avr 182015
 

Plant de tomate TomTato avec capteur Flower Power de Parrot sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)
La tomate ‘TomTato’ est désormais proposée en jeunes plants dans les jardineries Truffaut. Je vous ai déjà parlé de cette curiosité végétale qu’est cette variété qui donne à la fois des tomates cerises et des pommes de terre. Ayant déjà eu d’excellents résultats avec des tomates cerises sur mon balcon, je me suis lancé, je vais tester ce légume insolite.

Résultant d’une greffe d’un plant de tomate sur un plant de pomme de terre, cette variété « deux en un » est censée produire des petites tomates sucrées tout l’été et en fin de saison, quelques pommes de terre (six ou sept pour un plant).

Pour réussir cette tomate pomme de terre, il faut lui donner une terre riche et profonde pour la culture en pleine terre ou un pot volumineux (idéalement 30 litres) pour une culture sur balcon ou terrasse. Mon pot est un peu plus modeste, mais le volume est quand même conséquent. Et le terreau est enrichi d’un engrais organique pour tomates.

J’y ai fiché le capteur du Flower Power de Parrot pour suivre les besoins de ce légume greffé sur mon smartphone. L’essai l’année dernière dans la potée de Bidens ‘Pirate’s Pearl’ n’avait pas été très concluant, la plante ayant trop vite couvert le capteur qui ne pouvait plus mesurer l’ensoleillement. Et ce dernier m’indiquait que la plante avait soif quand elle était déjà bien fanée. Ma potée est plus grosse et à portée de vue, je pourrai la surveiller facilement quoi qu’il arrive.

À suivre !

avr 182015
 

"Work in progress" sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)Il me reste deux ou trois emplacements à planter, mais tous les végétaux sont à leur place sur mon balcon. Et ce dernier est en ordre pour la nouvelle saison jardinière. Encore quelques apports d’engrais, de compost et un bon nettoyage du sol restent à faire, mais je suis dans les temps !

Certaines plantes sont déjà bien poussées et prennent chaque jour un peu plus de volume et de hauteur. Plus le temps de souffler, il faut agir et jardiner sans tarder. D’habitude, j’ai toujours trop de plantes à installer au début du printemps, mais cette année, je ne me suis pas emballé lors de la Fête des Plantes de Saint-Jean de Beauregard, je ne suis revenu qu’avec un seul jeune plant, un aconit grimpant. Vite installé, vite planté.

Tout l’espace est dégagé à l’arrière du balcon. Ce sera plus facile pour arroser, surveiller et entretenir les plantes et nettoyer par terre. Enfin tant que tous les végétaux n’auront pas pris leur taille définitive car dans quelques semaines, la balustrade sera cachée par la végétation.

avr 182015
 

Coeur-de-Marie (Dicentra spectabilis 'Valentine') sur mon balcon au printemps, rue de Nantes, Paris 19e (75)
Le coeur-de-Marie (Dicentra spectabilis ‘Valentine’) n’a pas le vertige et s’élance au-dessus du vide et de la rue, 5 étages plus bas. Bien accrochés, les petits coeurs tintinnabulent au gré du vent à la vue de tous les passants… s’ils lèvent la tête et les yeux !

avr 152015
 

Festival des Idées vertes du 15 au 18 avril 2015
La Régie de Quartier du 19e et plein d’autres associations organise un Festival des Idées Vertes dans les résidences Michelet, Alphonse Karr et dans le jardin Cambrai.

Le programme des festivités
Festival des Idées vertes du 15 au 18 avril 2015, programme des festivités
Rendez-vous avec Paule Kingleur / Paris Label

Ça commence ce mercredi 15 avril de 11h à 18h, pour des ateliers de détournement de camions-jouets d’enfants en jardins mobiles extravagants.
« Apporte ton camion, on va le planter »… Avec un 2e atelier le samedi 18 avril de 12h à 18h.
Activités gratuites dans un quartier attachant (Cambrai) au 5, rue Colette Magny, 75019 Paris. Métro ligne 7, station Crimée.

Embouteillage de camions-jardins, Paris Label
Apportez votre utopie en bandoulière libre et si vous en avez, bienvenus à vos p’tits camions-jouets ou autos enfantines délaissées, vos patins à roulettes usagés et vos déchets éco-jolis… Ateliers ludiques pour des enjeux sérieux, proposés tout au long de l’année par Paris Label, en prévision d’un cortège de 195 camions-jouets végétalisés représentant les 195 pays participant à la Cop 21.

avr 072015
 

Begonia chuyunshanensis, Bégoniacées, sur mon balcon au début du printemps, Paris 19e (75)
Début mars, je vous parlais de mon pied de Begonia chuyunshanensis qui avait passé son premier hiver sur mon balcon sans perdre son feuillage, avec la protection d’un voile d’hivernage quand même. En dégageant sa jardinière hier, j’ai remarqué de nombreuses pousses qui sortent de terre à la base des tiges du bégonia.

Nouvelles pousses de mon Begonia chuyunshanensis, Bégoniacées, sur mon balcon au début du printemps, Paris 19e (75)
Le printemps frais n’est décidément pas un handicap pour ce bégonia robuste qui montre déjà les premiers signes d’une reprise de végétation alors que mes Begonia grandis ssp. evansiana ‘Alba’ et mon Hibiscus coccineus sont toujours endormis.

Nouvelles pousses de mon Begonia chuyunshanensis, Bégoniacées, sur mon balcon au début du printemps, Paris 19e (75)
Et il y a de nombreuses pousses tout autour de la touffe. Je n’ai pas encore apporté du compost et des engrais organiques dans cette jardinière très plantée. Mais il va falloir que je le fasse sans trop tarder, car le retour de la douceur devrait encore accentuer la repousse.

avr 072015
 

Potées et protections hivernales rangées sur mon balcon au début du printemps, Paris 19e (75)
Le retour du soleil m’a poussé à jardiner hier matin sur mon balcon où les plantes commencent timidement à repousser. Les températures sont encore fraîches la nuit et parfois dans la journée, mais les prévisions météorologiques annonçant un temps plus doux, j’ai préféré enlever et ranger toutes les protections hivernales que j’avais installées sur les plantes frileuses.

Protections hivernales rangées dans une autre protection sur mon balcon au début du printemps, Paris 19e (75)
« En avril, ne te découvre pas d’un fil. » Un retour du froid et des gelées est encore possible, aussi j’ai soigneusement replié les voiles d’hivernage, je les ai rangés dans une autre protection (photo ci-dessus), mais je les garde encore à portée de main au cas où les prévisions météorologiques nous annonceraient un retour de l’hiver.

Et j’ai ensuite commencé la remise en état du balcon. Pour commencer, dernières séances de taille et inspection des potées et jardinières pour faire l’inventaire des plantes qui ont périclité pendant l’hiver. Cette année, peu de disparitions : deux pieds de gaura, un pied de Rudbeckia triloba. Des vivaces de courte vie que je pourrai facilement remplacer. Sinon, toutes les autres plantes ont bien passé l’hiver. Et j’ai commencé les apports de compost et d’engrais. Gros travail avec l’obligation de reprendre chacune des potées ou des jardinières pour épandre un amendement organique en surface, avec un surfaçage dans les contenants les plus plantés. Je suis loin d’avoir fini, mais c’est un bon début. Et j’ai pu faire un inventaire de mes plantations avant d’aller courir les fêtes des plantes, notamment celle de Saint-Jean de Beauregard qui aura lieu à la fin de la semaine.