août 302011
 

Si les populations de moineaux semblent nettement en déclin dans la capitale, il est encore des endroits où ces adorables petits oiseaux forment des bandes bruyantes et animées. C’est le cas dans le square des Abbesses, où il suffit de s’assoir et de rester au calme sur un banc pour qu’une ribambelle ailée vienne vous entourer et picorer.

Moineaux et pigeon dans le square des Abbesses, Paris 18e (75)

Moineaux et pigeon dans le square des Abbesses, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Un spectacle inattendu et très amusant. Tous ces moineaux qui se rapprochent, de plus en plus si on reste calme et même quand on a rien à leur donner à manger. Ça se chamaille, se vole dans les plumes, s’invective, s’inquiète et s’envole dans un ballet incessant. Bien sûr, il a fallu qu’un gros pigeon balourd vienne s’enquérir de ce qu’il y avait à grappiller… Et qu’un passant trop bruyant chasse tout ce beau monde.

déc 192010
 

Le tapis de neige qui a recouvert les rues, les parcs et les jardins de Paris ces dernières heures s’est vite marqué de traces les plus diverses. Trainées des vélos, pas des humains, pattes de chiens et traces d’oiseaux. Celles des pigeons forment de jolis dessins stylisés. À suivre dans le sens opposé de la flèche !

Traces d'animaux (oiseaux) dans la neige

Traces de pattes de pigeons dans la neige, Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Des traces bien régulières, presque en file indienne, trois doigts devant, un derrière.

Traces d'animaux (oiseaux) dans la neige

Traces de pattes de pigeons dans la neige, Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Traces d'animaux (oiseaux) dans la neige

Traces de pattes de pigeons dans la neige, Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

On dirait des petits avions ou des oiseaux stylisés qui se suivent…

Traces d'animaux (oiseaux) dans la neige

Traces de pattes de pigeons dans la neige, Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Ce pigeon la n’a fait qu’un bref détour sur le rebord du trottoir.

Oiseaux dans la neige

Pigeons dans la neige, Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Quand on parle du pigeon, il n’est jamais très loin dans Paris. Et voici nos faiseurs de traces en train de se geler les pattes sur le neige gelée où la pitance est rare. Dans les jardins, sur les balcons et les terrasses, il est temps d’accrocher des boules de graisse et de donner des mélanges de graines pour les petits oiseaux, sans oublier des abreuvoirs remplis d’eau non glacé.

Recommandations de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) :
En hiver, c’est le manque de nourriture qui menace les oiseaux, bien plus que le froid. Pour maintenir une température corporelle constante (40-42°C), ils disposent d’un système élaboré de thermorégulation, et mettent en action des stratégies de rassemblement. Pourtant, malgré ces techniques de résistance, ils doivent inlassablement chercher de la nourriture pour ne pas mourir de froid. Or, les jours raccourcissent, les ressources alimentaires se raréfient et sont masquées par la neige et le verglas. Les oiseaux ont donc plus que jamais besoin de vous. Pour les aider à se nourrir, vous pouvez installer des mangeoires hors d’atteinte des prédateurs. Vous y placerez des aliments riches en hydrates de carbone et en graisse, de préférence le matin de bonne heure et le soir avant le rassemblement des oiseaux en dortoir. Ils pourront ainsi reconstituer leurs réserves de lipides indispensables pour résister aux longues et froides nuits d’hiver. Ces mangeoires doivent être régulièrement nettoyées afin d’éviter la propagation des maladies, et permettre le maintien de la nourriture à l’abri de l’humidité et des intempéries.

Attention, cependant, les oiseaux ne doivent être nourris que pendant la période sensible, à savoir de fin novembre à fin mars, afin de respecter leur comportement naturel.

Pour permettre aux oiseaux de se désaltérer et de se baigner (l’entretien du plumage étant primordial pour lutter contre le froid), vous pouvez leur fournir un abreuvoir. Vous veillerez à renouveler l’eau deux fois par jour et à la maintenir libre de glace en ajoutant simplement et uniquement de l’eau tiède.

avr 292009
 

Les citadins sont invités à photographier les pigeons bisets d’Île-de-France.


La couleur corporelle chez les animaux résulte de nombreux processus
. Par exemple, la prédation peut avantager les colorations cryptiques (comme le camouflage de nombreux juvéniles et femelles) ; les conditions climatiques peuvent favoriser des colorations plus ou moins sombres ; le choix du partenaire reproducteur peut favoriser l’évolution de couleurs vives et remarquables (comme chez le mâle du paon). Mais cette couleur peut également refléter l’état de santé de l’individu car les pigments colorés sont liés au système immunitaire. Ces pressions de sélection peuvent varier d’un endroit à l’autre et d’un groupe d’individus à l’autre. Cette diversité peut conduire à une variabilité de coloration chez certaines espèces.

C’est le cas du pigeon biset urbain (Columba livia) dont les individus ne sont pas tous de la même couleur : il en existe des bruns, des noirs, des blancs, des roux, avec ou sans barres sombres.

PNG - 179.5 ko

Cette variabilité résulte principalement de l’élevage de différentes lignées autrefois sélectionnées pour leurs couleurs. Mais comment cette variabilité s’est-elle maintenue au fil des générations ? Est-ce lié au fait que les pigeons vivent dans des micro-environnements dont les pressions de sélection différentes favorisent localement une coloration particulière ?

L’enquête vise à comprendre comment les différentes colorations de pigeons se répartissent en région parisienne.

L’opération « Couleurs de pigeons » a besoin de vous !

En envoyant vos photos, vous participez à la constitution d’une base de données collective qui permettra, grâce à la participation d’un grand nombre d’observateurs, d’avoir un échantillonnage fin de toute la région. Les résultats de cette enquête seront publiés sur le site Internet Le pigeon en ville et seront envoyés à tous les participants.