées de cerise).
Le temps peu ensoleillé et les basses températures malmènent les plantes exotiques les plus frileuses, comme mon Hibiscus coccineus (le rouge) et mon Begonia boliviensis ‘Fire Cracker’ qui n’en finissent pas de démarrer. Encore bien petits pour la mi juin…

mai 172008
 

Édition très fleurie pour ces nouvelles Journées des Plantes de Courson (91), qui se déroulent encore aujourd’hui et demain. Les pépiniéristes ont une fois encore apporté des petites merveilles, des grandes aussi, avec des raretés auxquelles il est difficile de résister.
Je suis revenu avec un lot d’impatiens rarissimes et un superbe plant d’Hibiscus coccinea ‘Alba’, achetés à la pépinière Fleurs du Sud, qui expose pour la première fois à Courson.
Le jeune plant mesure déjà presque un mètre de hauteur. Mais son feuillage très découpé m’a valu quelques surprises lors du retour en RER et en métro, alors que je le transportais dans un grand sac à l’enseigne de jardineries bien connue… En effet, il faut le reconnaître, la plante à un faux air de… chanvre indien ! Horreur, malheur…
J’ai eu droit a des sourires moqueurs, des grands yeux héberlués, des commentaires sacarstiques et même quelques personnes qui sont venues toucher « la bête » avant de conclure « qu’elle n’avait pas la même tige et qu’il manquait deux petites feuilles ».Malaise, gros malaise au fur et à mesure du parcours, moi qui était tout heureux de mon bel hibiscus recherché depuis tant d’années, me voici soupçonné (gentiment je dois dire) de transport de plantes illicites et de culture louche !
Et bien non, c’est un hibiscus, vivace au demeurant et très florifère, qui fait de superbes fleurs blanches en été. Rien à voir avec l’herbe hallucinogène ! J’ai aussitôt vérifié sur le web : en effet les feuilles de cette dernière sont découpées avec 7 folioles.

http://web4health.info/images/cannabis_leaf.gif

Vivement que mon bel hibiscus fleurisse, il n’y aura alors plus aucun doute pour les néophytes.