juin 032010
 

Aussi dénommée « grande croisette », cette aspérule de Turin (Asperula taurina) est toute aussi couvrante que l’aspérule odorante (Galium odoratum) et forme un joli tapis vert surmonté de petites fleurs blanches au printemps.

Plante vivace couvre-sol

Tapis d'aspérule de Turin (Asperula taurina), pépinières Syringa, mai 2010, photo Alain Delavie

Cette petite plante vivace de la famille des Rubiacées forme très vite un tapis uniforme d’environ 20 à 30 centimètres de hauteur. Les feuilles vert vif sont réunies par quatre en verticille sur les tiges fines. Les petites fleurs blanches sont groupées en bouquet à l’extrémité des tiges. Elles apparaissent de mai à juillet et sont parfumées.

Plante vivace couvre-sol

Tapis d'aspérule de Turin (Asperula taurina), pépinières Syringa, mai 2010, photo Alain Delavie

« La solution ultime pour couvrir le sol en lisière des arbres, entre les arbustes et au pied des haies. » (Thierry Denis, Le Jardin du Morvan).
Cette plante vivace est donc une des très bonnes plantes pour les coins difficiles, ensoleillés ou ombragés, au sol le plus souvent sec.

Où la trouver ?
Cette petite espèce pousse à l’état sauvage en France, mais elle est rare et c’est une plante protégée qu’il est interdit de prélever dans la nature.
Le pied que j’ai acheté provient des pépinières Syringa, en Allemagne. Mais vous pouvez la trouver en France, chez certains pépiniéristes collectionneurs comme Le jardin du Morvan ou Le Jardin d’Adoué. Vous trouvez aussi  Asperula taurina ssp. caucasica au Clos du Coudray (76).

jan 112009
 

Conférence de la pépiniériste Monique Chevry sur le thème « Plantes vivaces d’hier et d’aujourd’hui en climat continental, atouts et contraintes », le lundi 12 janvier 2009 à 17 h, à la Maison Nicolas Barré, au 83, rue de Sèvres (Paris 6ème).

Monique Chevry parlera des plantes vivaces qu’elle teste en Lorraine, près de Nancy, dans sa pépinière et dans le magnifique jardin de près d’un hectare qui l’entoure, le jardin d’Adouè. Des plantes rustiques, adaptées au climat continental, plutôt chaud et sec en été, froid et humide en hiver, et qui doivent faire leurs preuves sans arrosage ni protection hivernale.

Il y a bientôt quinze ans que cette autodidacte obstinée et enthousiaste, autrefois comptable, a choisi de donner libre cours à la passion des plantes et des jardins qui l’animait depuis toujours pour créer le Jardin d’Adoué, et elle «s’en félicite tous les jours ». Monique Chevry effectue depuis un remarquable travail pour perpétuer des « plantes vivaces d’hier », variétés issues des collections des Ets Lemoine et Gerbeaux, horticulteurs lorrains du XIXe siècle (anémones japonica, heuchères et heucherellas, potentilles herbacées à fleurs doubles, phlox paniculata….). Mais son jardin abrite aussi nombre de nouveautés et de plantes peu courantes ou mal connues qu’elle met en observation sous le climat lorrain : asters, géraniums vivaces, héléniums, véroniques, euphorbes, graminées et autres, en privilégiant les floraisons et feuillages d’été et d’automne et en donnant toujours la part belle aux plantes robustes, à celles qui font les massifs généreux. C’est cette expérience riche et diversifiée que Monique Chevry, jamais avare de conseils, viendra nous faire partager.

Infos pratiques :
Entrée 5 euros (adhérents association Vivaces & cie) – 7 euros (non adhérents).
Renseignements au tél. : 01 44 93 96 65 (Marie-France Banvard).
Maison Nicolas Barré, 83 rue de Sèvres, 75006 Paris.
Agrandir le plan