jan 182011
 

S’informer, visiter en ligne, se documenter, réserver… les sites Internet du Muséum ouvrent les portes de tous les espaces de visites : galeries, jardins botaniques et zoologiques. Ils donnent accès à l’offre culturelle et à des ressources documentaires grand public et scientifiques.

Découvrir le Muséum
Le portail www.mnhn.fr donne accès aux différents espaces du Muséum, à son actualité culturelle et scientifique :
– Les informations pratiques : présentation, accès, horaires pour tous les espaces de visites permanents du Muséum à Paris et en région.
Certains lieux disposent de sites spécifiques.
La réserve animalière de la Haute-Touche
L’Arboretum de Chèvreloup
La station de biologie marine de Concarneau

– Le programme de l’offre culturelle : les exposition temporaires, les évènements, le programme téléchargeable des rendez-vous (conférences, projections, cours publics et formations).

– Des dossiers sur les expositions temporaires en cours et les grandes thématiques de recherche :
« Dans l’ombre des dinosaures »
Sous la rubrique « Archives », tous les dossiers des grandes expositions de ces dernières années : « Incroyables Cétacés », « Dragons », « Météorites », « Inuits », etc.

– Des ressources documentaires, rubrique « Muséum pour tous / Ressources en ligne » :
Des vidéos de conférences, l’accès à la photothèque, au portail documentaire, aux éditions du Muséum et aux dossiers.

– Des rubriques spécialisées :
« Le Muséum et l’école » : espace pour les enseignants et les scolaires.
« Le Muséum des scientifiques« : la plate-forme des chercheurs, l’accès aux différents départements de recherche, aux collections et aux publications scientifiques.

Visiter le Jardin des Plantes et les galeries en ligne
Le site Internet du Jardin des Plantes est ouvert depuis le 20 mars 2010. Ce site grand public invite à une véritable immersion dans les 11 jardins qui composent le Jardin des Plantes de Paris. On y trouve toutes les informations pratiques pour préparer sa visite (l’actualité des expositions, les rendez-vous, les parcours thématiques) et découvrir la vie du Jardin, ses métiers.
La rubrique « Biodiversité » propose des dossiers, des focus sur la plante du jour, un accès à de nombreuses fiches techniques et aux conférences des chercheurs du Muséum.
La rubrique « Mon jardin » mise sur l’interactivité, véritable réseau où l’on peut mettre en ligne son propre jardin et échanger conseils et avis avec les internautes et les spécialistes.
La galerie des enfants du Muséum : le nouvel espace consacré à la biodiversité dispose d’un site spécifique à explorer en famille, pour préparer sa visite, permettre aux enfants de mieux comprendre, de façon ludique, les enjeux de l’environnement dans différents milieux, la ville, la rivière et la forêt tropicale.
La visite virtuelle de la Galerie de Minéralogie.
Le site du projet de rénovation du Musée de l’Homme.
La découverte des Grandes Serres du Jardin des Plantes de Paris.

Accéder au portail documentaire
Le portail documentaire donne accès au catalogue commun des Bibliothèques du Muséum, soit plus de 400 000 notices : manuscrits, ouvrages, périodiques, imprimés et en ligne, textes numérisés, publications des chercheurs, fonds des bibliothèques spécialisées.
La base iconographique permet de visualiser la collection de gravures, dessins et vélins.
La photothèque présente 43000 clichés dont certains sont libres de droit.

sept 192010
 

Le Muséum National d’Histoire Naturelle vous propose deux nouveaux films le lundi 20 septembre 2010 à 18 heures, dans le cadre de son cycle Biodiversité : la nature revisitée.

Les intestins de la terre
Réalisateur Olivier Barbier / production : Solarprod Documentaire, 2006 (France) – 13 min.
La terre se régénère grâce à l’alternance « production/recyclage » des matières organiques. Maillon essentiel de ce cycle, les vers de terre sont les animaux les plus répandus sur la planète. La mécanisation du travail de la terre et l’usage d’engrais massif affecte très sérieusement leur population, avec des effets négatifs sur l’environnement. Conséquence : le désert progresse !

Secrets de plantes – Le lotus, de la spiritualité à l’hypertechnologie
Réalisateur François-Xavier Vives / production : ARTE France, Le Miroir, CNRS Images, Muséum, INRA Documentaire, 2010 (France) – 43 min.
Le lotus présente d’étonnantes propriétés hydrophobes : il repousse l’eau, conférant à ses feuilles des capacités auto-nettoyantes. Il s’agit de « l’effet-lotus », qui ouvre aux scientifiques le champ de la bionique. Une nouvelle science qui s’inspire de la nature pour inventer des technologies.

Débat en présence de : David Quéré, physicien et directeur de recherche du CNRS à l’Ecole Sup. Physique Chimie Industrielle et de François-Xavier Vives, réalisateur.

Infos pratiques :
Auditorium de la Grande Galerie,
36, rue Geoffroy St Hilaire,
75005 Paris.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places). Tout public.
Accueil du public dès 17h30.

juin 222010
 

Pour tous les curieux de la nature… L’OPIE, l’ONF et la SERE organisent une conférence publique sur le thème « Pollinisation, le gîte et le couvert », le mercredi 23 juin 2010, de 18 h à 20 h.

À l’initiative de l’Office national des Forêts (ONF), de la Société européenne des réalisateurs de l’environnement (SERE) et de l’Office pour les insectes et leur environnement (OPIE), cette conférence-débat autour de la pollinisation s’adresse à tous les publics désireux de comprendre les enjeux actuels autour de la préservation des insectes pollinisateurs. Qui sont-ils, comment vivent-ils, quelle est leur importance environnementale et économique, quelles sont les actions à mener pour les connaître et les protéger…

Cette conférence se déroulera dans le Grand Amphi du Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris 5e, Métro Jussieu (ligne 7). Avec Christophe Bouget (CEMAGREF), Romain Julliard (MNHN), Patrice Hirbec (ONF) et Serge Gadoum (OPIE). La conférence sera animée par le journaliste Roger Cans.

Entrée libre. Inscription par mail : mpc@s-e-r-e.com

juin 202010
 

Le Jardin des Plantes de Paris (75) accueille un surprenant géranium succulent : Pelargonium tetragonum. Un air de plante grasse, avec des fleurs de pélargonium. Une curiosité à découvrir pendant toute la belle saison.

Géranium succulent

Potée de Pelargonium tetragonum dans le Jardin des Plantes de Paris (75), juin 2010, photo Alain Delavie

Pelargonium tetragonum est adapté à la sécheresse. Les tiges succulentes à 3 ou 4 angles sont le plus souvent dénuées de feuille.

Géranium succulent

Potée de Pelargonium tetragonum dans le Jardin des Plantes de Paris (75), juin 2010, photo Alain Delavie

Les fleurs très jolies ont une teinte rose crème. Elles apparaissent groupées par deux sur le pétiole floral. En Afrique du Sud, le pays d’origine de cette espèce botanique, la floraison se déroule de septembre à décembre.

Où le trouver ?
Chez Alain et Céline Tan, Pépinière Fleurs du Sud,
Chez Vincent Cerutti, Cactus Estérel,
Chez Brigitte Issa, Pépinières Issa des Hauts de Valcyre.

Bon à savoir :
Pour marquer l’année internationale de la biodiversité, en 2010 les plates-bandes du Jardin des Plantes de Paris (75) sont dédiées à deux plantes très connues : le blé et le pélargonium. Les pélargoniums plantés fin mai sont répartis en 30 espèces sauvages dont sont issus les cultivars horticoles et 30 de ces cultivars, à parfum, à fleurs doubles ou à feuillage décoratif, pour donner un aperçu de leur diversité. Ils voisinent avec leurs cousins, les géraniums vivaces, les Erodium et autres genres de la famille des Géraniacées.

sept 012009
 

À partir de septembre, le mobilier extérieur du Jardin des plantes sera remplacé par une gamme spécialement créée pour le Muséum National d’Histoire Naturelle.

255 nouveaux bancs seront mis en place. Particuliers, entreprises ou collectivités, vous pouvez parrainer votre banc ! Vos dons contribueront à la mise en oeuvre de projets d’aménagement dans le Jardin des Plantes.

Chaque parrain aura une plaque à son nom, sur « son banc ». Mais il faut pour cela débourser 1800 euros pour un banc simple, 3600 euros pour un banc double. Avec ce don, vous pourrez choisir l’emplacement de votre banc, selon les disponibilités. Et vous pourrez faire graver quelques mots dans le métal à côté de votre nom.

Pour toute information, contactez :
Florence Mahé-Dombis
Responsable du mécénat – DICAP
Tél. : 01 40 79 53 45
mahedombis@mnhn.fr
et/ou
mecenat@mnhn.fr
juil 232009
 

Les parisiens sont invités à participer à l’étude « Papitrame » destinée a mieux comprendre le parcours des papillons en zone urbaine.

La Ville améliore en permanence la qualité écologique de ses espaces verts. De nouvelles méthodes de gestion visant à préserver la biodiversité se généralisent. Pour rendre la ville plus accueillante et laisser la biodiversité revenir au cœur de Paris, diverses études sont menées notamment sur le déplacement des insectes en milieu urbain. En s’efforçant de comprendre comment un papillon peut circuler dans la jungle urbaine, on peut lui en faciliter l’accès. L’association Noé Conservation et le Muséum National d’Histoire Naturelle ont lancé l’opération « Papitrame » destinée a mieux comprendre le parcours des papillons en zone urbaine.

(Photo Natureparif)

Un premier lâcher de papillons a eu lieu le 21 juillet dernier au Jardin des Plantes (MNHN, Paris 5ème). Ces papillons seront identifiables grâce à une petite marque au feutre rouge, bleu ou vert faite sur l’aile.

(Photos B. Bergerot, © MNHN)

L’espèce de papillon marquée pour réaliser cette expérience est la piéride du chou (Pieris brassicae). Ce papillon est très facilement observable, très commun (espèce de grande taille et blanche) et il est capable de se déplacer sur plusieurs dizaines de kilomètres en quelques jours.

Si vous découvrez un de ces papillons, participez à l’opération « Papitrame » en communiquant vos remarques.

Comment participer ?
En prêtant attention aux papillons, surtout les blancs ! Si l’un d’eux présente une petite marque distinctive sur les ailes, il suffit alors d’envoyer la description de cette marque, la date, l’heure, la météo et la localisation de l’observation par courriel au Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) : papitrame@mnhn.fr