mar 292013
 

Grande chasse aux oeufs solidaire du Secours Populaire dans le Jardin des Tuileries (Paris 1er)

Dimanche 31 mars 2013, une grande journée de fête et de solidarité est organisée par le Secours Populaire Français de Paris au jardin des Tuileries (Paris 1er).

Chaque année, la Fédération de Paris du Secours Populaire Français organise une grande chasse aux oeufs solidaire le dimanche de Pâques avec le soutien de Kinder. Cette année, elle se déroule pour la première fois dans le Jardin des Tuileries, au coeur de la capitale.

Le principe de la chasse aux oeufs est simple : après avoir acheté un permis de chasse d’une valeur de 5 euros (dans la limite des stocks disponibles), les enfants et leurs parents cherchent les oeufs cachés par les bénévoles du Secours Populaire Français dans la zone réservée à la chasse. Dès qu’ils ont trouvé trois oeufs, ils peuvent les échanger contre des chocolats.
Le permis de chasse donne également accès aux activités suivantes : magie, danse, initiation à la Capoeira, jeux éducatifs et parcours des Droits de l’enfant organisé par Copain du Monde. D’autres stands seront accessibles en échange d’une participation solidaire d’un euro : maquillage, sculpture de ballons et barbapapa.

L’édition 2013 des chasses aux oeufs bat tous les records : 68 fédérations du Secours Populaire Français se sont engagées dans l’organisation de cette initiative, avec plus de 58.000 enfants attendus dans 207 lieux dans toute la France.

mar 252013
 

Moro-sphinx (Macroglossum stellatarum) ou Sphinx colibri butinant une jacinthe au début du printemps sur le quai de la Mégisserie, Paris 1er (75)

C’était une véritable attraction samedi dernier sur le quai de la Mégisserie (Paris 1er). Nous étions plusieurs à regarder le balai incessant de ce joli petit sphinx colibri (Macroglossum stellatarum) qui butinait les jacinthes forcées sur un étal d’un des magasins. À peine sorti du froid et de l’hiver, cet insecte butineur s’activait avec ardeur en compagnie de quelques abeilles, elles aussi déjà réveillées.

Moro-sphinx (Macroglossum stellatarum) ou Sphinx colibri butinant une jacinthe au début du printemps sur le quai de la Mégisserie, Paris 1er (75)

Sur mes photos, ce petit papillon semblable à un colibri tant par l’aspect que le vol se trouve au centre sur la droite des jacinthes fleuries. Pas facile à capter et à repérer tant il est petit et surtout très actif. J’espère qu’il s’est bien gavé de nectar car les jours à venir s’annonce très froids et peu propices au butinage. Le printemps n’en finit pas d’arriver…

mar 212013
 

Affiche de la conférence publique « L'agroécologie : une éthique de vie »

Dans le cadre de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, et la Ville de Paris proposent une rencontre avec Pierre Rabhi, paysan, écrivain, fondateur de Colibris, le jeudi 21 mars 2013, de 19h à 21h au Forum des Images dans le 1er arrondissement de Paris.

La terre, une matrice vivante…
Il a fallu des milliards d’années pour que la terre devienne une matrice vivante, capable d’élaborer des substances pour nourrir les végétaux qui auront comme rôle de nourrir les humains et les animaux. C’est ainsi que s’est établi le lien vital et indéfectible entre la terre, le végétal, l’animal et l’être humain, ainsi que les autres éléments que sont l’eau, l’air, la chaleur, la lumière …
Pour obtenir des aliments de qualité, le rôle du paysan est essentiel car s’il ne tient pas compte des règles et des lois qui régissent la fécondité de la terre, les denrées qu’il obtiendra seront dénaturées. C’est en bafouant ces règles par des pratiques inconsidérées que l’alimentation moderne est devenue de la « bouffe », responsable des graves altérations de la santé publique. La terre fait partie des biens communs en péril qui nécessitent d’urgence l’attention et la mobilisation de l’ensemble de la communauté humaine.

Continue reading »

mar 112013
 

Lilas forcé à fleurs blanches, Marché aux Fleurs, Île de la Cité, place Louis Lépine, Paris 4e (75)

Surtout quand l’arbuste a été forcé pour fleurir plusieurs semaines avant sa période normale de floraison. Mais sous le soleil radieux qui brillait samedi sur la capitale, l’illusion était parfaite, le promeneur qui déambulait dans le Marché aux Fleurs sur l’Île de la Cité (Paris 4e) pouvait croire que la belle saison était enfin revenue…

Et le réveil dimanche l’a plongé dans une réalité de grisaille, avec le retour non pas du printemps, mais de la fraicheur. Avec gelées et neige annoncées pour cette semaine.
Aux abris, hissez les protections de toutes sortes, rentrez les frileuses, enfilez les doudounes et les gants, l’hiver se réveille !

fév 162013
 

Jardinière de Muehlenbeckia complexa et de grandes prêles, Paris 1er (75)

La terrasse de la Brasserie du Louvre située sur la place du Palais-Royal (Paris 1er) est entourée de grandes jardinières plantées de grandes prêles et de tapis de muehlenbeckie (Muehlenbeckia complexa). Deux plantes aux feuillages persistants (tant que l’hiver n’est pas trop rude) qui donnent un look résolument graphique, sobre et contemporain.

Jardinière de Muehlenbeckia complexa et de grandes prêles, Paris 1er (75)

Un accord de vert parfait pour toutes celles et ceux qui recherchent un décor végétal permanent qui sort un peu de l’ordinaire.La vigueur des prêles n’est pas un problème pour les plants de muehlenbeckie qui étendent leurs fines tiges en tous sens, s’insinuant sans difficultés entre les cannes des prêles et pouvant même s’enrouler autour pour se hisser davantage vers la lumière. La muehlenbeckie va s’étaler et retomber le long de la jardinière. Elle supporte les tailles répétées et peut donc être contenue comme on le souhaite. Par contre elle n’est pas très rustique et elle est réservée aux régions où les températures ne descendent pas en dessous de -10 °C, ce qui est le cas dans la capitale, surtout en situation protégée.

fév 102013
 

Saule pleureur à la pointe du square du Vert-Galant sous les eaux de la Seine en crue, Île de la Cité, Paris 1er (75)

Il doit se sentir bien seul et perdu ce jeune saule planté à la pointe de l’Île de la Cité et du square du Vert Galant (Paris 1er) complètement recouverte par les eaux de la Seine en crue.

Saule pleureur à la pointe du square du Vert-Galant sous les eaux de la Seine en crue, Île de la Cité, Paris 1er (75)

Le saule pleureur aime l’eau, mais il y a des limites quand même…