mar 122013
 

Portrait d’André Le Nôtre par Carlo Maratta, vers 1680

Il y a quatre cents ans jour pour jour naissait le célèbre dessinateur de jardins et jardinier André Le Nôtre.

Quatre siècles après sa naissance, de nombreuses villes et en particulier Versailles, vont commémorer celui qui inventa, à partir de 1661, à Vaux le Vicomte puis à Versailles, aux Tuileries et dans bien d’autres lieux, le jardin classique français ; un modèle qui s’exporta à la fin du XVIIème siècle et au XVIIIème partout en Europe et inspira de nombreuses villes dans le monde comme Washington ou Saint-Pétersbourg.
La célébration des 400 ans d’André Le Nôtre est ainsi l’occasion de s’interroger sur les jardins et le paysage au XXIème siècle. Illustre jardinier français, auteur d’œuvres monumentales classées aujourd’hui dans notre patrimoine historique, André Le Nôtre reste une source d’inspiration pour toute une profession, de l’horticulture au paysage. Chacun s’y réfère avec sa propre culture, technique horticole, paysagère, artistique. Le Nôtre était à la fois jardinier, ingénieur, artiste, urbaniste, aménageur du territoire. Finalement assez proche de la diversité des métiers du paysage aujourd’hui, traitant toutes les échelles de l’aménagement – du jardin au territoire – et mobilisant une multitude de savoirs et de savoir-faire.

Quelques dates concernant André Le Nôtre

  • Naissance le 12 mars 1613
  • En 1635, Le Nôtre devient premier jardinier de Gaston de France, frère du roi Louis XIII, qui lui confie ses jardins de Saint-Cloud et du Luxembourg.
  • En 1637, il est nommé jardinier en chef des Tuileries.
  • En 1638, il devient premier jardinier du Luxembourg.
  • En 1645, André Le Nôtre est nommé « dessinateur des plants et parterres » de tous les jardins du roi. Il reste le jardinier de Louis XIV de 1645 à 1700.
  • En 1648, il devient directeur du Luxembourg.
  • Le Nôtre est engagé en 1652 par Fouquet, pour l’aménagement de son domaine de Vaux-le-Vicomte. Il y travaille jusqu’à la disgrâce du surintendant des finances en 1661.
  • En 1666, Colbert charge Le Nôtre d’embellir le jardin des Tuileries.
  • Entre 1670 et 1683, il travaille au remaniement des jardins du château de Sceaux, propriété de Colbert.
  • En 1675, André Le Nôtre est anobli par Louis XIV.
  • « Souvenez-vous de tout ce que vous avez vu de jardins en France, Versailles, Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte, et les Tuileries, et surtout Chantilly » écrivit André Le Nôtre au comte de Portland le 11 juillet 1698.
  • Mort le 15 septembre 1700.

Doodle de Google à l'occasion du 400ème anniversaire de la naissance d'André Le Nôtre, le 12 mars 2013

Vous l’avez peut-être remarqué, mais le doodle affiché par Google sur sa page de recherche représente un jardin à la Française et si vous cliquez dessus, vous arrivez sur la page de recherche concernant André Le Nôtre.

jan 052013
 

Vasque aux angelots, Domaine de Versailles (Yvelines) en automne

À l’occasion du 400e anniversaire de sa naissance, le château de Versailles rend hommage tout au long de l’année 2013 au jardinier de Louis XIV, architecte, paysagiste exceptionnel, mais aussi collectionneur d’art averti, ami et confident du roi dont l’esthétique continue d’inspirer les créateurs du monde entier. Restaurations, expositions et spectacles mettront à l’honneur le génie de Le Nôtre et les jardins de Versailles, son chef-d’œuvre.

Le programme de l’année

Des restaurations, une création, un patrimoine retrouvé
Le bassin et les parterres de Latone, janvier 2013 à avril 2014
Fontainiers, jardiniers, sculpteurs, doreurs… sont mobilisés pour la restauration de la pièce maîtresse du parc. Au centre de la Grande Perspective, le promeneur découvrira les secrets de l’hydraulique, l’art de la taille des topiaires, les gestes et savoir-faire des restaurateurs. Un chantier unique que permet le soutien de la Fondation Philantropia.

Le bosquet du théâtre d’eau, janvier 2013 à avril 2014
Le paysagiste Louis Benech et l’artiste Jean-Michel Othoniel sont invités à réinterpréter le bosquet du Théâtre d’Eau détruit en 1775. Troubles perspectifs, récurrences de rythmes, cette évocation du travail de Le Nôtre donnera repères et dimensions au bosquet disparu qui sera désormais ouvert en permanence. Le visiteur s’engagera dans une promenade dansante ponctuée de haltes à l’ombre de chênes verts, avant d’atteindre une grande clairière de lumière et d’eau.

Le Bassin des Enfants dorés, janvier 2013 à avril 2014
À la croisée des allées du Jardin et à la lisière du Théâtre d’Eau, les huit chérubins de Jules Hardouin-Mansart retrouveront leur jeunesse dorée.

Le retour de deux sculptures monumentales
Persée et Andromède et Milon de Crotone, chefs-d’œuvre de Pierre Puget, reviennent à leur emplacement d’origine, encadrer l’entrée du Tapis Vert. Des moulages, restitués d’après les originaux du Louvre, redonneront ainsi à la perspective des jardins une teinte baroque.

Parterres et perspectives royales
Les jardiniers de Versailles, poursuivant leur travail de reconstitution des tracés dessinés par Le Nôtre, s’attacheront en 2013 à rendre leur splendeur aux parterres de Versailles. En partenariat avec la Ville de Versailles, les allées royales des Mortemets retrouveront leur configuration historique et offriront un nouveau circuit de promenade. Continue reading »