juil 282010
 

Mais oui, les roses trémières peuvent prospérer en pot ou en jardinière. Il faut un grand contenant certes, mais le résultat obtenu est plutôt réussi. Démonstration en photos avec un bac de ces belles fleurs vu dans la rue de Birague, devant l’hôtel de la Place des Vosges, dans le 4e arrondissement de Paris.

Potées fleuries estivales

Grosse potée de roses trémières et d'hortensia devant l'Hôtel de la Place des Vosges, Paris 4e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Pour obtenir une aussi belle floraison, il ne faut pas ménager ses efforts et surtout ne pas oublier d’arroser la potée régulièrement pour qu’elle ne manque jamais d’eau. La pose d’un tuteur pour tenir chacune des hampes florales est recommandée aussi, car sous l’effet du vent la plante pourrait vite prendre un aspect penché, pour ne pas dire écroulé. Près d’une porte d’entrée, l’effet ne serait pas très accueillant…

Potée fleurie estivale

Grosse potée de roses trémières devant l'Hôtel de la Place des Vosges, Paris 4e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Quand les dernières fleurs se fanent, il est préférable de couper à la base la hampe florale pour éviter la formation de graines et l’épuisement du pied mère. Cette taille favorise l’apparition de nouvelles feuilles et permet à la plante de reprendre des forces. Il ne faut pas hésiter à la nettoyer de temps à autre en enlevant les feuilles qui se dessèchent ou se couvrent de rouille, fréquente sur les passe-roses ou roses à bâton.

juin 202008
 

Juin est le temps des roses, mais aussi des grandes roses trémières.
Pas encore desséchées par la rouille, elles étalent leurs larges feuilles vertes gaufrées et dressent fièrement leurs immenses tiges parées de grandes fleurs diaphanes.
Roses, rouges, jaunes, abricot, blanches… Le hasard et les semis spontanés donnent des accords inattendus, charmants.

Je vous recommande une petite ballade dans le parc de Bercy (Paris, 12ème). Les passe-roses y sont resplendissantes, notamment près des pergolas de vignes, à côté du potager.