mar 092011
 

Le Musée de la Vie romantique présente  du 8 mars au 17 juillet 2011 une importante exposition : Jardins romantiques français, du jardin des Lumières au parc romantique (1770-1840).

Cette exposition réunira quelque cent peintures, aquarelles, dessins et objets d’art autour des plus emblématiques réalisations qui ont marqué l’histoire du jardin français. Cette manifestation très attendue bénéficie du soutien des Archives nationales, Bibliothèque nationale de France, Muséum national d’Histoire naturelle, des musées du Louvre, La Malmaison, Carnavalet, Galliera, Marmottan, Sceaux, Chaalis, Ajaccio, Lille, Arenenberg (Suisse) et de collectionneurs privés.

Au siècle des Lumières, le jardin sensible qui parle à l’âme, né en Angleterre vers 1720, gagne bientôt la France. Jusqu’à la Révolution, les esprits éclairés, lecteurs de Jean-Jacques Rousseau, plantent les premiers jardins pittoresques ornés de fabriques qui invitent au sentiment et à une mélancolie préromantique. A Méréville, Ermenonville… comme à Paris, le promeneur solitaire rêve dans un sous-bois, déclame des vers de Delille, parcourt la carte du tendre. Il admire des fermes ornées, médite dans un ermitage, s’émeut devant une grotte, frissonne sous une cascade…

Sous l’Empire, l’impératrice Joséphine multiplie à la Malmaison boutures et cultivars envoyés d’Afrique ou d’Australie et fait peindre ses roses par Redouté, quand l’agriculture moderne ouvre, avec Berthault, le parc romanesque sur la nature.

Sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, la botanique enrichit un nouvel art de vivre que reflètent à loisir la peinture et les arts décoratifs. Le jardinage s’impose comme une occupation salvatrice et fructueuse qui apaise le mal du siècle.

Le Musée de la Vie romantique
Au cœur du quartier de la Nouvelle Athènes, l’hôtel Scheffer-Renan, sis au n°16 de la rue Chaptal, dans le IXe arrondissement, abrite depuis 1987 le musée de la Vie romantique de la Ville de Paris.

Jardin du Musée de la Vie romantique

Jardin du Musée de la Vie romantique

Une allée discrète bordée d’arbres centenaires conduit à un charmant pavillon à l’italienne devant une cour pavée et un délicieux jardin de roses et de lilas. Le peintre et sculpteur Ary Scheffer (1795-1858), artiste d’origine hollandaise y vécut de 1830 à sa mort. Il y avait fait construire deux ateliers orientés au nord, de part et d’autre de la cour, l’un pour travailler et enseigner, l’autre pour vivre et recevoir. Le Tout-Paris intellectuel et artistique de la Monarchie de Juillet fréquenta ainsi « l’enclos Chaptal » : Delacroix, George Sand et Chopin – fidèles habitants du quartier – Liszt, Rossini, Tourgueniev, Dickens, Berlioz …

Pieusement conservé par sa fille Cornelia Scheffer – Marjolin, puis par sa petite nièce Noémi, fille du philosophe Ernest Renan, ce lieu d’exception fut pendant cent cinquante ans le foyer d’une famille entièrement vouée aux arts et aux lettres. La ville de Paris en devint le dépositaire en 1983. Elle est devenue pleinement propriétaire le 1er janvier 2007.

L’orientation muséographique a permis de reconstituer en 1987, avec le concours du décorateur Jacques Garcia, un cadre historique harmonieux pour évoquer l’époque romantique :
– au rez-de-chaussée, les memorabilia de la femme de lettres George Sand : portraits, meubles et bijoux des XVIIIe et XIXe siècles légués au musée Carnavalet par sa petite-fille Aurore Lauth-Sand.
– au premier étage, les toiles du peintre Ary Scheffer entourées d’oeuvres de ses contemporains. Le charme évocateur du musée tient aussi à la reconstitution de l’atelier-salon, avec la bibliothèque enrichie par quatre générations : Scheffer, Renan, Psichari et Siohan.
L’atelier de travail du peintre, rénové en 2002 avec la complicité de François-Joseph Graf, permet d’élargir le concept modernité.

Musée de la Vie romantique
Hôtel Scheffer-Renan,
16 rue Chaptal,
75009 Paris.
Tél. : 01 55 31 95 67.
Tarifs :
plein: 7 €; réduit : 5 €; jeune : 3,50 €.
L’accès aux collections permanentes est gratuit.
Ouvert tous les jours, de 10h à 18h, sauf les lundis et jours fériés.

avr 202009
 

Le parc des Buttes-Chaumont (Paris 19è) est un grand parc paysager de style romantique. C’est le plus grand et le plus escarpé des parcs parisiens avec le jardin des Tuileries et le parc de la Villette. Quand le printemps s’y installe, la promenade est plus que jamais romantique à souhait !


Découverte en photos…


Le soleil brille sur Paris, profitez-en pour découvrir ce superbe parc…

Le saviez-vous ?
Le parc fut inauguré le 1er avril 1867, en même temps que l’Exposition Universelle du Champ-de-Mars. Assisté du jardinier Barillet-Deschamps, de l’architecte Davioud et de l’ingénieur Belgrand, Jean-Charles Alphand métamorphosa les anciennes carrières, creusant un lac et une grotte ornée de fausses stalactites, faisant jaillir des cascades et des ruisseaux. Le parc offre aux regard des plus avertis une juxtaposition de tableaux s’inspirant des paysages de Fragonard et surtout d’Hubert Robert, peintre des jardins de Rome.

Surface : 247 316 m²,
12 hectares de pelouses,
6 hectares de massifs de plantation,
1,5 hectares de lac,
1 hectare d’enrochements,
4,5 hectares de circulations,
5,5 kilomètres de voies,
2,2 kilomètres de chemins.

La falaise :
30 mètres de haut,
accès par 2 ponts, l’un en maçonnerie (hauteur 22 mètres, portée 12 mètres),
l’autre suspendu (portée 65 mètres).
Un escalier pratiqué à l’intérieur du rocher permet de descendre jusqu’au lac (173 marches).

Le lac :
1,5 hectares de superficie, alimenté par 2 ruisseaux.

La grotte :
14 mètres de large, 20 mètres de haut,
Décorée de stalactites dont les plus grandes atteignent 8 mètres.