sept 032012
 

LONDON, UNITED KINGDOM - JULY 19: Queen Elizabeth II shelters from the rain under an umbrella while hosting a garden party in the gardens at Buckingham Palace on July 19, 2011 in London, England. (Photo by Dominic Lipinski - WPA Pool/Getty Images)

Des stars aux anonymes… De James Dean à la reine d’Angleterre en passant par Catherine Deneuve… Après les toilettes, le bain ou la douche (expositions « Chiottissime ! » en 2010, « Tout baigne ! » en 2011), tous sous l’eau, de nouveau à « Paris Bastille » dès la rentrée avec « Ciel il pleut ! », le rendez-vous culturel du SIAAP (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne). Continue reading »

mar 202012
 

"Jardins perchés" / Yann Monel

“Jardins perchés”, une exposition sur le thème des mini jardins organisée à l’occasion du premier anniversaire du store Gambs et proposée par Yann Monel, photographe de jardin et fondateur du Troc Vert de Montreuil (93).

Durant un mois, chez Gambs, le store déco-design dédié à toutes les formes de natures urbaines, mobilier – objets – accessoires de mode… deviennent support à la création de mini jardins urbains pour l’intérieur et l’extérieur.

Une collection exclusive de “jardins-escarpins” dont chaque modèle est une composition unique, est réalisée par Yann Monel pour cette opération avec les plantes vivaces des célèbres pépinières Lepage.

Véritables jardins en soi, ils sont destinés à pousser et vivre longtemps tant à l’intérieur qu’à l’extérieur sans soin excessif ni particulier. Des jardins à emporter ou poser partout, à présenter en pièce unique ou à collectionner.

“Plantez vos chaussures !” est le slogan du Troc Vert de Montreuil (93) depuis 12 ans…

Vernissage le 20 mars 2012, de 18h à 20h30.

Continue reading »

fév 022012
 

L’exposition L’Arbre et le photographe présente une centaine de photographies du XIXe siècle à nos jours, principalement issues des collections des Beaux-arts de Paris, sur le thème de l’arbre et de la forêt.

Exposition L’Arbre et le photographe, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts

L’arbre a toujours fasciné, visuellement, graphiquement et symboliquement. Riche d’un fonds exceptionnel de plus de 70 000 photographies, l’École nationale supérieure des beaux-arts se propose d’en exposer une centaine consacrée à ce thème. De la vivifiante forêt de Barbizon à la ville paysagée, des nostalgiques promenades d’Atget à l’orientalisme fleurissant, après les peintres, les dessinateurs et les graveurs, les photographes du XIXe siècle ont réussi à en restituer toute la poétique réalité.

L’exposition présente des photographies toutes signées des grands maîtres du XIXe siècle : les familiers de la forêt de Fontainebleau, Alfred Briquet, Paul Berthier, Alexandre Famin, Henry Langerock, Achille Quinet ; les amoureux de la ville, Eugène Atget, Giacomo Caneva, Jean Laurent, Charles Marville, Séraphin Mieusement ; les pionniers des lointains, Désiré Charnay, Félix Bonfils, Luigi Fiorillio, G. Lékégian, Pascal Sebah, Félix Teynard, Zangaki.

Cet ensemble patrimonial trouve un prolongement dans une présentation de photographies contemporaines réalisées par des professeurs de l’École, Jean-Marc Bustamante, Éric Poitevin, et de jeunes artistes diplômés de l’École : Claire Adelfang, Fanny Beguery, Domitille Chaudieu, Lukas Hoffmann, Hermann Wendler ; mais aussi par des artistes de renom tels Anna et Bernhard Blum, Béatrice Caracciolo, Michael Kenna, Sarah Moon, Mark Ruwedel, Tessa Trager…

L’exposition est organisée en trois grands thèmes :

  • l’arbre naturel et « originel », lié à la terre, l’eau, l’air
  • l’arbre et son urbanité : apprivoisé par l’homme, il peuple les villes
  • l’arbre et l’humanité : protection, rêve, jeu, agression, l’homme et l’arbre entretiennent des relations privilégiées.

École nationale supérieure des beaux-arts
Établissement public à caractère administratif sous tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication, l’École des beaux-arts développe une formation originale basée sur le travail en atelier, la diversité des pratiques et l’échange avec l’étranger. L’École délivre un diplôme de 1er cycle après trois ans d’études, et le diplôme national supérieur d’arts plastiques (DNSAP) à la fin de la cinquième année, reconnu au grade de master. Elle accorde une grande importance aux nouvelles technologies comme à la transmission des techniques les plus patrimoniales, ainsi qu’aux enseignements théoriques d’un haut niveau. L’École des beaux-arts représente plus de 500 étudiants, 100 professeurs, artistes enseignants et techniciens, plus de 60 accords d’échanges internationaux avec les plus grandes écoles d’art dans le monde entier, une médiathèque proposant, en libre accès, 45 000 ouvrages, des collections d’au moins 500 000 œuvres et plusieurs expositions patrimoniales et d’art contemporain chaque année.

Galeries d’exposition de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts
13, Quai Malaquais, 75006 Paris
Ouverture du mardi au dimanche de 13h à 19h.
Entrée tarif plein : 6€,  tarif groupe : 4€.
Fermeture exceptionnelle du 27 février au 7 mars 2012.
Catalogue : Livre d’images préfacé par Pierre Bergounioux et Olivier Rolin. L’intégralité des œuvres sont reproduites. 28.5x22cm, relié, 180 pages.

jan 262012
 

Pendant une année, le photographe Jacques Vekemans a suivi le travail de taxidermie de Jack Thiney, dans son atelier, au Muséum. Exposées en plein air dans le Jardin des Plantes, les 20 photographies sélectionnées restituent ce savoir-faire très spécifique qui redonne une apparence de vie animale aux spécimens que le Muséum expose, notamment dans la Grande Galerie de l’Évolution.

Taxidermie, dans les coulisses du Muséum

Plusieurs générations de grands taxidermistes ont œuvré à l’extraordinaire mise en valeur des collections du Muséum national d’Histoire naturelle. Savoir-faire unique alliant approche artistique et connaissances anatomiques précises, la taxidermie (du grec taxis : préparer, et derma : peau) remonte aux environs de 1750, lors du règne de Louis XV. Les techniciens du Muséum ont pu, dès lors, s’attaquer à la naturalisation des grands mammifères. Les plus anciens spécimens sont conservés dans les réserves du Muséum : une caille chassée par le roi en personne et Jocco, le chimpanzé de Buffon, intendant du Jardin du Roi. Aujourd’hui, les taxidermistes n’utilisent plus les squelettes et sculptent les mannequins dans du polystyrène et de la mousse de polyuréthane. Après avoir été au service des scientifiques, la taxidermie est maintenant le partenaire indispensable des expositions d’histoire naturelle…

Une exposition de photos à la rencontre de l’art et de la science
Pendant une année, le photographe Jacques Vekemans a suivi le travail de taxidermie de Jack Thiney, dans son atelier, au Muséum. Exposées en plein air dans le Jardin des Plantes, les 20 photographies sélectionnées restituent ce savoir-faire très spécifique qui redonne, par mille gestes savants et précis, une apparence de vie animale aux spécimens que le Muséum expose, notamment dans la Grande Galerie de l’Évolution.
Continue reading »

déc 072011
 

Tous les mois le réseau Tela Botanica organise son Défi Images, un concours de photographies ou de dessins sur un thème précis ouvert aux tela botanistes. En décembre, les plantes sauvages des villes sont soumises au feu des objectifs.

Pousse de Brassicacée dans la rue Manin, Paris 19e (75), photo Alain Delavie

Ce concours a pour but de faire découvrir ou mieux connaître aux internautes les richesses et les particularités des flores locales. En novembre dernier, le Défi Images était consacré aux fruits d’automne.
En vous connectant sur le site de Tela Botanica, vous pouvez proposer jusqu’au 23 décembre 2011 jusqu’à 3 photos ou dessins de plantes sauvages urbaines, via le Carnet en ligne. La dernière semaine du mois, tous les membres du réseau sont invités à sélectionner les lauréats parmi les participants inscrits pendant les trois semaines précédentes.
Les 12 meilleures contributions seront ensuite valorisées sur le site et les forums de Tela Botanica, ainsi que sur la page Facebook. Les résultats seront aussi valorisés sur la lettre d’information envoyées aux membres du réseau Tela Botanica.

Pour devenir tela botaniste.

nov 242011
 

Du 25 novembre 2011 au 5 mars 2012, la Ville de Paris vous propose une exposition photographique sur les forêts de pommiers sauvages du Kazakhstan. À découvrir dans le Chai du parc de Bercy, Paris 12e (75).

Des forêts de pommiers sauvages préhistoriques (Malus sieversii) poussent dans les montagnes du Tian Shan au Kazakhstan.
Ces pommiers ont développé des résistances exceptionnelles aux maladies, notamment la tavelure.
C’est à l’académicien kazakh, Aymak Djangaliev, que l’on doit la préservation de cette biodiversité originelle.
Les photographies et le documentaire de Catherine Peix vous transporteront au cœur de ce mystérieux jardin d’Eden menacé.

Chai du parc de Bercy,
75012 Paris.
Métro : ligne 14, station Cour Saint-Émilion ou Bercy; ligne 6, station Bercy.

Continue reading »