déc 022011
 

Hommage à Saint-John Perse par Patrice Alexandre dans le Jardin des Plantes de Paris

Ce monument de bronze à la gloire de Saint-John Perse réalisé par Patrice Alexandre représente les trois états du manuscrit du poème Nocturne agrandi à l’échelle monumentale.

Hommage à Saint-John Perse par Patrice Alexandre dans le Jardin des Plantes de Paris

Nocturne

Les voici mûrs, ces fruits d’un ombrageux destin. De notre songe issus, de notre sang nourris, et qui hantaient
la pourpre de nos nuits, ils sont les fruits du long souci, ils sont les fruits du long désir, ils furent nos plus
secrets complices et, souvent proches de l’aveu, nous tiraient à leurs fins hors de l’abîme de nos nuits… Au feu
du jour toute faveur ! Les voici mûrs et sous la pourpre, ces fruits d’un impérieux destin. Nous n’y trouvons
point notre gré.

Soleil de l’être, trahison ! Où fut la fraude, où fut l’offense ? Où fut la faute et fut la tare, et l’erreur qu’elle
est-elle ? Reprenons-nous le thème à sa naissance ? Revivrons-nous la fièvre et le tourment ?… Majesté de la
rose, nous ne sommes point de tes fervents : à plus amer va notre sang, à plus sévère vont nos soins, nos routes
sont peu sûres, et la nuit est profonde où s’arrachent nos dieux. Roses canines et ronces noires peuplent pour
nous les rives du naufrage.

Les voici mûrissant, ces fruits d’une autre rive. « Soleil de l’être, couvre-moi ! » – parole du transfuge. Et ceux
qui l’auront vu passer diront : qui fut cet homme, et quelle, sa demeure ? Allait-il seul au feu du jour montrer
la pourpre de ses nuits ?… Soleil de l’être, Prince et Maître ! Nos oeuvres sont éparses, nos tâches sans honneur
et nos blés sans moisson : la lieuse de gerbes attend au bas du soir. – Les voici teints de notre sang, ces fruits
d’un orageux destin.

À son pas de lieuse de gerbes s’en va la vie sans haine ni rançon.

Saint-John Perse

oct 292011
 

Thunbergia alata en automne dans le Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

La belle fin d’été et l’automne chaud en région parisienne ont permis aux Suzanne aux yeux noirs (Thunbergia alata) de continuer leur croissance et surtout leur floraison. Et en les rentrant dans une véranda ou une grande pièce très claire et pas trop chauffée, elles pourraient continuer à fleurir pendant des mois…

Thunbergia alata en automne dans le Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

Cette plante grimpante d’origine africaine peut atteindre jusqu’à 3 ou 4 m de hauteur. Semée au chaud très tôt en fin d’hiver puis cultivée comme une fleur annuelle dans un coin très ensoleillé du jardin ou du balcon, cette liane pousse vite et s’agrippe au tuteur ou au treillage qui passe à la portée de ses tiges. Elle fleurit tout au long de l’été et jusqu’en automne, tant que les températures restent suffisamment élevées. La culture en intérieur est possible, mais il faut beaucoup de lumière et de place. De plus la Suzanne aux yeux noirs est sensible aux atmosphères sèches et aux araignées rouges qui peuvent vite l’envahir et la faire dépérir. Dans une véranda suffisamment chauffée, elle forme des guirlandes de fleurs à longueur d’année.

oct 282011
 

Massif de Bidens ferulifolia 'Pirate's Peal' dans les Carrés de la perspective du Jardin des plantes de Paris, Paris 5e (75), 22 octobre 2011, photo Alain Delavie

Beau tout l’été et même en automne ! Décidément ce bidens à fleurs blanches est exceptionnel et sa floraison est vraiment généreuse.

Bidens ferulifolia 'Pirate's Peal' dans les Carrés de la perspective du Jardin des plantes de Paris, Paris 5e (75)

Que ce soit en pleine terre (comme ici sur mes photos dans les plates-bandes du Jardin des Plantes de Paris) ou en pot ou jardinière, cette petite fleur prouve sa robustesse, sa facilité de culture et sa bonne volonté à fleurir. La croissance est rapide et continue, les fleurs ne cessent de se renouveler. Et je pense qu’elles vont encore se renouveler tant que le froid ne sera pas devenu trop intense.
Continue reading »

oct 272011
 

Rayons du soleil dans une fronde de fougère exotique, Grande Serre du Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

Quand le soleil brille et se glisse à travers certains feuillages, cela donne un effet de transparence du plus bel effet. Voici quelques jeux du soleil parmi des feuillages retombants de belles plantes exotiques de la Grande Serre du Jardin des Plantes de Paris (Paris 5e)…

Rayons du soleil dans une touffe de Tillandsia usneoides et de Rhipsalis, Grande Serre du Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

Rayons du soleil dans une touffe de Rhipsalis pilocarpa, Grande Serre du Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

Les poils qui couvrent les tiges de ce superbe rhipsalis deviennent scintillants sous les rayons du soleil. Et les petits fruits arrondis et roses se transforment en perles translucides.

Continue reading »

oct 252011
 

L’artiste Vincent Mauger est né en 1976. Il vit et travaille à Nantes. À l’occasion de la FIAC 2011, deux de ses oeuvres étaient présentées dans le Jardin des Plantes (Paris 5e) et le Jardin des Tuileries (Paris 1er).

Le Théorème des dictateurs, Vincent Mauger, FIAC Hors les murs, Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

La sculpture monumentale intitulée Le théorème des dictateurs installée dans la prairie de fauche du Jardin des Plantes, oppose à la forme pleine de la sphère qu’elle suggère, les pointes menaçantes des pieux qui la constituent. Cette oeuvre évoque simultanément des formes organiques, animales ou cosmiques, créant ainsi un dialogue avec son contexte.

Le Théorème des dictateurs, Vincent Mauger, FIAC Hors les murs, Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)
Continue reading »

oct 252011
 

Salvia splendens 'Dancing Flame', collection de sauges du Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

Oui, vous ne rêvez pas, c’est bien une sauge écarlate (Salvia splendens), mais avec le feuillage abondamment panaché de jaune crème à un point tel que le vert disparaît presque sur certaines feuilles.
Continue reading »