juil 282011
 

Je voulais visiter ce site depuis longtemps et bien c’est chose faite. J’ai profité de mes vacances et d’une visite guidée par Paul-Robert Takàcs pour découvrir ce lieu unique et dont le nom me laissait songeur…

Le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), juillet 2011, photo Alain Delavie

Le temps de prendre un RER (ligne A) pour Nogent-sur-Marne et de parcourir les quelques centaines de mètres qui séparent la gare du jardin, facile à trouver car des panneaux l’indiquent, et la découverte pouvait enfin commencer, avec dans la tête quelques photos aperçues sur Internet. En effet, ce jardin est un site parisien, mais il est situé à l’extrémité nord-est du Bois de Vincennes, en lisière côté Nogent-sur-Marne.

Le jardin est ouvert au public de 9h30 à 20h en été, il peut donc se visiter en solitaire ou en famille, mais je souhaitais en apprendre plus tout de suite et ne pas rater les moindres détails pittoresques, d’où la visite guidée (je vous le rappelle, le programme est disponible sur le site de la Ville de Paris, rubrique Paris Actu, sous-rubrique Paris au vert, cliquer dans la colonne à droite sur la phrase : Tout l’agenda parcs et jardins).

Petite déception en arrivant, la superbe porte chinoise qui se trouve à l’entrée est en cours de restauration, donc invisible… En partant par le chemin situé sur la gauche, on découvre très vite un des nombreux monuments aux morts érigés dans le site, celui en hommage des soldats de Madagascar tués pendant la guerre de 1914-1918.

Monument aux morts en souvenir des soldats de Madagascar tués pendant la guerre de 1914-1918, le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Monument aux morts en souvenir des soldats de Madagascar tués pendant la guerre de 1914-1918, le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), 24 juillet 2011, photo Alain Delavie

Un peu partout, la nature a repris ses droits. Les jardiniers et les forestiers offrent une large place à la biodiversité en n’intervenant que sur le dégagement des allées et des vestiges et en laissant pousser la végétation naturelle. C’est ce qui fait en partie le charme et le mystère de cet endroit. Les plantes tropicales sont rares (mon rêve de végétation tropicale s’est vite effondré, mais le site n’en reste pas moins exceptionnel pour autant), la végétation est essentiellement celle de l’Île-de-France.

Petite campanule sauvage dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Petite campanule sauvage dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), 24 juillet 2011, photo Alain Delavie

Impatiens parviflora dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Impatiens parviflora dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), 24 juillet 2011, photo Alain Delavie

Ce sont plutôt des végétaux exotiques qui demeurent dans ce jardin, notamment des bambous, omniprésents sur les 4,5 hectares du site.

Bambous dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75)

Bambous dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes, Paris 12e (75), 24 juillet 2011, photo Alain Delavie

Continue reading »

déc 072010
 

La pagode de Ching Tsai Loo à Paris fut construite en 1928 par Ching Tsai L0o, un collectionneur qui avait transformé un hôtel particulier datant du XVIIe siècle en maison chinoise. Il y vendait des antiquités chinoises et ses descendants ont poursuivi ce commerce avec la galerie C. T. Loo & Cie.

Art chinois à Paris

Pagode de Ching Tsai Lao, rue de Courcelles Paris 8e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

À une époque ou l’art chinois était très méconnu en France, la pagode de Ching Tsai Loo, contribua à développer le goût des collectionneurs français pour les antiquités chinoises. Ce succès fut considérable dans les années qui suivirent la construction de la pagode, provoquant une mode et un réel engouement pour l’art chinois.

Art chinois à Paris

Pagode de Ching Tsai Lao, rue de Courcelles Paris 8e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Paris est-elle en France, pourrait se demander le promeneur ? Exotisme et dépaysement en plein coeur de la capitale, pas très loin du Parc Monceau.

Art chinois à Paris

Pagode de Ching Tsai Lao, rue de Courcelles Paris 8e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Pas de pagode sans bambou… Le bambou, symbole de la force et de l’éthique, beau à toutes les saisons. Le bambou devenu très commun dorénavant dans les jardins et sur les balcons ou terrasses parisiens.

Art chinois à Paris

Bambous devant la Pagode de Ching Tsai Lao, rue de Courcelles Paris 8e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

À découvrir au 48, rue de Courcelles (à l’angle de la rue Rembrandt), 75008 Paris.