fév 272011
 

Tout groupe (famille, classe, école, commune, entreprise, association…) est invité à proposer d’ici le 25 juillet son candidat, « l’Arbre de l’année », dont le jury étudiera les caractéristiques naturalistes et esthétiques, l’histoire et l’importance culturelle ou sociale.


En plus de ses caractéristiques naturalistes et esthétiques, le jury prendra en compte l’histoire même de l’arbre et de son importance – culturelle, affective, sociale, symbolique, historique… – pour le groupe qui le présente. Le jury retiendra 78 arbres, soit 3 par région française, chacun ayant été expertisé et reconnu pour son intérêt au vu de la biodiversité.

En septembre, ce sera l’élection des Arbres de l’année régionaux. Le jury désignera l’Arbre de l’année de chacune des 26 régions françaises (Métropole et outre-mer). Les 26 arbres lauréats seront présentés sur le site Arbre de l’année.

En novembre le lauréat national sera désigné, le public étant invité à voter sur Internet depuis le 1er septembre jusqu’au 30 octobre 2011.

Le lauréat rejoindra l’inventaire national des Arbres remarquables et une jeune pousse sera plantée à l’Elysée. Des photos – réalisées par les photographes de Terre Sauvage – des arbres lauréats et de la communauté ayant proposé leur candidature seront exposées sur les grilles de l’Unesco à Paris.

Ce concours, dans le cadre de l’année internationale des forêts, est organisé par l’Office National des Forêts (ONF) et le magazine Terre Sauvage, avec parmi ses partenaires le Ministère de l’Écologie.

Comment participer ?
Rendez-vous sur le site www.arbredelannee.com pour remplir le dossier d’inscription et découvrir le calendrier détaillé de l’opération et ses modalités.
En quelques mots, vous aurez à raconter pourquoi cet arbre est important à vos yeux. Votre texte, accompagné d’une photo de l’arbre et de sa situation géographique, permettra au comité de sélection, composé de représentants de l’ONF, de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et de Terre Sauvage, de choisir les 78 arbres nominés.

juin 222010
 

Pour tous les curieux de la nature… L’OPIE, l’ONF et la SERE organisent une conférence publique sur le thème « Pollinisation, le gîte et le couvert », le mercredi 23 juin 2010, de 18 h à 20 h.

À l’initiative de l’Office national des Forêts (ONF), de la Société européenne des réalisateurs de l’environnement (SERE) et de l’Office pour les insectes et leur environnement (OPIE), cette conférence-débat autour de la pollinisation s’adresse à tous les publics désireux de comprendre les enjeux actuels autour de la préservation des insectes pollinisateurs. Qui sont-ils, comment vivent-ils, quelle est leur importance environnementale et économique, quelles sont les actions à mener pour les connaître et les protéger…

Cette conférence se déroulera dans le Grand Amphi du Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris 5e, Métro Jussieu (ligne 7). Avec Christophe Bouget (CEMAGREF), Romain Julliard (MNHN), Patrice Hirbec (ONF) et Serge Gadoum (OPIE). La conférence sera animée par le journaliste Roger Cans.

Entrée libre. Inscription par mail : mpc@s-e-r-e.com

sept 132008
 

Des chantiers d’arrachage du raisin d’Amérique sont organisés en forêt de Fontainebleau les 13, 19 et 27 septembre et les 3, 11 et 17 octobre 2008.
Le raisin d’Amérique (Phytolacca decandra) est une plante d’Amérique du Nord envahissante. C’est une Hémicryptophyte très toxique pour tous les mammifères. Voici quelques informations :
1 – Très grande plante herbacée, vivace par sa racine pivotante. Les tiges tombent à la base
en hiver. Les feuilles sont grandes et ovales-allongées, vert-pale. Elle est très facile à identifier.
2 – Toutes ses parties sont toxiques parfois mortelles par ingestion (humains et tous les
autres mammifères omnivores ou herbivores).
3 – Son plus grave défaut est d’être très envahissante : elle provoque une perte de bio-
diversité.
4 – Parmi les composés toxiques : protéines hémagglutinantes, saponines, saponosides,
Béta-cyanines, Lectines, acides Jaligonique et Phytolaccagénique. D’autres recherches sont en cours.
5 – Effets sur des mammifères par ingestion : brûlures du tractus digestif, diarrhées
sanglantes, vomissements, modification de la formule sanguine (leucocytes), embolies, asphyxies. Les humains doivent être hospitalisés.
Le caractère envahissant est le plus grave car il provoque une perte de biodiversité envers
la flore indigène, souvent fourragère, ce qui a pour effet, par enchainement naturel, une dénutrition de la faune locale.
Des chantiers d’arrachage du raisin d’Amérique ont été initiés dès juin 2003 au sein de l’Association des J.B.P.P.F. lors d’un voyage d’étude en forêt de Fontainebleau et des Trois-pignons. Cette activité civique de protection de la Biodiversité a été appuyée et fréquentée par des membres d’associations diverses : MNHN, SNPN, ANVL, LPO, CAF, ADA-IF, IUFM de Bonneuil, etc. En tout premier lieu, l’ONF a autorisé ces chantiers et a proposé un protocole d’action rédigé en commun et suivi par le groupement des arracheurs. Il faut préciser que l’U.I.C.N. a enregistré le raisin d’Amérique dans la catégorie des pestes végétales avérées et ce, au niveau international ; c’est dire la réalité des dangers provoqués par cette plante.

Le groupement des arracheurs est informel : les volontaires viennent lorsqu’ils le peuvent. Rendez-vous à la gare de Fontainebleau sur le parking : arrivées à 09h00 puis co-voiturage par les véhicules autorisés.
Renseignements complémentaires auprès de :
C.L. ROTH, Conservateur du Parc et Jardin botanique,
Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort,
Parc et Jardin botaniques,
Graineterie de Plantes Entomophiles,
7, Avenue du général de Gaulle,
94704 Maisons Alfort Cedex.
Tél. : 01 43 96 73 33.
Fax : 01 43 96 73 33.