oct 142010
 

Dans Paris, la place est comptée, surtout pour les plantes et les jardins qui doivent résister à la pression sans cesse croissante de la ville, en perpétuelle développement et bouleversement. Aussi, certains jardins urbains ne sont ils pas plus grands qu’une fenêtre. Un exemple au 12 de la rue Girardon, dans Montmartre.

Paris côté jardin à Montmartre

Fenêtre jardin fleurie de géraniums au 12, rue Girardon, 75018 Paris, octobre 2010, photo Alain Delavie

Deux variétés de géraniums zonales et la fenêtre est fleurie. Mais il faut prendre un peu plus de recul pour avoir l’impression d’un mini jardin de façade.

Paris côté jardin à Montmartre

Fenêtre jardin fleurie de géraniums au 12, rue Girardon, 75018 Paris, octobre 2010, photo Alain Delavie

Petits treillages et plante grimpante, un soupçon de mauvaises herbes sur le trottoir, et le décor est planté. Que dis-je, le jardin est planté…

juil 312010
 

La rue Brillat-Savarin se prolonge sur 960 mètres dans le 13e arrondissement de Paris, entre les rues des Peupliers d’un côté et Henri Becque et Boussingault de l’autre. En la longeant, je suis tombé sous le charme de la façade rouge brique d’une maison de ville, véritable petit jardin vertical avec des plantes à tous les étages.

Jardin de façade en ville

Maison de ville dans la rue Brillat-Savarin avec une façade jardin, Paris 13e (75), juillet 2010, photo Alain Delavie

Hortensias, arbustes et plantes grimpantes divers. Un superbe exemple de jardin en pots et en jardinières comme on aimerait en voir davantage dans Paris. Une des petites surprises vertes que réserve la capitale aux promeneurs curieux.

La rue Brillat-Savarin a été dénommé par l’arrêté du 28 décembre 1894. Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826) était un magistrat et gastronome français, auteur de la « Physiologie du goût« .
La rue faisait précédemment parties de la rue du Pot au Lait, de la rue du Petit Gentilly et de la rue du Grand Gentilly. Cette voie était située autrefois sur le territoire de la commune de Gentilly. Elle est indiquée sur le plan de Roussel (1730). L’établissement de la gare aux marchandises du chemin de fer de ceinture, a entraîné la suppression de la partie de la rue du Pot au Lait aboutissant au boulevard Kellermann.

Elle contourne la très belle et discrète Cité Florale, un ensemble de petites ruelles portant des noms de fleurs, bordées de maisons avec jardins et d’immeubles fleuris. À quelques pas de la Butte aux Cailles, un endroit privilégié qui laisse rêveur et dont je vous parlerai un jour prochain…