mai 222009
 

Cette fois-ci, j’ai toutes les plantes dont j’avais besoin et je me suis une nouvelle fois lancé dans une séance de repiquage. Tout est maintenant planté ! Ouf, le balcon est fini, fin prêt pour la belle saison…


(De haut en bas :
Pinellia tripartita, suspension de bégonia Bonfire, Geranium phaeum ‘Margaret Wilson’, Veronicastrum affinis laevigatum, Athyrium filix-femina ‘Lady in Red’, phalangère)

(De haut en bas :
suspension demi-lune avec un bégonia Bonfire, Epimedium perraldianum et la paire de bottes Le Chameau achetée lors des journées des plantes de Courson et mise à sécher après un grand nettoyage plus que nécessaire – LOL -)

J’ai comblé le moindre espace vide, en principe en laissant suffisamment de place pour que les plantes voisines l’une de l’autre ne s’étouffent pas en poussant. J’ai quand même du élaguer quelques pousses du saruma (Saruma henryi) qui faisait trop d’ombre à son voisin, un strobilanthe plus tardif qui n’en finissait pas de trouver sa place et la lumière… Maintenant il n’y a plus qu’à entretenir, arroser (souvent !) et… regarder.
Et vous, avez-vous terminé toutes vos plantations ?

avr 122009
 

Cette année, j’ai réussi à trouver toutes les plantes que je souhaitais planter ou replanter sur mon balcon dès le début du printemps. Une chance ! Je vais donc pouvoir maintenant me lancer dans les plantations, toutes les plantations… Vaste chantier !
Heureusement il y a le long week-end de Pâques auquel j’ai ajouté quelques jours de congés. Si le temps n’est pas trop mauvais, je vais donc pouvoir m’adonner aux joies du jardinage. Mon acacia a trouvé preneur hier matin et a pris la route pour l’Oise où il devrait prospérer. Je peux donc tout redisposer autrement. C’est parti pour la valse des jardinières !
J’ai hâte que tout soit installé à sa place, car c’est plutôt le souk sur le balcon avec des pots partout qui gênent les déplacements, des jardinières par endroit bien vides (le froid de l’hiver dernier a tué pas mal de vivaces non rustiques) et surtout plein de jeunes plants (les achats récents) qui réclament des arrosages soutenus dans leurs petits godets remplis de tourbe.Et puis tout pousse si vite en ce moment, telle cette renouée partie à l’aventure en dehors du balcon, au-dessus de la rue, 5 étages en dessous. Et dans la jardinière, elle a fait plein de drageons qui commencent à sortir.
Et j’ai plein de bébés à rempoter pour le Troc Vert de Montreuil en mai.
Les semis spontanés apparaissent maintenant un peu partout dans les jardinières… Impatiens balfouri, Impatiens namchawarbensis (oui, oui, celle à fleurs bleues), Saruma henryi, Sarcococca… J’ai bien fait de ne pas toucher aux jardinières trop vite, cela a laissé le temps aux graines de démarrer, je peux maintenant récupérer ce qui m’intéresse.

Bon, et bien y’a plus qu’à !!!

mai 252008
 

Grosse matinée de jardinage sur mon balcon pour terminer enfin les plantations et tout mettre à sa place. Mais quel chantier ! Il faut monter le terreau, les sacs d’engrais, les nouvelles soucoupes et les pots, rempoter d’un côté et installer de l’autre…La place est comptée, au début il a fallu jongler entre les pots et les sacs, puis petit à petit la situation s’est éclaircie. Avec de temps en temps des passages d’Iris la chatte, qui trouve très drôle de passer d’une pièce à l’autre par le balcon en mettant ses « papattes » bien blanches dans le terreau et la poussière. Histoire d’en rapporter un peu plus sur la moquette et le parquet. GRRR !
Et oui, le jardinage est déjà pénible car il faut faire attention de ne pas envoyer du terreau partout, mais pour le jardinier de ville, la corvée de nettoyage qui suit une séance de rempotages et de plantations n’a rien d’amusant. Descendre les pots vides et les sacs de terreau non utilisés, jeter les sacs poubelles gonflés à bloc, balayer sur le balcon (en luttant contre les coups de vent qui annonçaient l’orage), passer l’aspirateur dans tout l’appartement transformé un temps en champ de bataille, terminer par un arrosage général du balcon sans faire déborder les soucoupes. J’ai mérité ma sieste !

Et voici le résultat, tout est en place pour pousser, pousser, pousser. Sous l’oeil intéressé d’Iris la chatte, inspectrice des travaux finis.