juin 102011
 

Vous entrez dans l’enceinte de la Grande Mosquée de Paris en franchissant le seuil de la grande Porte de chêne clair, cloutée de bronze, avec entrelacs en bois d’eucalyptus et en corail, située sur la Place du Puits de l’Ermite (Paris 5e). Vous avez immédiatement une vue sur la cour d’honneur (Rhiad), inspirée des plus beaux spécimens des jardins Hispano-mauresques et des habitations seigneuriales de l’Afrique Septentrionale.

Cour d'honneur et jardin à l'Andalouse de la Grande Mosquée, Paris 5e (75)

Cour d'honneur et jardin à l'Andalouse de la Grande Mosquée, Paris 5e (75), juin 2011, photo Alain Delavie

A l’entrée, se trouve le jardin à l’andalouse avec des jets d’eau, la terrasse dallée de marbre blanc, les bassins, les fontaines, les perrons où se jouent et cascadent les eaux vives qui viennent après leur course se perdre dans les massifs de fleurs.

Cour d'honneur et jardin à l'Andalouse de la Grande Mosquée, Paris 5e (75)

Cour d'honneur et jardin à l'Andalouse de la Grande Mosquée, Paris 5e (75), juin 2011, photo Alain Delavie

Exotisme et dépaysement assuré dans ce superbe jardin où il fait bon se promener et se poser.
Continue reading »

juin 302010
 

Les plantes d’intérieur qui supportent les intérieurs peu lumineux sont rares, d’où l’intérêt de ce petit palmier d’appartement proposé parfois dans les rayons de plantes vertes des jardineries ou chez les fleuristes.

Palmier nain d'intérieur

Chamaedorea metallica, photo Alain Delavie

On trouve plus souvent son petit « cousin », le palmier nain (Chamaedorea elegans), aux palmes finement découpées et à la curieuse floraison jaune mimosa. On trouve parfois le palmier bambou (Chamaedorea seifrizii), plus haut et imposant. Mais avec un peu de chance et de persévérance, vous pouvez trouver Chamaedorea metallica dans un point de vente de jardinage. Il faut chercher car la plante n’est pas vraiment spectaculaire. Les palmes peu découpées ont une surprenante couleur vert métallisé qui prend des reflets moirés ou irisés quand la lumière n’est pas trop vive. Les palmes entières sont bifides, avec deux pointes.

J’ai trouvé mon pied chez Truffaut (Ivry-sur-Seine) il y a quelques mois déjà. Petite potée qui a vite trouvé sa place dans la salle à manger, assez loin de la porte fenêtre, en compagnie d’un aspidistra et d’un raphis, autre palmier très décoratif et résistant. C’est vraiment une plante sans soucis, qu’il ne faut quand même pas oublier, car elle apprécie un substrat toujours frais, jamais détrempé. De temps à autre, il faut nettoyer les palmes qui accumulent la poussière et se ternissent. Le rempotage s’effectue quand la plante a rempli tout son pot, tous les deux à trois ans environ.

Lors de mon voyage en Allemagne sur l’Île de Mainau, j’ai pu admirer des sujets assez âgés de ce palmier d’ombre, qui portaient des fruits ou des graines. Comme des perles de culture noires !

Fructification d'un palmier nain d'intérieur

Graine sur Chamaedorea metallica, Île de Mainau, mai 2010, photo Alain Delavie

Pour l’instant, ma potée est trop petite. Elle n’a jamais donné d’inflorescence, encore moins de graines.

fév 072010
 

Après les vagues de froid successives qui ont duré plus que d’habitude cet hiver, le redoux de ces derniers jours accompagné d’averses fréquentes donne un nouvel élan à la végétation. Mais il faut rester méfiant car les gelées peuvent encore sévir pendant quelques semaines.

Protection hivernale des plantes exotiques

Palmier (Trachycarpus fortunei) avec le stipe protégé contre le froid, Jardin d'acclimatation (Paris 16ème), photo Alain Delavie

Il est possible de dégager les plantes frileuses de leurs protections hivernales dans la journée. Mais il faut penser à les emmitoufler pour la nuit, surtout si le ciel s’est bien dégagé en fin d’après-midi. Ce petit manège un peu pénible va durer au moins jusqu’à la fin mars, sauf redoux bien installé.

Nouvelles pousses de mon coeur-de-Marie (Dicentra spectabilis 'Alba') sur mon balcon, février 2010, photo Alain Delavie

Par contre inutile de protéger les jeunes pousses des plantes vivaces ou des bulbes à floraison printanière qui pointent un peu partout. Elles résistent assez bien au froid, tout du moins tant que les jeunes feuilles tendres des premières ne sont pas bien développées.

Si le temps relativement doux vous donne des envies soudaines de jardinage et que la pluie ne vous arrête pas, patientez quand même encore quelques jours pour faire des plantations. Le sol est très froid en profondeur, voire encore gelé dans certains endroits. Mais cela ne vous empêche pas de faire un grand nettoyage d’avant printemps ! Rameaux secs, feuilles et branches mortes, on coupe tout, sans oublier les quelques mauvaises herbes qui ont déjà bien repris de la vigueur…

déc 212009
 

Après un automne doux et humide, l’arrivée brutale des fortes gelées accompagnées d’un vent glacé et desséchant, puis de la neige, malmène les nombreuses plantes exotiques laissées à l’extérieur.

Grosse potée de palmier par temps de gel et de neige, Bassin de la Villette, Paris 19ème, photo Alain Delavie

Grosse potée de palmier par temps de gel et de neige, Bassin de la Villette, Paris 19ème, photo Alain Delavie

Même pour les plantes suffisamment rustiques (les températures sont descendues à -4 °C aux heures les plus froides), le froid leur donne un aspect inquiétant. Le feuillage pend lamentablement, avec des couleurs ternies. Mais les feuilles se redressent un peu dans la journée, quand les températures redeviennent positives.

Les plus frileuses qui ne supportent pas la moindre gelée, sont maintenant complètement cuites si elles n’avaient pas été protégées avec force voile d’hivernage. J’ai laissé mon pot de Begonia Dragon Wing sans protection comme toutes les plantes que je cultive comme des fleurs annuelles.

Potée de Begonia Dragon Wing gelé sur mon balcon, décembre 2009, photo Alain Delavie

Potée de Begonia Dragon Wing gelé sur mon balcon, décembre 2009, photo Alain Delavie

Aujourd’hui, il a tout d’une salade cuite alors qu’il était encore en fleur la semaine dernière. Encore un hiver fatal aux bégonias ! Je n’ai eu qu’un seul hiver suffisamment doux depuis que je suis dans mon appartement qui avait permis aux plantes vivaces non rustiques (bégonias, impatiens) de passer la mauvaise saison et de repartir au printemps suivant.
J’avais aussi laissé en place une suspension de phalangère (Chlorophytum). J’en ai gardé pendant des années sans protection particulière dehors, mais la vague de froid de ces derniers jours a saisi ma potée et l’a glacée complètement.

Suspension de phalangère gelée sur mon balcon, décembre 2009, photo Alain Delavie

Suspension de phalangère gelée sur mon balcon, décembre 2009, photo Alain Delavie

Mais avec les phalangères, il ne faut pas se précipiter et tout jeter aux premières gelées. J’ai eu des pieds dont le feuillage a complètement gelé et qui sont repartis au printemps suivant, très tardivement. Heureusement, j’avais protégé ou rentré depuis longtemps toutes les belles exotiques que je souhaitais garder. Cette année, je n’aurai pas de sorbet de cactus !

déc 102009
 

Nouvelle composition exposée dans le cadre de Tempête de neige, l’exposition d’art floral de Noël de la SNHF qui s’est déroulée la semaine dernière à Paris : la création d’Ariane Boyer (Association Sevran Ville verte Ville fleurie).

Art floral de Noël, création d'Ariane Boyer, Exposition Tempête de neige (SNHF), décembre 2009, photo Alain Delavie

Art floral de Noël, création d'Ariane Boyer, Exposition Tempête de neige (SNHF), décembre 2009, photo Alain Delavie

Sur un fond de grandes feuilles de palmier retaillées, quelques petites roses doubles blanches (ou des petites renoncules doubles selon les arrivages chez votre fleuriste), un peu d’asparagus et des rameaux de genêt blanc. Le tout maintenu sur une structure métallique aux formes géométriques qui permet d’exposer la composition sur un mur, comme un tableau végétal.