juin 052014
 

Sprekelia formosissima (Liliacées) dans le Jardin des plantes, Paris 5e (75)
Sprekelia formosissima
n’est pas commun dans les jardins et sur les balcons parisiens, aussi cette floraison n’en est que plus remarquable. Ce cousin des lis aux immenses fleurs en croix d’un beau rouge cramoisi mérite le détour et une petite visite dans les parterres de l’école de botanique du Jardin des Plantes de Paris.

Sprekelia formosissima (Liliacées) dans le Jardin des plantes, Paris 5e (75) Continue reading »

mai 012013
 

Brin de muguet, photo © Jana Behr - Fotolia.com

Selon les données issues du panel TNS Sofres, les dépenses des particuliers pour l’achat de muguet ont représenté en 2012 un montant global de 35,9 millions d’euros dont un montant de 25,5 millions d’euros pour offrir à l’occasion du 1er mai. Les achats de pots ont représenté 16 millions d’euros et ceux de brins 9,5 millions d’euros. Ces chiffres ne comprennent pas les dépenses effectuées hors circuit commercial (ventes sur la voie publique par les particuliers ou les associations…). Continue reading »

juil 262010
 

La phalangère (Chlorophytum comosum ‘Vittatum’ et les autres variétés) a retrouvé un regain d’attractivité ces dernières années avec tout le battage médiatique qu’il y a eu autour des plantes d’intérieur dépolluantes. Dépolluante ou pas, cette plante qui se plaît aussi bien dedans que dehors pendant la belle saison, pousse facilement et permet de vite composer de belles suspensions.

Plante d'intérieur à feuillage panaché

Potées de phalangères (Chlorophytum comosum 'Vittatum') dans ma salle à manger, juillet 2010, photo Alain Delavie

Cette plante d’intérieur, parfois proposée pour la décoration à l’extérieur des potées, jardinières ou massifs d’été, forme une rosette de feuilles effilées qui donnent à la plante un aspect ébouriffée quand elle prend de belles proportions. Un peu comme une très grosse touffe d’herbe aux larges feuilles. Ses petites fleurs étoilées sont blanches. Elles sont groupées à l’extrémité de longues tiges fines, de couleur crème. Elles apparaissent au printemps et en été. Quand elles se fanent, elles donnent ensuite des jeunes plantes en tous points similaires à la plante mère et qui s’enracinent facilement dans l’eau ou dans du terreau. Ces stolons qui apparaissent en nombre pendant la belle saison ont valu le surnom de « plante araignée » à cette espèce et à ces variétés horticoles.

Sa culture est des plus faciles. Il faut l’installer dans un terreau léger, riche et humifère. La plante pousse vite et a besoin d’un rempotage annuel. Pendant la belle saison, il faut l’arroser régulièrement, mais en attendant que le sol sèche en surface entre deux apports d’eau. La phalangère a des grosses racines tubérisées qui lui permettent de résister à une sécheresse passagère. Un excès d’arrosage entraine la pourriture des racines et du collet, ce qui peut être fatal à la plante. Elle pousse bien sans engrais, mais pour obtenir une grosse potée au feuillage abondant et aux nombreux stolons, il est préférable de lui donner un engrais complet liquide tous les quinze jours, de mars à septembre. Cet apport de fertilisant est nécessaire quand on laisse tous les stolons sur la plante mère pour obtenir une plus grande suspension.
Cultivée à l’intérieur, elle apprécie un emplacement clair, sans soleil direct. Une pièce chauffée modérément lui convient mieux, les fortes températures entrainant une sécheresse de l’air ambiant qui a pour effet de provoquer le brunissement de la pointe et du bord des feuilles. Si vous la cultivez dehors à partir du mois d’avril, vous pouvez l’installer à mi ombre ou à l’ombre. C’est alors une compagne idéale pour les impatiens, les bégonias ou les fuchsias.

Les différentes variétés de phalangère :
Elles sont rarement étiquetées correctement dans les points de vente de jardinage qui se contentent le plus souvent de la mention « Chlorophytum ». C’est comme ça que j’ai acheté mes deux derniers pieds, juste sur l’aspect du feuillage. Je trouvais la panachure centrale particulièrement blanche et belle.

Chlorophytum comosum ‘Vittatum’ forme une rosette de feuilles effilées d’un vert moyen, mesurant de 15 à 30 cm de longueur, marquées d’une bande centrale, parfois assez large, blanche ou crème.

Plante d'intérieur à feuillage panaché

Chlorophytum comosum ‘Vittatum’, juillet 2010, photo Alain Delavie

Chlorophytum comosum, l’espèce type, a des longues feuilles vert franc, rubanées et effilées.
Chlorophytum comosum ‘Variegatum’ (= C. comosum ‘Elatum’) donne une rosette de feuilles panachées irrégulièrement de blanc ou de jaune.
C. comosum ‘Mandaianum’ a des feuilles de 10 à 15 cm de longueur, vert sombre avec une rayure centrale jaune.
C. comosum ‘Picturatum’ est proche de la variété précédente par ses feuilles vert moyen de 30 cm de longueur environ, à rayure centrale jaune.
C. comosum ‘Bonnie’ a des feuilles panachées de blanc et rubanées, qui s’enroulent sur elles-mêmes.
C. comosum ‘Ocean’ a des feuilles assez courtes et larges, vert vif foncé bordé d’une fine strie crème de part et d’autre du limbe foliaire.
Vous trouvez aussi couramment dans les points de vente de jardinage une autre espèce, Chlorophytum laxum ‘Bichetii’, aux feuilles plus petites, vert foncé finement bordé de blanc.

La phalangère a-t-elle un pouvoir dépolluant ?
Le 28 juin 2010, l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a proposé un point scientifique sur les connaissances actuelles concernant l’épuration de l’air intérieur par les plantes. Une des conclusions est que l’utilisation des plantes en pot n’apparaît pas efficace pour éliminer les polluants dans les espaces clos. Le chlorophytum a montré des effets dépolluants en laboratoire, mais ils n’ont pas été confirmés pour des conditions réelles.

mai 012010
 

Bon 1er mai à toutes et à tous ! À défaut de pouvoir vous offrir un petit brin de muguet ou de vous faire partager celui qui parfume mon chez moi, voici quelques informations sur le muguet, ses ventes en 2009 et les prévisions pour cette année 2010.

Le muguet du 1er mai

Petite potée de muguet à 4 brins, photo Alain Delavie

Le muguet ou muguet de mai (Convallaria majalis) est une plante herbacée des régions tempérées dont les fleurs printanières, petites et blanches, forment des grappes de clochettes très odorantes. C’est une plante toxique, de la famille des Liliacées.Dans nos contrées, il pousse naturellement en forêt et constitue, avec la pervenche, un bon indicateur de l’ancienneté et de la naturalité des milieux forestiers.

Dans le langage des fleurs, le muguet signifie « retour de bonheur ». Cette tradition du muguet du 1er mai remonterait à la Renaissance : Charles IX en aurait offert autour de lui en 1561 comme porte-bonheur. Le muguet fleurit au printemps, c’est donc une plante idéale pour célébrer cette occasion. Ce n’est qu’au début du XXe siècle qu’il sera associé à la Fête du travail, qui date elle-même de 1889.

Les achats de muguet en 2009

Selon les données issues du panel TNS SOFRES, les particuliers ont dépensé 398 millions d’euros pour acheter des végétaux d’intérieur en avril et en mai 2009, dont 215 millions pour les offrir.
Le fleuriste reste le premier lieu d’achat du muguet, en brins comme en pots. L’achat de muguet à l’occasion du 1er mai 2009 représente quelque 25 millions d’euros (13,3 millions d’euros en pots, 11,6 millions d’euros en brins). Ces chiffres ne comprennent pas les dépenses effectuées hors circuit commercial (vente sur la voie publique par les particuliers ou les associations).
Source : panel de 10 000 individus déclarant leurs achats chaque mois à TNS SOFRES, cofinancé par FranceAgriMer et Val’hor.

Le muguet en 2010

La mise en marché des brins et potées de muguet a commencé le 23 avril dernier.

Le muguet de la région nantaise
Sur bon nombre de parcelles et selon les zones de production, le muguet présente un stade d’avancement quasi normal. Il est jugé de belle qualité et exempt de toutes attaques parasitaires. Les cueillettes ont débuté le 20 avril pour les premières livraisons et l’exportation à destination de la Belgique. Les cueillettes massives ont eu lieu entre le 22 et le 26 avril et se sont terminées aux alentours du 28 avril pour quelques exploitations. On a constaté une certaine attente de la part des acheteurs. Les négociations sont à l’ordre du jour et selon les premières tendances, le niveau de prix des brins serait légèrement revu à la hausse. Les réservations ont été nombreuses pour le muguet en pot avec 3 griffes. Les sorties sont régulières, homogènes et de qualité. Comme pour les brins, les prix négociés à la production sont légèrement valorisés.

Le muguet de la région bordelaise
En dépit du retard, les brins de muguet sont finalement au rendez-vous depuis la mi-avril. La qualité est variable. Si la quasi-totalité des producteurs sont satisfaits de leur récolte de brins d’un an, ils constatent que la production de brins de muguet de 2 ans a moins bien supporté les aléas climatiques.

Le muguet des bois
Le muguet s’est bien développé, les brins qui devraient être présentés pour cette journée du 1er mai devraient être superbes, la récolte s’annonce abondante.