avr 302014
 

À l’occasion du 1er mai, FranceAgriMer a fait le point sur les habitudes d’achat de muguet par les Français.

Bouquet de muguet, photo © Hellen Sergeyeva - Fotolia.com.jpg
Premières tendances de la récolte 2014
La principale région de production française demeure la région nantaise en Loire-Atlantique (près de 83 % de la production nationale), suivie par la région bordelaise (environ 17 % de la production nationale). Cette offre est complétée par le muguet des bois, essentiellement cueilli en région Bourgogne (Saône-et-Loire).
En raison des températures douces de ce printemps 2014, la cueillette de muguet s’est terminée dans toutes les régions productrices avec plusieurs jours d’avance. Les brins sont sains et de très belle qualité, avec une forte proportion de muguet extra et catégorie I. La quantité est également au rendez-vous et permettra de couvrir l’ensemble de la demande du 1er mai.
Pour le muguet en pot, les cultures sont aussi de belle qualité. L’ensemble de la production est réservée.

Les achats de muguet par les Francais en 2013
Selon les données issues du panel TNS Sofres, cofinancé par FranceAgriMer et l’interprofession horticole Val’hor, les dépenses des Français pour l’achat de muguet ont représenté en 2013 un montant global de 31,8 millions d’euros, dont 23,7 millions d’euros pour offrir à l’occasion du 1er mai (contre 25,5 millions d’euros en 2012, soit une baisse de 7 %).
À l’occasion du 1er mai 2013, les achats de muguet en pots ont représenté 15,2 millions d’euros (contre 16 millions d’euros en 2012) et ceux en brins 8,5 millions d’euros (contre 9,5 millions d’euros en 2012). Ces chiffres ne comprennent pas les dépenses effectuées sur la voie publique auprès des particuliers.

Les lieux d’achat du muguet
En 2013, les fleuristes restent le premier lieu d’achat (54 % en valeur et 32 % en volume pour le muguet en pots ; 41 % en valeur pour le muguet en brins), suivis par la grande distribution (19 % en valeur et 39 % en volume pour le muguet en pots ; 22 % en valeur pour le muguet en brins). À noter, la perte de parts de marchés en 2013 pour les achats de muguet en pots en jardineries et sur le lieu de l’exploitation et pour les achats de muguet en brins sur un marché ou une foire.

(Source : panel TNS Sofres, cofinancé par FranceAgriMer et l’interprofession horticole Val’hor, constitué d’un échantillon représentatif de la population française composé de 7 000 ménages interrogés mensuellement)

mai 012010
 

Bon 1er mai à toutes et à tous ! À défaut de pouvoir vous offrir un petit brin de muguet ou de vous faire partager celui qui parfume mon chez moi, voici quelques informations sur le muguet, ses ventes en 2009 et les prévisions pour cette année 2010.

Le muguet du 1er mai

Petite potée de muguet à 4 brins, photo Alain Delavie

Le muguet ou muguet de mai (Convallaria majalis) est une plante herbacée des régions tempérées dont les fleurs printanières, petites et blanches, forment des grappes de clochettes très odorantes. C’est une plante toxique, de la famille des Liliacées.Dans nos contrées, il pousse naturellement en forêt et constitue, avec la pervenche, un bon indicateur de l’ancienneté et de la naturalité des milieux forestiers.

Dans le langage des fleurs, le muguet signifie « retour de bonheur ». Cette tradition du muguet du 1er mai remonterait à la Renaissance : Charles IX en aurait offert autour de lui en 1561 comme porte-bonheur. Le muguet fleurit au printemps, c’est donc une plante idéale pour célébrer cette occasion. Ce n’est qu’au début du XXe siècle qu’il sera associé à la Fête du travail, qui date elle-même de 1889.

Les achats de muguet en 2009

Selon les données issues du panel TNS SOFRES, les particuliers ont dépensé 398 millions d’euros pour acheter des végétaux d’intérieur en avril et en mai 2009, dont 215 millions pour les offrir.
Le fleuriste reste le premier lieu d’achat du muguet, en brins comme en pots. L’achat de muguet à l’occasion du 1er mai 2009 représente quelque 25 millions d’euros (13,3 millions d’euros en pots, 11,6 millions d’euros en brins). Ces chiffres ne comprennent pas les dépenses effectuées hors circuit commercial (vente sur la voie publique par les particuliers ou les associations).
Source : panel de 10 000 individus déclarant leurs achats chaque mois à TNS SOFRES, cofinancé par FranceAgriMer et Val’hor.

Le muguet en 2010

La mise en marché des brins et potées de muguet a commencé le 23 avril dernier.

Le muguet de la région nantaise
Sur bon nombre de parcelles et selon les zones de production, le muguet présente un stade d’avancement quasi normal. Il est jugé de belle qualité et exempt de toutes attaques parasitaires. Les cueillettes ont débuté le 20 avril pour les premières livraisons et l’exportation à destination de la Belgique. Les cueillettes massives ont eu lieu entre le 22 et le 26 avril et se sont terminées aux alentours du 28 avril pour quelques exploitations. On a constaté une certaine attente de la part des acheteurs. Les négociations sont à l’ordre du jour et selon les premières tendances, le niveau de prix des brins serait légèrement revu à la hausse. Les réservations ont été nombreuses pour le muguet en pot avec 3 griffes. Les sorties sont régulières, homogènes et de qualité. Comme pour les brins, les prix négociés à la production sont légèrement valorisés.

Le muguet de la région bordelaise
En dépit du retard, les brins de muguet sont finalement au rendez-vous depuis la mi-avril. La qualité est variable. Si la quasi-totalité des producteurs sont satisfaits de leur récolte de brins d’un an, ils constatent que la production de brins de muguet de 2 ans a moins bien supporté les aléas climatiques.

Le muguet des bois
Le muguet s’est bien développé, les brins qui devraient être présentés pour cette journée du 1er mai devraient être superbes, la récolte s’annonce abondante.