déc 202010
 

« Bonne chute de neige, pour la terre vaut fumier. » Si l’on en croît de nombreux dictons, la neige est bénéfique pour les cultures et les jardins. Mais certains végétaux n’apprécient pas ce manteau glacé qui pèse parfois beaucoup trop. C’est le cas des grands bambous.

Dégâts dus à la neige sur les bambous

Grands bambous affaissés ou cassés sous le poids de la couche de neige, Parc de la Villette, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Sous le poids de la neige très humide, certaines grandes cannes se sont penchées puis de plus en plus couchées. Quand on intervient pas très rapidement pour enlever la neige du feuillage, les tiges risquent de casser.

Dégâts dus à la neige sur les bambous

Grands bambous affaissés ou cassés sous le poids de la couche de neige, Parc de la Villette, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Dégâts dus à la neige sur les bambous

Grands bambous affaissés ou cassés sous le poids de la couche de neige, Parc de la Villette, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Les plantes à feuillage persistant sont les plus sensibles aux chutes de neige. Il est préférable de secouer les feuilles, notamment celles des palmiers (Trachycarpus), des oliviers et des camélias. Ces derniers portent déjà leurs boutons floraux et la neige peut beaucoup les abîmer, encore plus quand elle se transforme en glace sous l’effet du gel.

L’importante chute de neige de ce dimanche matin a donné en fondant une grande quantité d’eau. Pensez à videz les soucoupes des potées laissées à l’extérieur, car il peut geler très vite et les plantes n’ont pas besoin de grandes quantités d’eau à cette saison.

déc 202010
 

Fermé pendant les intempéries hier dimanche, le Jardin des Tuileries (Paris 1er) s’est vite recouvert d’un grand manteau blanc et offrait des paysages superbes que l’on pouvait admirer des part et d’autres, par dessus ou à travers les grilles closes.

La neige n’a pas arrêté les photographes et les touristes trop heureux de faire des photos dans des conditions qui restent exceptionnelles pour Paris. Autant de neige, ce n’est pas si fréquent, même si ces dernières semaines on se demande vraiment quand la neige va cesser de tomber et l’hiver se calmer un peu…

Bon à savoir :
– L’Arc de Triomphe du Carrousel

L’axe de la visite des jardins du Domaine du Louvre, d’Est en Ouest, s’ouvre sur l’Arc de Triomphe du Carrousel pour finir place de la Concorde.
En 1806, pour célébrer la bataille d’Austerlitz, Napoléon Ier fit élever à l’entrée de la cour du château des Tuileries un arc de triomphe, conçu par Percier et Fontaine, sur le modèle de l’Arc de Septime Sévère à Rome.
Le programme iconographique, confié à Vivant Denon, est exécuté d’après des dessins de Meynier par les sculpteurs Cartellier, Ramey, Clodion, Lesueur…
À l’origine, le groupe des chevaux antiques provenant de la basilique Saint-Marc à Venise surplombait l’édifice ; il fut remplacé en 1828 par un quadrige de Bosio.

– Le Jardin du Carrousel
Massifs et pelouses en labyrinthe de verdure forment un écrin autour d’une vingtaine de statues d’A. Maillol, installées en 1964. On y admire notamment L’Action enchaînée et l’Ile de France, à l’entrée du jardin, puis une série de nymphes, baigneuses et déesses.
La Terrasse en surplomb du jardin est ornée de deux grands vases provenant du parc de Versailles et deux monuments d’A. Maillol : Le Monument à Cézanne et Le Monument aux morts de Port Vendres.

– Le Grand Carré
On pénètre dans les parterres situés à l’emplacement de ceux d’A. Le Nôtre.
En 1831, l’espace jusqu’au bassin central, était le jardin réservé du palais des Tuileries, établi pour Louis-Philippe et élargi pour Napoléon III en 1858.
Y sont installées des sculptures du XIXe siècle pour la plupart. Si les deux petits bassins se répondent avec un répertoire animalier (Tigre terrassant un crocodile de Caïn, côté rue de Rivoli, et Tigresse portant un paon à ses petits de Caïn, côté Seine), le Grand Bassin, lui, est agrémenté de grandes figures mythologiques et religieuses (Le Serment de Spartacus de Barrias, Thésée combattant le Minotaure de Ramey, Cincinnatus de Foyatier ou le Bon Samaritain de Sicard).
L’allée de Diane qui sépare le Grand Carré du Grand Couvert est ornée de statues du XVIIe siècle provenant du parc de Sceaux avec en alternance des vases : Diane à la biche de G. Coustou (moulage), Jules César de Parisi, Hercule Farnèse de Comino, Flore Farnèse d’André.

déc 192010
 

Cette fois-ci l’épisode neigeux a duré toute la matinée et a laissé un épais manteau blanc dans la capitale, transformée au fil des heures en vaste étendue blanche. Jolie à regarder, moins plaisante quand il faut se déplacer…

Épisode neigeux sur Paris en décembre

Tour Eiffel dans les nuages, jardin des Tuileries couvert de neige (Paris 1er, 75), 19 décembre 2010, photo Alain Delavie

Une neige humide et collante, qui s’est accrochée aux branches, aux troncs, aux lampadaires et sur les trottoirs et dans les rues.

Après mon émission, je suis allé me balader dans Paris pour prendre quelques photos. La suite dans de prochains articles…

déc 182010
 

Paris s’est endormi hier au soir vendredi sous la neige et se réveille encore sous la neige… Quel automne ! Je ne me souviens pas avoir vu autant d’épisodes de neige avant Noël.

Nouvel épisode neigeux sur Paris

Neige sur Paris, Paris 18e (75), 17 décembre 2010, photo Alain Delavie

Nouvel épisode neigeux sur Paris

Neige sur Paris, Paris 18e (75), 17 décembre 2010, photo Alain Delavie

Nouvel épisode neigeux sur Paris

Neige sur Paris, Paris 18e (75), 17 décembre 2010, photo Alain Delavie

De nuit, cela donne des ambiances surréalistes. Et sur les photos, avec les lumières qui brillent un peu partout, c’est encore plus magique. Dans la réalité, c’est moins drôle car les trottoirs restent glissants souvent.

Nouvel épisode neigeux sur Paris

Neige sur Paris, Paris 18e (75), 17 décembre 2010, photo Alain Delavie

Même un quartier plutôt moche prend un aspect plus féérique…

Nouvel épisode de neige sur Paris

Neige sur Paris, Paris 18e (75), 17 décembre 2010, photo Alain Delavie

Et pourtant, la municipalité a interdit le stationnement de la neige !

Nouvel épisode neigeux sur Paris

Neige sur Paris, Paris 18e (75), 17 décembre 2010, photo Alain Delavie

En ce samedi matin, dernier week-end avant Noël, le ciel est encore bas et gris. Pluie ou neige, ce sera la surprise…

déc 122010
 

Une nouvelle vague de froid est annoncée pour la semaine prochaine, dès demain lundi. Pour celles et ceux qui n’auraient pas encore bien protégé leurs plantes frileuses, notamment leurs pélargoniums, il est prudent de les abriter sous un voile d’hivernage sans plus attendre.

Protection hivernale des potées de plantes frileuses dans Paris

Protection hivernale (film plastique) sur des jardinières de géraniums, rue du Ranelagh, Paris 16e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Dans Paris, les géraniums sont souvent suffisamment abrités pour résister aux hivers parisiens. Mais depuis deux ans, les températures très basses ont quand même fait des dégâts, surtout pour les potées ou les jardinières exposées aux courants d’air froid.

Protection hivernale des potées de plantes frileuses dans Paris

Protection hivernale (plastique à bulles) sur des jardinières de géraniums, rue du Ranelagh, Paris 16e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Il est donc préférable de couvrir les géraniums, soit avec un voile d’hivernage en non tissé, soit avec des feuilles de papier journal ou du plastique à bulles, en veillant à bien fixer de part et d’autre les protections pour qu’elles ne s’envolent pas au premier coup de vent.
La première solution permet de laisser filtrer encore un peu de lumière, nécessaire pour les plantes. Dans la journée si les températures sont positives, il est préférable d’aérer les géraniums en dégageant le plus possible le film ou la protection. Mais il faut penser à la remettre quand le soleil se couche, car les températures chutent alors très vite.
Dernier détail qui a son importance : le film plastique ou le voile d’hivernage ne doit pas toucher le feuillage des géraniums, sinon les feuilles en contact risquent de geler par temps très froid. Il faut disposer des tuteurs pour tendre la protection tout autour des plantes de telle façon que les feuilles ne soient jamais contre le film protecteur.

déc 082010
 

D’heure en heure, les tourbillons de gros flocons sont tombés sans cesse, la neige s’est accumulée. Impressionnant ! Les chutes de neige ont atteint un niveau jamais atteint depuis 1987 ce mercredi en région parisienne. Compte tenu de l’état glissant des trottoirs ce soir, ça promet demain matin avec les gelées nocturnes annoncées…

Forte chute de neige sur Paris et région parisienne

Neige dans Paris, Cap 18 (Paris 18e, 75), 8 décembre 2010, photo Alain Delavie

Importante chute de neige dans Paris et sur la région parisienne

Neige dans Paris, Cap 18 (Paris 18e, 75), 8 décembre 2010, photo Alain Delavie

Importante chute de neige dans Paris et sur la région parisienne

Neige dans Paris, Cap 18 (Paris 18e, 75), 8 décembre 2010, photo Alain Delavie

La station de Météo France à Paris Montsouris, dans le XIVe arrondissement, a enregistré 11 centimètres de neige aujourd’hui mercredi, un niveau record qui n’avait été dépassé qu’en 1987, selon Météo France.

Importante chute de neige dans Paris et sur la région parisienne

Neige sur la terrasse parisienne de Rustica, Cap 18 (Paris 18e, 75), 8 décembre 2010, photo Alain Delavie

C’est ce qu’on appelle un laurier sauce de Noël 😉

Importante chute de neige dans Paris et sur la région parisienne

Neige sur la terrasse parisienne de Rustica, Cap 18 (Paris 18e, 75), 8 décembre 2010, photo Alain Delavie

Coussin blanc sur banc et arbre floqué en arrière plan !

Importante chute de neige dans Paris et sur la région parisienne

Neige sur un chrysanthème avachi, Cap 18 (Paris 18e, 75), 8 décembre 2010, photo Alain Delavie

La neige était très mouillée et lourde. La masse de flocons qui est tombée en quelques heures a couché les plantes vivaces les plus souples. Le beau chrysanthème avait résisté aux premiers coups de froid, mais il a ployé sous la neige…

Le saviez-vous ?
Le record absolu de chute de neige enregistré à Paris Montsouris date du 2 mars 1946 lorsqu’il était tombé 40 cm en une journée.