sept 092008
 

Et voici le deuxième épisode de ma grande saga des plantes pionnières qui s’agrippent à la ville et la parent de verdure dans les endroits les plus improbables.
Aujourd’hui, c’est un paulownia (Paulownia tomentosa) qui tient la vedette.Et quel équilibriste, accroché qu’il est au mur qui borde l’Île-de-la-Cité et surplombe la Seine, le long du quai de la Corse (Paris 4ème), non loin du marché aux fleurs de la place L. Lépine où d’autres paulownias plus imposants fleurissent chaque année et doivent ensuite laisser essaimer leurs nombreuses graines…

Agrandir le plan
La suite au prochain épisode…
Consultez le 1er épisode.

juil 262008
 

Lundi dernier je vous parlais de la nouvelle édition de Paris plages et de ses 33 palmiers. En vous demandant quelle espèce avait été choisie pour décorer la plage le long de la Seine ?Personne n’a répondu (snif !!!) et pourtant, c’est une des espèces de palmier les plus répandues dans les jardins en France, les plus rustiques et robustes, qui a même déjà été plantée dans quelques rues parisiennes, notamment la rue Curial, dans le 19ème arrondissement. Tout simplement le palmier chanvre ou palmier de Chine (Trachycarpus fortunei). Pour ceux qui aiment les palmiers, il y en avait aujourd’hui à vendre sur le marché aux fleurs de l’Île-de-la-Cité (Paris 1er), de très beaux sujets. Ceux qui ne sont pas pressés peuvent toujours tenter le semis, avec un choix de graines et d’espèces extraordinaires chez Rarepalmseeds, le n° 1 des graines de palmiers.
Petit jeu de l’été : cherchez le palmier près de chez vous et envoyez-moi une photo avec la rue et l’arrondissement. Pour avoir une petite idée du Paris exotique…

juin 072008
 

Journée grise et fraîche avec petite averse. Pas terribles le printemps et le mois de juin cette année.
13 °C ce matin, pour un peu on apprécierait un peu de chauffage, mais en juin quand même !

Cela n’empêche pas la potée d’Epicactus de poursuivre sa floraison. Un peu de couleur dans la grisaille, ça fait du bien.
J’ai quand même fait un petit tour sur le quai de la Mégisserie et le marché aux fleurs sur l’Île de la Cité. Ne trouvant pas ce que je cherchais, j’ai décidé de faire un grand saut jusqu’à Neuilly, pour découvrir la jardinerie Hermès. Un petit périple en métro, vite fait. La jardinerie est juste à côté de la sortie du métro (ligne 1, Pont de Neuilly).
Un choix très intéressant et varié, avec une offre importante de plants à l’unité, une attention bienvenue pour le citadin en mal de place. De très belles poteries aussi. J’ai craqué pour une plante cigarette (Cuphea ignea), un Begonia Bonfire et un plant d’impatiens Walleriana-Hybride « géante » aussitôt plantés. Cette variété d’impatiens est aujourd’hui rarement présentée, hormis quelques plants sur les quais de la Mégisserie, mais vendus par barquettes. Et pourtant, cela change des habituelles impatiens nanifiées à l’extrême. Ras le bol du tapis ou du coussin court sur pattes que nous impose les hybrides récents, j’aime l’opulence. Si l’été n’est pas trop sec (sic !), mon pied d’impatiens devrait atteindre 60 à 80 cm de hauteur.
Toutes ces fleurs sont de couleur rouge vif, comme les bégonias Dragon Wing et l’épicactus. Mais il y a beaucoup de vert sur le balcon, donc ce n’est jamais criard. Et puis j’aime bien le rouge, et l’orange aussi.
J’ai aussi acheté un tuteur cercle pour mon pied de corète du Japon, qui s’étale un peu trop dans tous les sens. Simple, discret et efficace comme système. Et facile à poser ! Au fait, les pigeons ne sont pas revenus écraser ma touffe de coeur-de-Marie blancs.
mai 122008
 

Journée de repos dimanche après la grosse séance de jardinage d’hier. J’ai profité de ce beau temps estival pour faire ce que peu de parisiens font en fait : une croisière sur les canaux et la Seine, en partant du parc de la Villette sur le canal de l’Ourcq, dans le 19ème arrondissement (Nord-Est de Paris), pour arriver sur la Seine au pied du musée d’Orsay dans le 7ème arrondissement.
Environ 2 h 30 de balade à bord d’un grand bateau de la société Paris Canal, Le Canotier, bondé mais suffisamment spacieux pour permettre d’apprécier les paysages et les ambiances diverses procurées par cette croisière dépaysante. Une autre façon de voir sa ville, ses habitants et ses jardins.
Quelques images prises au fil de l’eau…
Le départ: le « jardinier marin » est prêt pour affronter les flots (mais pas le soleil !),
Petit coup d’oeil sur les paulownias de la place de Bitche (Paris 19ème),
L’immensité du Bassin de la Villette (Paris 19e),
Les peupliers gardent le Canal Saint-Martin (Paris 10ème),
Descente ensoleillée du canal Saint-Martin, le long du quai de Jemmapes (Paris 10ème),La douce fraicheur prodiguée par les grands arbres entourant les écluses, avec une foule des grands jours sur les passerelles,Passage sous la voute souterraine de 2 kms, jalonnée de puits de lumière extraordinaires laissant apercevoir les arbres du boulevard sous un angle surprenant,Le port de l’Arsenal avec son petit jardin très habité en ce dimanche ensoleillé et sa petite gloriette charmante, au fond l’opéra Bastille (Paris 11ème),
Après la dernière écluse, sortie du port de l’Arsenal pour arriver sur la Seine, en longeant le square Tino Rossi et l’Institut du Monde Arabe (Paris 5ème),Passage entre l’Île de la Cité et l’Île Saint-Louis (Paris 1er), avec Notre-Dame et son grand saule gardien près du pont Saint-Louis,
Puis la descente de la Seine devenue bleue, le soleil dans les yeux, chaleur atténuée par une brise agréable, pour un peu on se croirait sur la mer,
Et l’arrivée devant la grandiose façade du musée d’Orsay (Paris 7ème).
Des images pleins les yeux, reposé et couvert de coups de soleil, ça chauffait pour la fin de soirée !