fév 252012
 

L’Office National des Forêts est présent au Salon International de l’Agriculture pour faire découvrir aux visiteurs la diversité des métiers de l’ONF et les cycles de la gestion durable des forêts publiques.

Une diversité de métiers
Chaque jour, les femmes et les hommes qui travaillent à l’ONF assurent le renouvellement des forêts publiques, participent au développement de la filière bois, veillent sur la biodiversité et vous accueillent.

8 métiers à découvrir : quatre hommes et quatre femmes aux missions aussi différentes que complémentaires, unis par la même passion de la forêt. Au travers d’une série de 8 portraits en vidéo, d’une plaquette descriptive et d’une galerie photographique, l’ONF vous permet de découvrir les différentes facettes de leurs métiers et de mieux comprendre la gestion des forêts.

Pour illustrer leur action, des forestiers seront présents sur le stand et guideront le public dans un espace boisé reconstitué et autour d’une maquette géante présentant les différents aspects de la gestion durable de la forêt.

Apprendre en s’amusant pour petits et grands
Tous les jours et pour tous, retrouvez un quiz, la « roue des métiers de la forêt », des ateliers pédagogiques pour les enfants : moulages d’empreintes pour « reconnaître les habitants de la forêt » ; maquillage pour ressembler aux habitants de la forêt j’aimerais être… » et dessins contés « dessine-moi la forêt ».

Par ailleurs l’ONF est aussi présent dans l’espace des partenaires de « l’Odyssée Végétale ».

Salon International de l’Agriculture
Parc des Expositions de la porte de Versailles
Du 25 février au 4 mars 2012
ONF, Hall 2.2 – stand 2D42.

jan 272012
 

Carte des forêts privées et publiques d'Île-de-France (2003)

À l’issue de la conférence-débat organisée hier à l’Assemblée nationale par l’Office National des Forêts sur les enjeux et perspectives pour les forêts domaniales périurbaines d’Île-de-France, Hervé Gaymard, président du conseil d’administration, Pascal Viné, directeur général et François Bland, directeur territorial pour l’Île-de-France et Nord-Ouest, ont exposé la nouvelle feuille de route pour les forêts domaniales d’Ile-de-France.

En Ile-de-France, l’Office National des Forêts assure la gestion de 50 forêts domaniales qui couvrent 72 500 hectares, soit 6 % de la surface de la région. Ce sont de grands massifs prestigieux, pour la plupart hérités des forêts royales.

 

Sur ces massifs, la gestion des forêts repose sur un principe de multifonctionnalité, qui consiste à simultanément préserver la biodiversité, accueillir le public et assurer une production de bois. La multifonctionnalité constitue le socle sur lequel s’appuie la démarche de développement durable des forêts publiques. Il s’agit d’une démarche exigeante, complexe, et qui fonde l’action au quotidien de l’ONF.

Plaquette "Les forêts domaniales d’Ile de France, un atout pour le territoire"

En zone périurbaine, les attentes des habitants, parfois inquiets de voir le paysage changer, conduisent l’ONF à renforcer les dispositifs de gouvernance, afin de mieux adapter ses techniques forestières aux enjeux spécifiques de ces territoires. La gestion forestière de l’Office National des Forêts se doit en effet d’être exemplaire et en lien permanent avec les attentes et les évolutions de notre société.

Hervé Gaymard, président de l'Office national des forêts

Lors de la conférence organisée à l’initiative du président du conseil d’administration de l’ONF, Hervé Gaymard, à l’Assemblée nationale le 25 janvier 2012 sur les forêts domaniales périurbaines d’Ile-de-France (à laquelle j’ai eu le plaisir d’être invité), l’Office National des Forêts a décidé de lancer un plan d’action destiné à améliorer le dialogue entre forestiers et usagers de ces forêts remarquables.

Il conduira à l’élaboration d’une charte pour la gestion des forêts domaniales périurbaines.
Continue reading »

août 232011
 

Hêtre, charme, noyer… Cet été, les devoirs de vacances s’annoncent ludiques et champêtres ! Avec « Clés de forêt », une application gratuite et accessible sans connexion au réseau, les parents disposent d’un support pédagogique pour apprendre à leurs enfants à observer le milieu forestier et reconnaître les principales espèces d’arbres présentes en France métropolitaine.

Alors que les forêts couvrent 30 % de notre territoire et que 96% des Français qui se rendent en forêt disent apprécier le contact avec la nature, nous sommes encore très nombreux à ne pas savoir nommer les arbres forestiers qui nous entourent.

Cette nouvelle application mobile, lancée dans le cadre de l’Année Internationale des Forêts par le ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, avec l’Office National des Forêts (ONF) et la Fondation GoodPlanet, est disponible sur iPhone et sur Android.

Continue reading »

fév 272011
 

Tout groupe (famille, classe, école, commune, entreprise, association…) est invité à proposer d’ici le 25 juillet son candidat, « l’Arbre de l’année », dont le jury étudiera les caractéristiques naturalistes et esthétiques, l’histoire et l’importance culturelle ou sociale.


En plus de ses caractéristiques naturalistes et esthétiques, le jury prendra en compte l’histoire même de l’arbre et de son importance – culturelle, affective, sociale, symbolique, historique… – pour le groupe qui le présente. Le jury retiendra 78 arbres, soit 3 par région française, chacun ayant été expertisé et reconnu pour son intérêt au vu de la biodiversité.

En septembre, ce sera l’élection des Arbres de l’année régionaux. Le jury désignera l’Arbre de l’année de chacune des 26 régions françaises (Métropole et outre-mer). Les 26 arbres lauréats seront présentés sur le site Arbre de l’année.

En novembre le lauréat national sera désigné, le public étant invité à voter sur Internet depuis le 1er septembre jusqu’au 30 octobre 2011.

Le lauréat rejoindra l’inventaire national des Arbres remarquables et une jeune pousse sera plantée à l’Elysée. Des photos – réalisées par les photographes de Terre Sauvage – des arbres lauréats et de la communauté ayant proposé leur candidature seront exposées sur les grilles de l’Unesco à Paris.

Ce concours, dans le cadre de l’année internationale des forêts, est organisé par l’Office National des Forêts (ONF) et le magazine Terre Sauvage, avec parmi ses partenaires le Ministère de l’Écologie.

Comment participer ?
Rendez-vous sur le site www.arbredelannee.com pour remplir le dossier d’inscription et découvrir le calendrier détaillé de l’opération et ses modalités.
En quelques mots, vous aurez à raconter pourquoi cet arbre est important à vos yeux. Votre texte, accompagné d’une photo de l’arbre et de sa situation géographique, permettra au comité de sélection, composé de représentants de l’ONF, de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et de Terre Sauvage, de choisir les 78 arbres nominés.

juin 222010
 

Pour tous les curieux de la nature… L’OPIE, l’ONF et la SERE organisent une conférence publique sur le thème « Pollinisation, le gîte et le couvert », le mercredi 23 juin 2010, de 18 h à 20 h.

À l’initiative de l’Office national des Forêts (ONF), de la Société européenne des réalisateurs de l’environnement (SERE) et de l’Office pour les insectes et leur environnement (OPIE), cette conférence-débat autour de la pollinisation s’adresse à tous les publics désireux de comprendre les enjeux actuels autour de la préservation des insectes pollinisateurs. Qui sont-ils, comment vivent-ils, quelle est leur importance environnementale et économique, quelles sont les actions à mener pour les connaître et les protéger…

Cette conférence se déroulera dans le Grand Amphi du Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris 5e, Métro Jussieu (ligne 7). Avec Christophe Bouget (CEMAGREF), Romain Julliard (MNHN), Patrice Hirbec (ONF) et Serge Gadoum (OPIE). La conférence sera animée par le journaliste Roger Cans.

Entrée libre. Inscription par mail : mpc@s-e-r-e.com

déc 012009
 

Le 23 novembre dernier s’est déroulée la signature de la deuxième Charte forestière de territoire de l’Arc boisé.

L’évènement s’est déroulé dans l’Hôtel du Département à Créteil, en présence de Christian Favier, Président du Conseil Général, d’Alain Blavat, vice-président du Conseil Général chargé de l’Environnement, des Espaces verts et de la Protection contre les Nuisances, du bureau du Conseil Général et de François Virely, directeur territorial de l’Office National des Forêts, agence de Fontainebleau.

L’Arc boisé est un massif forestier d’environ 3000 hectares constitué de forêts publiques (domaniales et régionales) et privées qui se trouve sur 3 départements : le Val-de-Marne, la Seine-et-Marne et l’Essonne. Il possède de nombreux atouts qu’il convient de préserver, surtout au regard de sa situation en zone urbaine et périurbaine : « poumon vert », lieu de détente, richesse écologique, ressources renouvelables et diversité des paysages.

Du fait de sa proximité avec la ville, l’Arc boisé a été soumis à la pression croissante de l’urbanisation et a subi un morcellement progressif dû à la création d’infrastructures, notamment routières. Au début des années 2000, face au manque de coordination des actions engagées, il est apparu nécessaire d’engager des actions pour préserver à la fois l’intégrité du massif, sa richesse écologique et améliorer les conditions d’accueil du public.

C’est ainsi qu’en 2002, le Conseil général du Val-de-Marne, en partenariat avec l’Office National des Forêts, principal gestionnaire du massif, a choisi d’élaborer une Charte Forestière de Territoire pour le massif de l’Arc boisé. Après plus de deux ans de concertation avec les différents acteurs de la forêt (collectivités locales, partenaires institutionnels, propriétaires de domaines boisés, associations) une première Charte a été signée par l’ensemble des partenaires le 30 juin 2004 pour une durée de 5 ans. Elle mettait en avant deux grands enjeux :
• Des enjeux de territoire et de paysage,
• Des enjeux d’accueil du public.
En fédérant l’ensemble des acteurs du territoire autour d’un projet commun, cette première Charte a permis la mise en œuvre de conventions et la réalisation de la plupart des actions programmées. Elle a rendu possible également la prise en compte du massif de l’Arc boisé dans les documents d’aménagement et d’urbanisme locaux, mais aussi régionaux comme le Schéma Directeur Régional d’Ile-de-France (SDRIF). Enfin, grâce à elle, plusieurs études et inventaires ont permis d’acquérir une connaissance partagée de son territoire.

Au terme de la première Charte, l’ensemble des partenaires a souhaité poursuivre cette démarche dans la durée et élaborer une deuxième Charte pour la période 2009-2014. Son objectif est de poursuivre certaines actions engagées dans la précédente charte, mais également d’aller plus loin en impliquant plus largement les collectivités. En outre, depuis cinq ans, et notamment à l’occasion du Grenelle de l’Environnement plusieurs questions environnementales ont fait apparaître la forêt comme un élément incontournable dans la lutte contre le réchauffement climatique, la promotion des énergies renouvelables et le développement d’une trame verte et bleue : la concertation réalisée dans le cadre du renouvellement de la Charte a ainsi permis de mettre en avant de nouveaux enjeux qui n’avaient pas été identifiés jusqu’alors.

Le département du Val-de-Marne, appuyé par les deux principaux gestionnaires de massifs boisés (Office National des Forêts et Agence des Espaces Verts de la Région Ile-de-France), a assuré la maîtrise d’ouvrage de l’élaboration de cette deuxième Charte et organisé la concertation des différents acteurs. Celle-ci s’est déroulée en plusieurs étapes :
• de juillet à septembre 2008 : définition des enjeux et orientations de la Charte par le Conseil général du Val-de-Marne, l’Office National des Forêts et l’Agence des Espaces Verts de la Région Ile-de-France.
• de novembre à décembre 2008 : validation, par l’ensemble des partenaires, des enjeux et orientations proposés.
• de janvier à mars 2009 : lancement d’un appel à projets auprès des partenaires de la Charte afin que chacun puisse proposer des actions à engager pour la période 2009-2014.
• mars 2009 : mise en place de groupes de travail thématiques pour étudier les propositions issues de l’appel à projet et élaborer le programme d’actions.

À l’issue de cette concertation et en accord avec l’évolution des politiques forestières, il est apparu que la nouvelle Charte devait tenir compte des trois fonctions de la forêt : économique, sociale et environnementale. Ce choix permettra d’assurer une véritable gestion durable du massif de l’Arc boisé.

Les acteurs de la Charte forestière

Collectivités :
• La Région Ile-de-France et son Agence des espaces verts
• Départements du Val-de-Marne, de Seine-et-Marne et de l’Essonne
• Communes et communautés d’agglomération du Val-de-Marne :
– Communes de Villeneuve-Saint-Georges, Valenton, Limeil-Brévannes, Boissy-Saint-Léger, Sucy-en-Brie, Noiseau, La Queue-en-Brie, Santeny, Marolles-en-Brie, Villecresnes.
– Communauté d’agglomération de la plaine centrale, communauté d’agglomération du Haut Val-de-Marne.
– Communauté de communes du Plateau Briard.
• Communes de Seine-et-Marne :
– Communes de Pontault-Combault, Roissy-en-Brie, Ozoir-la-Ferrière, Lésigny, Servon.
• Communes et communauté d’agglomération de l’Essonne :
– Communes de Yerres et Crosne.
– Communauté d’agglomération du Val-d’Yerres

Partenaires institutionnels :
• Agence Interdépartementale ONF de Fontainebleau,
• Comité Départemental du Tourisme du Val-de-Marne,
• Direction Régionale Interdépartementale de l’Alimentation, De l’Agriculture et de la Forêt,
• Chambre interdépartementale de l’Agriculture,
• Direction Régionale de l’Environnement,
• Direction Départementale de l’Equipement du Val-de-Marne,
• Direction Départementale de l’Équipement et de l’Agriculture de Seine-et-Marne,
• Direction Départementale de l’Équipement et de l’Agriculture de l’Essonne,
• Centre Régional de la Propriété Forestière,
• Ministère de l’Éducation Nationale,
Conservatoire botanique national du Bassin parisien,
• Fédération Interdépartementale des Chasseurs de Paris,
• Société d’encouragement du cheval français.

Associations (plus d’une vingtaine) :
• associations naturalistes,
• associations d’éducation à l’environnement,
• associations de Défense de la Forêt,
• associations d’histoire et d’archéologie,
• associations sportives.

Qu’est-ce qu’une Charte Forestière de Territoire ?
Les Chartes Forestières de Territoires ont été créées par la loi d’orientation sur la forêt du 9 juillet 2001. Engagée à l’initiative des collectivités territoriales, des propriétaires forestiers , des opérateurs économiques ou des associations, la Charte Forestière est un outil d’aménagement et de gestion durable des territoires. Elle a pour objectif premier la prise en compte des forêts dans leur environnement économique, écologique, social et culturel. Véritable projet collectif basé sur la concertation, la Charte est un document souple qui n’est pas opposable aux tiers.
Élaborée en concertation avec la population et les acteurs concernés, les grandes orientations définies dans une Charte sont déclinées sous forme d’actions. Leur réalisation donne ensuite lieu à des conventions particulières d’application entre propriétaires, gestionnaires et usagers de la forêt.