sept 062011
 

La galerie des arbres remarquables photographiés par Georges Feterman est présentée par grandes régions de France. Ces arbres permettent de revisiter notre beau pays car ils sont partout, près d’une chapelle perdue au fin fond du Limousin ou à deux pas de la cathédrale de Tours ; au cœur d’une forêt du Jura ou en pleine ville de Nantes.

Des arbres millénaires, des géants dans lesquels on rentre à plus de trente personnes, des troncs qui rampent, des branches qui marcottent ; et puis tous ceux qui ont une histoire ou qui évoquent une légende. Mais un arbre remarquable, c’est d’abord une émotion, un coup de cœur, un souffle coupé devant un incroyable témoin du passé qui surgit devant vous au détour d’un chemin.

Il y a 17 ans, l’association A.R.B.R.E.S. prenait son envol, rassemblant passionnés et scientifiques éminents autour d’objectifs communs : inventorier, préserver et faire connaître cet incroyable patrimoine ; car c’est bien d’un patrimoine naturel et historique dont il s’agit et qu’il faut sauvegarder. En l’an 2000 fut créé le label « arbre remarquable de France », attribué aux communes et aux propriétaires privés qui s’engagent, par une convention, à préserver l’arbre extraordinaire qu’ils possèdent.

Depuis lors, 270 labels ont été attribués par l’association, souvent célébrés, comme il se doit, par une fête ou une cérémonie amicale. L’œuvre d’inventaire n’est pas terminée. C’est par exemple le cas dans le département de la Haute-Loire, à partir de la toute récente remise du label au village de Rosières. La quête semble d’ailleurs inépuisable ! Puisse cette exposition favoriser la découverte de quelques merveilles encore méconnues de l’association.

Georges Feterman est président de l’association A.R.B.R.E.S. (Arbres remarquables, bilan, recherches, études et sauvegarde) et auteur des photos présentées dans l’exposition. La plupart des photos de l’exposition trouvent place dans l’ouvrage : « Arbres extraordinaires de France » de Georges Feterman – Éditions Dakota.

Georges FETERMAN
Le tour de France des arbres remarquables
Orangerie du Jardin du Luxembourg,
19bis, rue de Vaugirard,
75006 Paris.
Du 7 au 18 septembre 2011, tous les jours de 11h à 19h. Entrée libre.
Vernissage le mercredi 7 septembre à 16 h 30.

mai 022011
 

Enveloppée par la végétation foisonnante au printemps, la statue réalisée en 1907 par Pierre Roche (1855-1922) et intitulée L’effort semble se reposer sur un lit de viorne dans le Jardin du Luxembourg (Paris 6e).

Art dans les jardins de Paris

L'Effort, oeuvre de Pierre Roche, Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Cette statue monumentale devait à l’origine être installée en fontaine. Elle s’inspire de l’un des douze travaux d’Hercule : le détournement à travers les rochers du fleuve Alphée pour nettoyer les écuries du roi Augias. Mais quand on regarde la statue sous un angle plus latéral, Hercule semble plutôt se reposer… Continue reading »

avr 282011
 

Relativement exceptionnel dans les parcs et jardins, l’arbre aux mouchoirs (Davidia involucrata) ou arbre aux pochettes se laisse admirer au printemps, quand il se couvre d’une profusion de fleurs aux immenses bractées blanches qui ressemblent de loin à des mouchoirs suspendus. Un bel arbre d’ornement, à nul autre pareil, spectaculaire et élégant à la fois.

Arbre aux mouchoirs (Davidia involucrata)

Arbre aux mouchoirs (Davidia involucrata) en pleine floraison dans le Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Arbre aux mouchoirs (Davidia involucrata)

Arbre aux mouchoirs (Davidia involucrata) en pleine floraison dans le Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Cet arbre originaire de Chine (centre et sud-ouest) a un feuillage caduc, avec des feuilles vert clair, ovales cordées, dentées, ressemblant à celles du tilleul. Elles mesurent entre 8 et 14 cm de longueur. Le dessous des feuilles est pubescent. Continue reading »

avr 172011
 

On est tellement habitué à voir des petits fusains persistants (Euonymus fortunei et variétés) en pots ou jardinières que cela surprend quand on découvre un bel exemplaire qui se prend pour une plante grimpante et hisse ses rameaux le long d’un grand tronc d’arbre.

 

Arbuste et plante grimpante : Euonymus fortunei 'Emerald'n Gold'

Fusain persistant doré grimpant sur un gros tronc d'arbre, Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Vu de loin, cet arbuste sarmenteux ressemble beaucoup au fusain de Fortune ‘Emerald’n Gold’ (Euonymus fortunei ‘Emerald’n Gold’). Si ce n’est pas exactement cette variété, c’en est une très proche.

Arbuste et plante grimpante : Euonymus fortunei 'Emerald'n Gold'
Fusain persistant doré grimpant sur un gros tronc d’arbre, Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Cultivé le plus souvent en bordure basse ou en tapis, ce fusain au feuillage persistant lumineux a pourtant des rameaux très souples qui se laissent aisément diriger. Il peut donc être palissé contre n’importe quel support, mais il faut attacher les tiges qui ne s’accrochent pas toutes seules.

mar 142011
 

Aujourd’hui lundi 14 mars 2011, conférence de la paysagiste Elisabeth Bernard-Lepage sur les graminées à la Maison Nicolas Barré, Paris 6e (75).

Quelles graminées choisir pour son jardin ?
Pour quels sols et quelles expositions ?
Comment les associer, entre elles ou avec d’autres vivaces ?

La paysagiste Elisabeth Bernard-Lepage répondra à ces questions au cours d’une conférence qu’elle souhaite aussi interactive que possible, en nous expliquant à l’appui d’exemples concrets, comment bien utiliser ces plantes.

Décoratrice dans une vie « antérieure », Elisabeth Bernard-Lepage a conservé la même approche avec les jardins : elle aime les jardins où il fait bon vivre. Ceux qui nécessitent un minimum d’entretien, les jardins libres où les plantes «vivent leur vie » comme les graminées qui offrent au fil des saisons leurs mille nuances et n’en finissent jamais de nous surprendre. En témoigne l’espace qu’elle a conçu en collaboration avec la ville d’Angers dans le Parc de Balzac.

La conférence est organisée par l’association Vivaces & Cie.

A 17 heures, à la Maison Nicolas Barré,
83, rue de Sèvres,
75006 Paris
.
Métro : ligne 10, station Vanneau; ligne 12, station Sèvres-Babylone.
Renseignements au tél. : 01 44 93 96 65.

mar 012011
 

À quelques semaines à peine de l’arrivée officielle du printemps, une ribambelle de crocus apporte une touche printanière dans les pelouses du Jardin du Luxembourg (Paris 6e).

Crocus dans la pelouse

Touffes de crocus dans une pelouse du Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), fin février 2011, photo Alain Delavie

Crocus dans la pelouse

Touffes de crocus dans une pelouse du Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), fin février 2011, photo Alain Delavie

Le soleil n’était pas au rendez-vous quand je suis passé dans le jardin, dommage car les fleurs des crocus étaient toutes refermées. Mais cela donnait quand même un ensemble très printanier.

Crocus dans la pelouse

Touffes de crocus dans une pelouse du Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), fin février 2011, photo Alain Delavie

Les crocus sont parfaits pour fleurir le dessous d’un grand arbre caduc. Ils fleurissent bien avant l’apparition des feuilles de l’arbre et bénéficient donc d’un ensoleillement maximal. Quand l’arbre déploie son feuillage, les crocus finissent leur croissance et entrent en repos.

Crocus dans la pelouse

Touffes de crocus dans une pelouse du Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), fin février 2011, photo Alain Delavie

Crocus dans la pelouse

Touffe de crocus dans une pelouse du Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), fin février 2011, photo Alain Delavie

Quand on installe des crocus dans une pelouse, il faut faire attention après la floraison de ne pas tondre trop court, pour éviter de faucher le feuillage des plantes bulbeuses qui doivent reconstituer des réserves nutritives pour pouvoir refleurir l’année suivante.

Crocus dans la pelouse

Touffes de crocus dans une pelouse du Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), fin février 2011, photo Alain Delavie

Les crocus sont là, le printemps n’est plus loin…